Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:19

LES FEMMES ET LE MINISTERE

LES FEMMES PEUVENT-ELLES PRECHER ?

Que signifie prêcher ? Prêcher c’est annoncer, proclamer, enseigner la parole de Dieu. Prêcher peut aussi avoir le sens de prophétiser.

"…Comme dans toutes les églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leur mari à la maison ; car il est malséant à une femme de parler dans l’église"(1 cor 14 : 33-35).

Tout d’abord, nous avons ici un problème socioculturel de l’époque. Les femmes n’étaient pas instruites et elles étaient opprimées. Cette situation accentuant leurs sentiments d’infériorité, dès que l’occasion se présentait, elles étaient très vite séduites pour dominer les hommes. A notre époque les femmes sont souvent aussi ou plus compétentes  que les hommes. Nous remarquons qu’elles sont souvent plus dures et plus sévères que les hommes (ex. Margaret Tatcher, "La dame de fer", les maîtresses de l’école primaire…). Il faut donc tenir compte d’une des lois d’interprétation de la Bible, la loi du contexte (les trois principales lois d’interprétation de la Bible sont 1.La loi du contexte, 2.la loi des "Dispensations", et 3.Ce que la Bible dit d’elle-même). Il faut donc tenir compte ici du contexte socioculturel. La Bible s’interprète par elle-même. Il faut toujours tenir compte de tout le Conseil de Dieu pour enseigner la Doctrine Chrétienne. Il faut faire une distinction entre les textes didactiques (pour l’enseignement) et les textes purement historiques ( qui relatent un événement ponctuel). Il ne faut pas tirer un enseignement d’une situation exceptionnelle. Faisons un peu de grec : le terme  femme dans ce passage de 1 Corinthiens 14 est gunekes (ou guné), c’est à dire épouse ; le mot parler est la laléo c’est à dire un long discours quelconque. Se vanter. Appeler quelqu’un à haute voix. Crier. Résumons tout cela par bavarder. Ce n’est pas le mot lego que nous avons dans ce texte signifiant présenter une idée, une doctrine systématique. Paul dit donc : « Que les épouses soient dans la quiétude dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de bavarder ». A cette époque, suivant le modèle de la synagogue juive, les femmes s’asseyaient derrière dans « l’église » -les mosquées ont gardé ce modèle. Entre elles, il leur arrivait de parler de sujets qui n’avaient rien à voir avec les réunions : prix des denrées alimentaires au marché, santé des enfants … Certains ont vécu les mêmes choses à notre époque dans des assemblées de "la Terre Sainte". On peut aussi dire que les enfants (qui bavardent beaucoup) se taisent dans l’église ! Paul dans 1 Timothée 2 : 11-12 dit : « Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme. Mais elle doit demeurer dans  le silence ».

 

La femme n’avait pas droit à la Parole dams les Synagogue. L’enfant pouvait y parler, le serviteur pouvait y parler, mais pas le femme. « que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi (1Cor 14 :34). Quelle loi ? Certains croient que Paul parle ici du Talmud (Compilation de commentaires sur la Loi Mosaïque fixant l’enseignement des grandes écoles rabbiniques). Le Talmud est constitué de la Mishna (Codification de la loi orale) et de la Gemara (commentaires de la Mishna). Ils ne croient pas qu’il s’agit de la Loi de Moïse proprement dite ? Paul ironiserait alors. Rappelons que nous ne reconnaissons que l’Autorité de la Loi Ecrite (la Torah écrite). Et non l’Autorité de la Loi dite orale.

 

La Loi Romaineinterdisait à la femme de faire ce qui était réservé à l’homme. Paul envoie probablement cette épître à Timothée de Corinthe où le précepte de 1 Cor. 14 : 35 était en vigueur. Rappelons que les femmes à cause de leur situation d’insécurité pouvaient profiter de toute liberté d’expression pour se révolter  et usurper l’autorité, tyranniser les autres, devenir  autocrate. Mais les réunions de l’église ne sont destinées à cela. Les réunions de l’église ne sont pas les lieux appropriés pour revendiquer nos droits sociaux et politiques dans le désordre et l’amertume. Selon ses 4 fonctions essentielles de l’église est destinée à adorer Dieu, à instruire les fidèles,  à la communion fraternelle et à l’Evangélisation  de la société. Mais l’Eglise doit dénoncer dans l’ordre, respect et courage, l’injustice sociale et  la décadence morale. Le mot silence du texte biblique signifiera quiétude. Le mot enseigner dans le contexte précité signifiera donc contredire, parler et poser des questions avec arrogance, insoumission et un esprit d’indépendance.

Ce texte n’empêche pas la femme  sous l’influence du saint-Esprit d’enseigner, au contraire. La femme doit enseigner ses enfants à la maison. Timothée a reçu l’enseignement biblique de sa mère (Ac. 16 : 1-2 ; 2 Tim. 1 : 5). Les femmes  âgées doivent enseigner les femmes plus jeunes. L’ordre interdisant la femme de parler dans l’église n’est pas absolue : elle prie, elle prophétise (1 Cor. 11 : 5). N’est-ce pas parler ? Les dons miraculeux du Saint-Esprit accordés aux femmes justifient leur intervention publique. « Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, … Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-là, je répandais de mon Esprit ; et ils prophétiseront » (Ac. 2 :16-18). La femme cependant doit être soumise  à son mari comme au Seigneur. Car le mari est le chef de la femme, comme, Christ est le chef de l’Eglise (Eph. 5 : 22-23). Christ et le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme, Dieu est le chef de Christ (1 Cor. 11 : 3). Ceci ne veut pas dire que l’homme est supérieur à la femme. Ils sont de même nature et égaux. C’est leur rôle qui est différent. C’est comme le Christ qui dans son rôle de Fils de Dieu est soumis au Père. Bien qu’Il  soit de même nature et égal au Père. Même nature, égalité et soumission sont réunis. La femme est soumise mais égal à l’homme. Christ est soumis mais égal au Père. Jésus était aussi soumis à Joseph et à Marie pendant son enfance (Luc 2 : 51). Joseph et Marie étaient-ils supérieurs à Christ ? Le code de la famille dit que l’homme est le chef de la famille. La femme, même si elle peut être pasteur doit être soumise à son mari. Empêcher la femme de parler de manière absolue dans l’église ne correspond par à l’Esprit de toute la Bible : une femme a été juge en Israël, la Prophétesse Déborah (Juges 4 : 4, 5). La prophétesse Anne parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance d’Israël (Luc 2 : 36-38). La femme Samaritaine s’est mise à parler de Jésus après son entretien avec Lui (Jn 4 : 28-29). Voyez le ministère de Lydie qui semble être la première convertie européenne et première proclamatrice de l’Evangile en Europe (Ac. 16 : 13-15). Philippe, l’Evangéliste avait 4 filles vierges qui prophétisaient (Ac. 21 : 9) Voyons aussi l’exemple de Priscille < Prisca> (Ac. 18 : 2 ; Rom. 16 : 3 ; 1 Cor. 16 : 19 ; 2 Tim. 4 : 19). Jésus a apporté de nouvelles idées. Il a remis la femme à la place qui lui revient. Il l’a restaurée à la position qu’elle avait avant la chute. Jésus a libéré la femme. Rien que son entretien avec la femme samaritaine est très édifiant (Jn. 4 : 1-29). Donc, comment oser dire à une femme : "assieds-toi là, tais-toi, tu ne peux pas faire ceci…" les 2/3 du Corps de Christ sont des femmes. La plupart des missionnaires sont des femmes. Elles sont souvent plus sensibles à l’Esprit que les hommes. Elles sont souvent plus disponibles et plus obéissantes que les hommes. Que serait l’Eglise sans les femmes ?

La femme peut-elle prêcher ? Doit-elle rester dans le silence ? Ce "débat" est vraiment dépassé. Il y a des choses plus importantes : transmettre la Vérité. Femmes, trouvez votre place dans le Ministère. Si on vous dit : "vous ne pouvez pas faire ceci", Dites : "Jésus dit que je peux". Si on vous dit : "Femme, reste ici", Dites "Jésus m’a dit d’aller" ; Jésus a apporté un nouveau message et il a changé la condition de la femme. Il l’a vraiment libérée. La femme peut prier, prophétiser. Prophétiser veut dire : parler pour Dieu, prédire l’avenir, prêcher. On accepte volontiers que la femme enseigne les enfants, témoigne, soit missionnaire. Où passe donc la ligne de démarcation entre témoigner, prêcher, enseigner ? Paul lui-même dit : "il n’y a plus ni homme ni femme" (Gal. 3 : 28).

Tout ce que Dieu veut que Son peuple dise et fasse, la femme peut le dire et le faire autant que l’homme !!!

 

LA FEMME DOIT-ELLE SE VOILER DANS L’EGLISE ?

Toute femme … qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée déshonore son chef (son mari) : c’est comme si elle était rasée… C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend… (1 Cor. 11 : 5-11). Tout d’abord, signalons encore une fois que la femme prie et  prophétise dans l’église. Donc elle peut parler dans  l’église.

Mais pour revenir au sujet de cette section, disons encore une fois que  nous abordons un problème culturel. En Orient, le voile représentait le signe de soumission de la femme vis à vis de  l’homme. Le voile était aussi le symbole de la modestie d’une jeune fille (Gen. 24 : 65) et le symbole de la chasteté conjugale (Gen. 20 : 16). Le prêtre enlevait le voile de la femme suspectée d’infidélité (Nom. 5 : 18). Se dévoiler équivalait à se dégager de l’autorité de son mari. La coutume parmi les grecs et les romains et une loi parmi les juifs était qu’aucune femme ne soit vue à l’étranger sans voile. C’était la coutume de tout l’orient. Seules les prostituées se promenaient en public sans être voilées. Si une femme se montrait en public sans voile, elle déshonorait sa tête - son mari comme celles qui étaient punies pour prostitution ou adultère. Donc il était nécessaire à la femme de se voiler dans ce contexte bien déterminé.

 

Une étude et un examen plus profonds du texte original grec de 1Corinthiens 11 :5-15 nous permet de remarquer certaines choses intéressantes (V 5)  Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête (Képhalé) non voilée, déshonore son chef (sa tête, Képhalèn autès). C’est la tête qui est dévoilée (pas les cheveux). C’est comme si elle était rasée. La femme ne doit pas se raser la tête.

(V10)  C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête (une marque) de l’autorité (dont elle dépend). Remarquons que « une marque » et « dont elle dépend » ne se trouvent pas dans le texte original. Il faut donc lire littéralement « … la femme…doit avoir sur la tête  autorité » ; elle aura donc autorité sur ses cheveux.

(V15)  mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter (de longs cheveux), parce que la chevelure lui a été donnée comme voile? En guise de voile.

L’église de Corinthe était composée de grecs. Les grecques ne se voilaient pas.

 

Dans notre contexte moderne le voile est-il une marque de l’autorité dont la femme dépend ? Le voile est-il une marque du mari ?

Celles qui veulent se voiler peuvent le faire pour le Seigneur. Nul ne doit le juger. Les femmes pourraient aussi se voiler si cela peut faire avancer  l’Evangile, par exemple dans des pays orientaux, arabo-musulmans … (voir 1 Cor. 9 : 19-23 ; comparer Ac. 16 : 1-3 et Gal. 2 : 3-5).  Mais il n’est pas  question d’imposer cette coutume de nos jours. On tomberait dans le légalisme, condamnant celles qui ne se voilent pas, et on ajouterait des obstacles à l’Evangile - la croix étant déjà une occasion de chute. Ne jugeons donc pas non plus celle qui ne se voilent pas. Ne laissez personne vous arracher votre tolérance et votre liberté chrétienne. Christ n’a jamais prescrit aux femmes de se voiler.

 

LES FEMMES CHRETIENNES PEUVENT-ELLES FAIRE DES TRESSES ?

PEUVENT-ELLES PORTER DES BIJOUX ? COMMENT DOIVENT-ELLES S’HABILLER ?

Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habit somptueux (1Tim. 2 : 9). Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt (1 Pi. 3 : 3).

Encore une fois, nous rencontrons un problème culturel. Les femmes devaient se couvrir la tête. Celles qui ne le faisaient pas étaient des rebelles. Ces tresses étaient entrelacées  de perles et d’or. Elles étaient "monumentales", ostentatoires, exhibitionnistes … pour  frapper les regards, attirer l’attention  et elles manifestaient l’orgueil de la vie. Seules les femmes païennes et mondaines se paraient ainsi. Elles étaient des femmes sensuelles, provocatrices, elles manifestaient un penchant excessif pour les plaisirs charnels et la luxure. Les cheveux tressés étaient aussi un apparat de prostituées. Cette parure est caractéristique de la prostituée spirituelle de l’Apocalypse  (17 : 4). Les tresses décentes de nos sœurs africaines, par exemple, n’ont rien à voir avec cela.

La chrétienne ne doit pas s’habiller comme la prostituée. La Bible interdit l’extravagance. Ce qui est important c’est la décence, la pudeur et la modestie.

"Que les femmes se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu" (1 Tim. 12 : 9). "Elles doivent avoir la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu…" (1 Pi. 3 : 3-5).

Les hommes, comme les femmes doivent s’habiller décemment en public et dans l’assemblée. Mais il ne faut pas tomber dans le légalisme en donnant des règles vestimentaires. Créant ainsi des obstacles à l’Evangile. Que chacun se laissent convaincre par le Saint-Esprit.

Certains disent que Paul était misogyne, mais ils ne comprennent ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu (Mt 22 : 29). L’Esprit nous conduisant dans toute la vérité, le Christianisme bien appliqué affranchit les femmes, les esclaves, les opprimés et les autres victimes de l’injustice humaine.

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 15:16
Pretres.jpg
Calendrier «  liturgique »  HEBREU BIBLIQUE
 
1er  mois : Nissân (ancien nom Abib) (Mars-Avril) : Le 14, La Pâque suivi des Pains sans levain, le 21, Premiers fruits.
2ième  mois : Lyyar (ancien nom Ziv) (Avril-Mai).
3ième  mois : Sivan (Mai-Juin) : Semaines/Pentecôte.
4ième  mois : Tammuz (Juin-Juillet).
5ième  mois : Ab (juillet- Août).
6ième  mois : Elul (Aout-Septembre).
7ième mois : Tishri (ancien nom Ethanim) (Sept. -Oct.) Le 1er Nouvel an/trompettes, le 10 Le Jour du grand pardon, 15-21 Tabernacles/tentes.
8ième  mois : Marchevân (ancien nom Bul) (Oct-Nov).
9ième  mois : Kislev (Nov.-Déc.) le 25 Dédicace/Lumière Hanoukka (Jn. 10 :22).
10ième  mois : Tébet (Déc - Jan.).
11ième  mois : Shébat (Jan.-Fév.).
12ième  mois Adar (Fév.-Mars).
 
Le Shabbat bien qu’hebdomadaire est en terme de popularité la plus grande des fêtes à part Yom Kippour. Mais la fête la Plus solennelle reste Pâque.
 
Les fêtes de l’Eternel et l’Evangile :
 
La Pâque signifie que nous sommes sauvés par le Sang.
La fête de pains sans levain symbolise notre purification par le Sang.
La fête des Prémices représente le fait que nous sommes mis à part pour Dieu.
La Fête des Semaines ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit.
La fête des trompettes nous appelle à devenir un témoin de l’Evangile.
La fête des expiations annonce l’espérance de l’adoption finale.
La fête des Tabernacles symbolise la marche dans la présence de Dieu.
 
Leçons spirituelles et symbolisme des 7 fêtes de l’Eternel :
  • La Pâque (Pessah): C’est un rappel de l’Exode.
 
 De la Délivrance de l’esclavage. C’est une Image de Rachat. L’ange de la mort passait au dessus des maisons des israélites qui avaient le sang de l’agneau pascal sur le linteau (montants de la porte).  Cette fête nous parle de l’Expérience du Salut et de la Sainte Cène. La Pâque est un Symbole de Rédemption.
 
 
  • Pain sans levain (Matzot): Cette fête symbolise la Purification.
 
Devant un triste état moral de nos assemblées et la tolérance du péché, on s’enfle d’orgueil au lieu de s’affliger et de se repentir (1Cor. 5 :1-2) Comme l’église apostate de Laodicée, on ne voit pas sa misère spirituelle. On se croit riche alors qu’on est malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu (Ap. 3 :17). Un peu de levain (symbole d’impureté) fait lever toute la pâte (1Cor. 5 :6).  Mais voilà la leçon à retenir et le sens profond de la chasse au ‘Hametz (le levain): « Enlevez le vieux ‘Hametz du péché pour devenir purs. Alors, vous serez comme une pâte nouvelle et sans levain, ce que vous êtes déjà. En effet, Mashiah a été offert en Sacrifice, comme notre Agneau de Pâque. Célébrons donc le Séder avec de la Matsa, avec un cœur pur et sincère. Ne mangeons pas le pain fait avec du vieux ‘Hametz, le l’Hametz des mauvaises actions et du mal (1Corinthiens 5 :7-8) ».
 
  • 1er fruits : Prémices : Cette fête symbolise Consécration, la mise à part (1Corinthiens 15 :20, 22
 
-En latin, primitiae (« premiers fruits »).
-Premiers fruits, premiers produits de la terre ou du bétail.
-Début, commencement. Ce nom n’est utilisé qu’au pluriel.
 « MAIS MAINTENANT, MASHIAH (LE MESSIE) EST RESSUSCITE DES MORTS, IL EST LES PREMICES (PREMIERS FRUITS) DE CEUX QUI SONT MORTS ».
 
 
  • Pentecôte (Shavouot) : fêtes des semaines.
 
 Il faut compter 49 jours (7 semaines après Prémices) pour célébrer la Pentecôte. Ces jours sont comptés dans la synagogue et font partie de la Liturgie juive. C’est ce qu’on appelle compter les « Omer ».La Pentecôte a lieu 50 jours après la Pâque. La Pentecôte commémore la promulgation de la Loi (la Torah)  sur le mont Sinaï. Pour le Chrétien/Messianique, Shavouot/la Pentecôte symbolise le Don permanent du Saint-Esprit à l’Eglise. L’Effusion de l’Esprit (Actes 2). La Pentecôte enseigne « d’attendre à Jérusalem pour être revêtu de la puissance d’en haut et pour pouvoir aller loin ». Nous sommes dans l’Action de Grâces.
 
La Fête des semaines -Shavouot ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit
 
-La Fête des Semaine ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit. D’où l’ordre d’être continuellement remplis du Saint-Esprit (Eph. 5 :18 ; Ac. 2 :4 ; 2 :38…)
 
 
La Torah de L’Esprit de Vie m’a affranchi de la loi du péché et de la mort (Rom. 8 :1)
 
La fête de la Pentecôte (Shavouot/Semaines) a lieu  50 jours après la Pâque de L’Eternel (5O jours après Pâques dans la chrétienté).
Pour le Judaïsme, Shavouot est par tradition la commémoration du Don de la Torah à Moïse (et aux Israélites).
Pour les Messianique, il s’agit du Don Permanent du Saint-Esprit à la Kehila (l’Eglise) – Ac.2 ; Joël 2 :28… 
Rappelons que Torah signifie Instruction, Enseignement, Volonté Révélée de Dieu ; loi, principe… le Pentateuque (les 5 Livres de Moïse), parchemin…
Le Saint-Esprit est l’Esprit de Dieu, l’Esprit du Messie, l’Esprit de la Grâce…
 
 
  • Trompettes : Rosh Ha shana (« tête de l’année »).
 
C’est la Nouvelle année (mais au début,  elle n’était pas la nouvelle année). Elle célèbre la création du monde. Normalement, Pâque commençait la  nouvelle année.  Tishri était donc la « nouvelle année » des nations alentour. Le 1er Tishri. Comme notre premier janvier (par calcul des Rabbins). Rosh Ha shana est célébré en soufflant le Schofar (corne de Bélier) pour Préparer Yom Kippour – [10 Tishri] (Sept/Oct). La fête des Trompettes symbolise l’inspiration. Ce qui nous pousse à parler pour Dieu. C’est un Rappel du Retour du Messie (1Thess. 4 :16-19 ; 1Cor. 15). Quand le dernier Schofar (la dernière trompette) sonnera .
 
 
  • Jour de l’expiation (Yom Kippour) :
 
Le 10 Tishri. C’est le Jour le plus saint. Ce jour symbolise l’Adoption. Le Grand Pardon (Lev. 16).
 
  • Tabernacles /Huttes (Soukkot) :
 
Jean 7 :2. Cette fête signifie marcher dans la Présence de Dieu. Présence de Dieu dont nous sommes conscients. C’est la dernière fête de l’année religieuse le 15ème jour du 7ème mois (Tishri) ; (15-21 Tishri) (Sept./Oct). 5 jours après Yom Kippour. Lévitique 23 :3. C’est la fête des tentes, des tabernacles, des huttes, des cabanes. Juste après le Yom Kippour (Jour du Grand Pardon). Jetons un regard particulier sur cette fête pour les leçons spirituelles et le symbolisme. Tous les hommes devaient se rendre à Jérusalem pour cette fête de 8 jours. Ils habitaient dans des tentes pour se rappeler l’errance d’Israël dans le désert.  Israël avait alors peu de possessions. Israël était sans domicile fixe (SDF). Il y avait peu de provision d’aliments. Mais Dieu a pourvu surnaturellement aux repas, aux habits et aux abris. Quand ils n’avaient rien, quand ils étaient complètement démunis, Dieu a pourvu. Habiter sous des tentes, est un rappel de la Grâce de Dieu. Il faut apprendre à dépendre de Dieu. Pas des sécurités des possessions matérielles. Soukkot est la célébration de la demeure plus grande que Dieu donne. C’est une célébration de la  moisson. Un Festival d’Actions de Grâces. Il y a Récitation de l’Hallel (Ps. 113-118). On Agiter des fruits, des branches de palmier, des rameaux d’arbre. C’est une fête agricole et historique.Dieu est Adona Yirah (YHWH Jireh)- L’Eternel qui pourvoit.  Cela nous rappelle la manne. L’hospitalité. Le1er zèle. Une véritable assemblée d’adoration Jean. Chap. 7-9  nous édifie bien à ce sujet: Jésus est la Lumière du monde (Jn. 8 :12).  « Si quelqu’un a soif… »  (Jean 7 :37-39).  Le dernier jour de la fête, il y avait une grande fête de l’eau.  C’était la « Joie de l’eau ». Le  2ème jour, de l’eau était versée sur la foule.  « Vous puiserez de l’eau… » (Es. 12 :4). La  Promesse est  pour vous et pour vos enfants (Ac. 2 :39, Ac. 1 :4-8). De grands feux étaient aussi allumés. On se réjouissait avec des danses. Le  Temple était bien éclairé : « Je suis la Lumière du monde » (Jn. 8 :12). C’est aussi un rappel du Tabernacle de Moise et  du Sacrifice de Jésus.  « Sukkah rappelle aussi  manger, « summah ».  On jette un regard prophétique sur le Royaume Messianique. Dieu sera reconnu comme le Pourvoyeur de toute la terre. Cette fête sera observée universellement par toutes les nations selon Za. 14 :16. Que Dieu accélère la venue du Royaume. Soukkot symbolise aussi l’Accomplissement Prophétique, la Restauration et le Renouvellement de toutes choses.
 
Doit-on célébrer les fêtes des Ecritures Hébraïques («  L’Ancien Testament ») ? - Voir Lévitique 23. 
 
OUI, MAIS, Paul s’élève contre la soumission légaliste aux rites mosaïques et aux inventions rabbiniques. Il se fonde sur la révélation qu’il a eue du Messie.  …comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! (Galates 4 :8-11). Nous célèbrerons les fêtes hébraïques bibliques des Ecritures Hébraïque (« l’Ancien Testament »), mais seulement en rapport avec leur accomplissement  par Jésus dans l’Alliance Renouvelée. Jésus dit : « Faites ceci en mémoire de Moi ». Dans le contexte pascal. Mais par extension, cela s’applique à toutes les 7 fêtes de l’Eternel. Par ailleurs, Colossiens 2 :16-17 dit «   Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ ».
 
Paul di : « vous observez »… Célébrer les 7 fêtes pas de manière légaliste ou purement rituel ou par œuvre de mérite, mais en reconnaissant la validité de ces fêtes, en les «mentionnant », en lisant les textes bibliques qui les concernent en privé et en assemblée, en méditant sur leur sens profond, en cherchant le sens des types des symbolismes et leur signification en Messie, en tirant les leçons spirituelles
 
Tel fait une distinction entre les jours; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu (Rom. 14 :5-6). Célébrons les 7 Fêtes de l’Eternel, mais seulement en rapport avec leur accomplissement  par Yéshoua dans l’Alliance Nouvelle (Alliance Renouvelée). Seulement dans la réalité Chrétienne (Messianique) et en relation avec la Croix du Messie, la Nouvelle Alliance et la Grâce de Dieu. On ne doit célébrer ces fêtes que sous la perspective «d’ après la croix » et non celle «d’avant la croix ».  « Après (la Mort) de Jésus-Christ et non avant (la Mort) de Jésus-Christ ». Par ailleurs, Colossiens 2 :16-17 dit «  Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ ».
 
Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 15:07

La Loi (la Torah) n’a pas été abolie, les Fêtes de l’Eternel non plus

 

  1. Il y a Sept Fêtes que l’Eternel demande de célébrer

 

Lévitique 23 nous présente les sept fêtes israélites instituées par Dieu. Le Sabbat (le repos hebdomadaire) étant  le pivot central de ces fêtes. Ces sept fêtes de l’Eternel avaient lieu au cours de trois périodes différentes de l'année (mars - avril ; mai - juin ; septembre - octobre). Pâque, Pains sans levain, Prémices, Pentecôte, Trompettes, Expiation, Tabernacles. Les seules "fêtes" dans les Ecritures Messianiques en Grec (Nouveau Testament) instituées par Jésus sont le Baptême et la Sainte Cène.

C’est la Pâque instituée par Dieu que les premiers chrétiens célébraient

 

  1. Les Sept Fêtes de l’Eternel sont des occasions de nous rappeler les vérités essentielles de notre Foi tout au long de l’année

 

Les Fêtes de l’Eternel (Lev. 23) et l’Evangile (Bessera Tova) : L’ordre de célébrer les Sept Fêtes de L’Eternel contient des leçons spirituelles et des messages et des enseignements bibliques pour ceux qui vivent sous la Nouvelle Alliance. Il faut toujours se rappeler La Bessera Tova -l’Evangile, La Bonne Nouvelle- (1Cor. 15 :1-4 ; 2Tim. 2 :8) et les éléments de la Parole (Doctrine) de Christ (Héb. 6 :1-2). Tout en suivant la liberté et la direction de L’Esprit. Nos enseignements et nos activités devraient donc tenir compte de ces fêtes. Sans tomber dans le piège de la tradition stérile. De l’année liturgique routinière et répétitive. Sans tomber dans la servitude de l’observation rituelle de ces fêtes. Le mot observation peut malheureusement avoir une connotation rituelle, légaliste et conformiste vis-à-vis de la tradition.

 

6.6.8. Avec le Sacrifice du Messie, Le sens profond des Fêtes de l’Eternel est enrichi - L’accent n’est plus sur le rituel mais sur leur sens profond

 

  1. La Pâque signifie que nous sommes sauvés par le Sang de Jésus

 

L’ordre strict de célébrer la Pâque dans l’Ancienne Alliance continue d’être obéie selon son sens profond dans la Nouvelle en « Faisant Ceci en Mémoire de Jésus » (Le Repas Pascal du 14 Nissan, le Repas du Seigneur).

 

  1. La Fête des Pains Sans Levain symbolise notre purification (sanctification) par le Sang

 

D’où l’appel dans la Nouvelle Alliance à être purs, saint... (1Thess. 4 : 1-8 ; 5 :23 ; Héb. 12 :14…)

 

  1. La fête des Prémices représente le fait que nous sommes mis à part

 

(sanctifiés, séparés pour un usage spécial) pour Dieu (2Cor. 6 :14-17…).  Paul nous appelle à offrir nos corps comme un sacrifice vivant (Rom. 12 :1). Symbole de la Résurrection de Jésus, la fête des Prémisses nous rappelle notre résurrection spirituelle (nouvelle naissance) et l’ordre que Dieu donne à tous les hommes de se repentir. De naître de nouveau (Jn. 3 :3,5 ; Ac. 17 :30-31…)

 

  1. La Fête des Semaines ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit

 

D’où l’ordre d’être continuellement remplis du Saint-Esprit (Eph. 5 :18 ; Ac. 2 :4 ; 2 :38…)

 

  1. La fête des Trompettes nous appelle à devenir des témoins de l’Evangile

 

D’où l’ordre missionnaire. L’ordre d’évangéliser le monde (Mt. 28 :19 ; Mc. 16 :15 ; Jn. 15 :16 ; Rom. 1 : 14-17 ; 1Cor. 9 :16…). Et l’ordre de nous occuper jusqu’au retour du Messie (Mt. 25 :14-30 ; Eph. 4 :11…).

 

  1. La fête des Expiations annonce l’Espérance de l’Adoption finale

 

D’où l’appel à la persévérance ; à la fidélité, à la vigilance et l’ordre d’être prêts (Mt. 24 :13 ; Luc 21 :19 ; Rom. 2 :7 ; 8 :19-25 ; 2Tim. 2 :12-13 ; Ap. 14 :12 ; Mt. 24 :42, 44-46 ; 25 :14-30 ; Héb. 2 :1, 3 ; 10 :23, 36-37 ; Phil. 3 :20 ; Tite 2 :13 ; 1Jn. 2 :28…).

 

  1. La fête des Tabernacles symbolise la marche dans la présence de Dieu

 

 D’où l’ordre de pratiquer la Présence de Dieu (Mt. 18 :20 ; Jn. 1 :14 ; 4 : 20-24 ; 14 : 16-17, 20, 23 ; 15 :4-5 ; Rom. 8 :14 ; Gal. 5 :16, 18…).

 

 

    Vous faites bien de rappeler que Christ n’a pas aboli, mais accompli la Loi (la Torah) ; et qu’aucun trait de la Loi (la Torah) ne disparaît (Mt. 5 :17-19). Mais alors pourquoi abandonnez-vous les 7 Fêtes de l’Eternel (La Pâque, Pains Sans Levain, Tabernacles…) ?  Et le Repas Pascal Annuel (Sainte Cène) institué par Jésus à la Pâque de l’Eternel le 14 du mois biblique de Nissan ? Pourquoi ne pas les observer en rapport avec Christ et Son Sacrifice ? Vous direz peut-être que ces Fêtes relèvent de la Loi cérémonielle (rituelle) et ont été rendues caduques…. MAIS LA BIBLE MONTRE CLAIREMENT QUE LA LOI EST UNE ET INDIVISIBLE (Ja. 2 :10 ; Gal. 3 :10). Il n’y a donc pas 2 ou 3 Lois, MAIS UNE ET UNE SEULE LOI MOSAÏQUE. Vous appellerez peut-être les fêtes « ombres et images », « ordonnances charnelles » (Gal. 4 :10 ; Col. 2 :16-17 ; Héb. 9 :10). Les « Ordonnances charnelles » concernent en fait les sacrifices sanglants d’animaux purs (cachères), les purifications corporelles… Ces commandements sacrificiels n’ont pas disparu non plus, MAIS APRES LE SACRIFICE PARFAIT DU CHRIST, CES SACRIFICES CHARNELS ONT ETE TRANSFORMES EN VICTIMES SPIRITUELS ET EN SACRIFICES DE LOUANGES (Os. 14 : 3 ; Héb. 13 :15 ; 1Pi. 2 :5).  

 

6.6.9. Comment vraiment revenir aux Sept Fêtes L’Eternel des Ecritures Hébraïques « l’Ancien Testament » ?

 

  1. Observer les jours de manière obligatoire et légaliste est étranger à l’Esprit de la liberté

 

Paul dans Galates 4 : 9 et 10 dit « VOUS VOULEZ VOUS ASSERVIR ENCORE ? Vous observez les

Que personne donc ne vous juge au sujet d’une fête

Dans Colossiens 2 :16

Le problème c’est le légalisme qui attribut le salut aux œuvres

Il est vrai que le système rituel et cérémoniel n’a rien amené à la perfection. Mais la Loi n’a jamais été abolie. Les fêtes doivent passer au peigne fin de la réformation. Les sacrifices et la prêtrise aaronique et  lévitique ont tout simplement été transformés à cause du Sacrifice Parfait. Le Sacrifice du Messie. Il y a ainsi « abolition » d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité. Mais il y a  introduction d’une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. (Voir Hébreux 7-8-9).

 

  1. Nous ne pouvons demeurer sur les « ombres et images »

 

Ombre des biens à venir et image des choses céleste, jusqu’à une époque de Réformation

Certains commandements se faisaient sous forme d’ombre

Les cérémonies  de l’Ancienne Alliance: images et ombres (Col. 2 :17 ; Héb. 8 :5 ; 9 :23)

Signes et sceaux des alliances

 

  1. Le corps est en Christ

 

Il y a donc transformation du culte rituel israélite en une réalité spirituelle

. Des leçons spirituelles

.Nous avons tout pleinement en Jésus-Christ.  C'est la Liberté en Christ.Birth Of Jesus[1]

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 15:53

feu.jpg

Notre message étant revivaliste, nous attendons le Réveil

 

  1. Il y a eu des réveils dans le passé et il y aura ans l’avenir, mais selon la Vision « Revivaliste » de Dieu Lui-Même et dans Sa Souveraineté

 

Périodes et événement dans L’Histoire de L’Eglise :

-EGLISE APOSTOLIQUE DES ECRITS APOSTOLIQUES (« LE NOUVEAU TESTAMENT ») –CHRSITIANISME (MESSIANISME) APOSTOLIQUE PRIMITIF (30-65)             

-Les persécutions romaines maintiennent la pureté de l’Eglise (Paul et Pierre deviennent des martyres aux environs de 65) -  60-305             

-Acceptation générale de la Bible telle que nous la connaissons aujourd’hui (Fin de l’An 300). 

-Evangélisation de l’Europe du Nord avec un Evangile assez pur (432-800).

Les missionnaires nestoriens continuent à répande l’Evangile à l’Est (600-1350).            

Premier Grand Réveil (1727-1780).        

Deuxième Grand Réveil (1792-1842)     

Troisième Grand Réveil (1857-1859).    

Quatrième Grand Réveil (1900-1930).  

-Une diffusion mondiale très médiatique et sans précédent de l’Evangile – Malgré une grande apostasie générale dans la Chrétienté un petit reste fidèle connaît un réveil et une restauration mondiale dans le silence et la discrétion (Années 80 à 2000) 

-2000 ( ?) : MANIFESTATION D’UN VERITABLE REVEIL - RESTAURATION COMPLETE DE L’EGLISE AU CHRISTIANISME (MESSIANISME) APOSTOLIQUE DES ECRITS APOSTOLIQUES (« LE NOUVEAU TESTAMENT »).

 

  1. Les premiers croyants ont bouleversé le monde (Ac. 16 :17), bientôt, ce sera notre tour de bouleverser le monde

 

 Nous qui avons le Même Esprit, nous pouvons changer et l’église et le monde. Nous pouvons « faire la différence ». Nous pouvons changer les choses. Soyons des « world changers » (des gens qui changent le monde). Avec Dieu nous ferons des exploits (Ps. 60 :12 ; 108 :13). Nous croyons que « bientôt apparaîtra une Moisson dorée » comme le dit la chanson. Dieu enverra sur Son Eglise « un tsunami » du Saint-Esprit qui va tout bouleverser et emporter tant de saletés et de débris sur son passage. Dieu fera souffler ce Vent Puisant de l’Esprit sur toute chair. Et ceci malgré l’infidélité spirituelle et l’apostasie presque généralisée. Et ce sera là où beaucoup ne s’y attendaient pas.

 

  1. Le Dernier Grand Réveil consistera à la Restauration totale de l’Eglise en sa Forme Primitive Apostolique, mais biens plus : L’Epouse sera prête à accueillir l’Epoux

 

Avant le Rétablissement de toutes choses par le Royaume de Dieu, Dieu enverra un dernier Grand Réveil qui consistera à la Restauration totale de l’Eglise en sa forme primitive. Les gens sortiront en masse de la chrétienté paganisée pour constituer un Peuple si puissant sur le plan spirituel que rien ne pourra l’arrêter. Ceci sera sans précédent dans l’histoire. La question est : ferons-nous partie de ceux qui suivront ce Mouvement Final de l’Esprit. Mouvement sans précédent dans toute l’histoire de l’Eglise. Sachons à quelle heure nous sommes sur l’horloge de Dieu et sachons discerner les temps. « Ca sent une odeur de pluie ». Une odeur de Réveil. Avec le Petit Reste Fidèle. Mais avec un impact si grand.

 

Ils sauront qu’il y avait un prophète au milieu d’eux (Ez. 33 :33)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 20:09

1. les Décrets et l’Election de Dieu sont basés sur Son plus Sage et Saint Conseil

     Père Fils SE

  1. Les Décrets de Dieu sont intimement liés au Salut de l’homme

 

-Dieu fait tout d’après le Conseil de Sa volonté (Eph. 1 :11).

-Dieu réalise toutes choses conformément à ce qu’Il a décidé et voulu. Sur le plan matériel et physique, Dieu a décrété de créer l’univers et l’homme.

 

  1. Sur le plan moral et spirituel, il y a un ordre logique dans les décrets de Dieu :

 

  1. La création de l’homme.
  2. La chute de l’homme permise par Dieu.
  3. La Rédemption en Christ qui est suffisante pour tous les hommes.
  4. Certains sont élus pour le Salut et les autres demeurent dans l’état qui mène à la perdition.
  5. L’envoi du Saint-Esprit assure l’acceptation de la Rédemption par les élus

 

  1. Il n’y a pas de décision d’Election avant de décision de Rédemption

 

Il y a plutôt Rédemption avant Election. Mais Jésus est mort pour tous les hommes – c’est une Expiation (Réparation) illimitée (et non limitée).

Dieu n’est pas l’auteur du péché, mais Il a  réellement décrété de permettre le péché.

Il a décrété de faire « concourir le péché au bien ». Dieu a décrété de sauver l’humanité du péché.

Il a décrété de récompenser ceux qui obéissent et de punir ceux qui sont rebelles à la Vérité.

C’est Dieu qui prend l’initiative.

L’homme est tout à fait responsable. Dieu ne décrète pas les choses par pur hasard, ni  par caprice ou de façon arbitraire, mais d’après Son plus Sage et Saint Conseil.

 

  1. Nous sommes le Peuple élu de Dieu et nous sommes prédestinés au Salut

 

Nous enseignons les 5 points suivants :

  1.  
    1. La corruption totale du genre humain.
    2. L’Election sans condition.
    3. L’Expiation illimitée.
    4. La Grâce n’est pas irrésistible.
    5. Les saints doivent persévérer jusqu’à la fin pour obtenir le salut final

 

2. La pertinence et la logique des Plans et des Dessins de Dieu démontrent que Dieu ne fait rien par hasard

 

  1. Nous servons un Dieu de Plan logique, de Dessin et d’Ordre

 

Dieu est un Dieu d’ordre. D’Ordre Divin. Dieu est un Dieu de structures. De Structures Divines. Dieu planifie et orchestre les choses. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit organisent de manière concertée toutes actions et tout événement sotériologique et eschatologique (qui concerne le Salut et la Fin des Temps).  Il structure Sa Volonté de manière à lui donner le maximum d’ampleur et de retentissement. Il y a Projet Divin. Organisation et Stratégie Divines. Nous ne croyons pas au hasard. Nous ne croyons pas à la chance. Nous ne croyons pas aux jeux de hasard. Nous ne croyons pas au dieu de la chance. Dieu exerce un contrôle ultime sur toutes choses. Dieu a appelés ceux qui ont de l’Amour pour Lui selon Son Projet. (Rom. 8 :28). Dieu gouverne de manière souveraine pour le bien et le bonheur de Ses créatures. DIEU A UN PLAN POUR VOTRE VIE. C’est par la Foi que nous savons que Dieu est à l’œuvre aujourd’hui, sans fatalisme et sans croire qu’il n’arrive que « de bonnes choses » aux justes.

 

  1. La terre a été créé dans un seul et même but : pourvoir à une habitation adéquate pour la race humaine

 

Dieu n’est pas responsable du désordre cosmique. En réalité, Dieu contrôle et dirige tout afin d’accomplir Sa Parfaite Volonté et Son Plan Parfait. C’est « Son Gouvernement ». La Volonté de Dieu et Son Plan ont été établis avant la fondation du monde.  Dieu contrôle absolument tout. Dieu peut même utiliser la volonté de l’homme et le libre arbitre de l’homme pour réaliser et Sa Volonté Parfaite et Son Plan Parfait. La Bible est un registre du Plan de Dieu. Un registre de Création et de Réconciliation centré sur Christ.

 

  1. Dieu ne met Sa Gloire que là où Son Dessin est respecté

 

Le véritable apôtre sait répondre à ces questions cruciales : « Quel est le Plan de Dieu ? », « Quel est le Dessin Divin ? », « Quelle est la Structure Ecclésial », « Quel est le Gouvernement de l’Eglise ? »

Un apôtre a une mentalité du Royaume de Dieu. Le prophète communique la Vision Céleste, l’Ordre, la Perfection Divine. Le prophète d’aujourd’hui doit connaître le Fondement, le Plan/le dessein, l’Ordre, la Structure révélée par le Seigneur… La Doctrine est un ministère primaire car elle nous donne la compréhension du Plan Divin. La Perfection ne peut s’atteindre que par l’Obéissance à Sa Volonté, à Ses Plans et à Ses Dessins (Héb. 2 :10 ; 5 :7-9)

 

3. Dieu a un Plan Sublime et Suprême: donner une Compagne à Son Fils pour l’éternité -L’Eglise

 

  1. Avant que quoi que ce soit n’existe, la Divinité (Le Père, Le Fils, Le Saint-Esprit) a conçu un Plan dans l’éternité passée (Jn. 17 :5 ; Eph. 3 :9-11 ;Ti. 1 :2)

 

-Paul l’appelle le Dessein Eternel, le Plan infini, le Mystère…

-Le Fils est envoyé sur la terre pour aller au Calvaire (les Souffrances Messianiques, la Croix, le Sacrifice Messianique Sublime…)

-Il est impératif de connaître le Plan Eternel de Dieu.

-Chacun de nous doit jouer sa part dans le Plan Eternel de Dieu.

 

  1. La Mort de Christ en Sacrifice pour le péché de l’humanité est le Centre de l’histoire

 

La Croix du Calvaire est le Centre de l’histoire. L’Epouse de l’Agneau est « le produit final » de tous les âges. L’Eglise est la Compagne Eternelle de Jésus-Christ. « Nous sommes destinés au Trône » (Paul E. Billheimer). La race humaine a été créée à la  Ressemblance et à l’Image de Dieu pour un et un seul objectif : pouvoir à une Compagne Eternelle pour le Fils.

 

  1. Par Le Christ, nous espérons participer à la Gloire de Dieu  (Col. 1 :25-27)

 

L’Eglise est l’Agent de Dieu pour l’Evangélisation du monde. Nous, nous ne parlons pas de destin, mais de destinée prophétique. Les Promesses de Dieu pour Israël et les Nations sont accomplies dans le Messie (1Pi ; 1 :19-20 ; 2Tim. 1 :9…). Sa Providence a été à l’œuvre :

-En vue de la Venue du Messie par les Ancêtre du Messie (Abraham, Isaac, David…).

-En vue de la Venue du Messie par l’Exode d’Egypte, les Israélites dans le désert, la Loi…)

-En vue de l’Œuvre Rédemptrice du Messie (Gal. 4 :4 ; Eph. 1 :10…).

Afin que les élus soient sauvés et échappent à la destruction (Mt. 24 :22)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 13:55
Soutien pionniers - Copie (8) - Copie-copie-1

1. L’Evangélisation du monde est encore loin d’être achevée

 

  1. Pourtant nous sommes à la phase finale de l’Evangélisation du monde (la Mission Mondiale).

 

C’est un paradoxe. Jusqu’aux années 2000, le Christianisme s’était répandu comme jamais auparavant. Mais aujourd’hui (toute proportion gardée), on constate que jamais dans l’histoire, si peu a été fait avec autant d’argent. Dans toute l’histoire des communautés dites évangéliques ou pentecôtistes/charismatiques, les Chrétiens n’ont jamais donné autant d’argent. Souvent sans discernement comme cela se fait à notre époque. A des ministères et à des hommes qui n’en valent pas la peine. A des prédicateurs cupides et escrocs. A des faux docteurs manipulateurs. (Jér. 23 :1-2 ; Ez. 34 :1-10). Moins de 3% (des 400.000 et plus) missionnaires (américains) oeuvrent parmi les peuples non-atteints. Des 12.300 milliards de dollars revenus des Eglises aux Etats-Unis, seulement 5,4% (11 milliards) est assigné aux missions à l’étranger. Et de cette somme, seulement 1% (114 millions de dollars) est attribué à la Mission parmi les peuples non-évangélisés ou non-atteints par l’Evangile. 2 milliards de personnes dispersées dans 10.000 groupes ethnolinguistiques doivent encore entendre l’Evangile.    

 

  1. Les méthodes missionnaires traditionnelles n’évangéliseront jamais le monde

 

Des millions de gens n’ont pas encore entendu l’Evangile à causes de barrières culturelles et de préjugés. L’Eglise ne grandit pas là où il n’y a pas de congrégations pertinentes. 1/3 de la population mondiale vivent parmi des gens sans Eglise. Parmi des gens qui leur ressemblent et avec qui ils peuvent avoir un Communion Fraternelle.

 

  1. Il y a encore trop peu d’ouvriers dans la Moisson des âmes

 

Soyez conscients du besoin spirituel du monde. Le monde a besoin d’être évangélisé. Plus de 2 milliards de personnes ne sont pas encore atteintes par l’Evangile. Il y a encore beaucoup de peuples non-atteints. « La Moisson est grande, mais il y peu d’ouvriers, priez donc le Maître de la Moisson d’envoyez des ouvriers dans sa Moisson » (Mt. 9 : 37-38). Priez pour qu’il y ait assez d’ouvriers pour faire de ces nouveaux croyants de véritables disciples. Priez pour que le Seigneur suscite beaucoup d’ouvriers dans votre pays. Priez pour que votre assemblée envoie des missionnaires dans d’autres régions de votre nation et dans d’autres pays. 

 

2. Nous avons une vision mondiale de la propagation de l’Evangile (la Mission)

 

  1. Cette vision est née de l’Ordre Divin d’annoncer l’Evangile du Royaume à toutes les Nations

 

NOUS DEVONS PRECHER LA BONNE NOUVELLE DU ROYAUME POUR SERVIR DE TEMOIGNAGE A TOUTES LES NATIONS (MT.24 :14).  Tous ceux qui ne connaissent pas Dieu doivent entendre l’Evangile. Cette Action « Evangélistique » et Apostolique met l’accent sur deux aspects fondamentaux: La Prédication de l’Evangile et l’Implanter d’Eglises locales surtout là où elles sont inexistantes. Cette action se propose de renforcer celles qui existent déjà et qui s’ouvre au Message Apostolique. Elle sera certainement une bénédiction pour diverses assemblées de disciples remplis de l’Esprit à travers le monde. Ce mouvement de l’Esprit permet aux croyants de pratiquer les Principes du Royaume et de régner dans la vie

 

 

  1. « Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple… » (Ac. 10 :40)

 

Il faut alors parler fréquemment en privé et en public de la Bonne Nouvelle. Comme Jésus le faisait dans le Temple et dans les maisons. L’Eglise primitive agissait aussi dans le Temple et dans les maisons. Nous encourageons donc la création de petits groupes/cellules « apostoliques » de l’Eglise locale, des rencontres dans les maisons pour étudier la Bible et pour prier, du porte-à-porte pour témoigner dans le voisinage et un programme pour enseigner les nouveaux croyants de manière individuelle, la « Formation Biblique pour Tous » et l’établissement de « centres de Formation » pour ceux qui peuvent s’engager à temps plein dans une Formation Biblique, les « voyages  apostoliques » pour visiter les frères et les sœurs ouvert au  « Message Apostolique » à travers le monde…

 

  1. Les Evangéliques peuvent mieux faire

 

Les Evangéliques constituent le mouvement religieux qui connaît la plus forte croissance. Le taux de croissance annuelle de l’Eglise est beaucoup plus grand que celui de la population mondiale. Le nombre des Chrétiens Evangéliques croit 3 fois et ½ plus vite que la population mondiale. Pour la première fois dans l’histoire, on peut voir le bout du tunnel. Il est enfin possible d’avoir un « mouvement d’Eglise » pour chaque groupe ethnolinguistique.  En 1974, environ la moitié de la population mondiale était non-atteinte par l’Evangile. Ces gens étaient hors de la portée des Eglises existantes. Aujourd’hui environ 1/ 3 de la population mondiale doit encore entendre la Bonne Nouvelle. La population mondiale croit de 1,6% par an. La chrétienté en général croit de 2,6%, l’islam de 2,7%. Les « Pentecôtistes et Charismatiques » croissent de 7,3 % ; tous les « Evangéliques » de 5,7%. Les « Protestants croissent globalement de 2,9%. Les catholiques romains perdent 1,2%. La tendance générale de la chrétienté est sans équivoque à la hausse. La Foi Biblique se propage vers les extrémités de la terre comme jamais auparavant. Avec de plus en plus de missionnaires non occidentaux. Mais, nous pouvons encore mieux faire. 2 milliards de personnes doivent encore entendre l’Evangile.

 

  1.   Il y a beaucoup de nouveaux croyants Evangéliques un peu partout dans le monde, mais il faut faire encore un peu plus d’efforts dans l’Evangélisation

 

La croissance des Evangélique démontre la merveilleuse Oeuvre du Saint-Esprit à travers beaucoup de croyants engagés. La foi Evangélique est le mouvement religieux qui avance le plus vite dans le monde. Malheureusement ces nouveaux croyants sont rarement bien enseignés et « faits disciples ». Un tout petit nombre de disciples consacrés, mobilisés et bien formés fera accélérer les choses. Au vu du nombre d’évangélisateurs et de missionnaires que les Evangéliques peuvent mobiliser aujourd’hui et comparés à nos prédécesseurs, la tâche d’une Evangélisation totale du monde est devenue relativement petite et tout à fait réalisable. Et ainsi l’Eglise sera au complet.

 

3. L’Eglise selon Dieu n’a rien à voir avec ce qu’on appelle « église » aujourd’hui

 

  1. La chrétienté s’est bien éloignée de la Pensée de Dieu

 

La chrétienté s’est bien éloignée du Primitivisme Apostolique. Au 12ème siècle, quelqu’un a dit : « Sincèrement, je ne peux pas vraiment savoir si l’état prospère actuel de l’Eglise plait plus à Dieu que sa condition humble primitive. L’état primitif était peut-être meilleur, mais l’état actuel est plus agréable ». Mais devant une église officielle si puissante selon les principes et les valeurs de ce siècle, ceux qui ont l’Esprit de Dieu et qui en sont remplis, ne peuvent qu’être attiré par l’humilité, la pureté et la simplicité de l’Eglise Apostolique. Toute personne qui possède l’Esprit, qui expérimente continuellement  Sa Plénitude et qui connaît le Plan de Dieu pour l’Eglise ne peut ni se réjouir ni être satisfait de l’état actuel de l’église officielle. Pourtant les marques de l’Eglise des origines étaient la Puissance Spirituelle, L’Autorité du Nom de Jésus et la Pureté. En 1260, Thomas d’Aquin a visité le pape Innocent IV. Innocent IV a présenté toutes les richesses de la papauté à Thomas d’Aquin. Après avoir admiré ces trésors, Innocent a déclaré à Thomas : « vous voyez, mon brave Thomas, je ne peux plus dire comme le ‘premier pape’ : « je n’ai ni argent ni or ». Thomas d’Aquin a acquiescé, mais il ajouté : « Et vous ne pouvez plus dire non plus : « au Nom de Jésus-Christ, lève-toi et marche »

 

  1. Cette action résulte d’une insatisfaction et d’une frustration devant la dégénération de « l’église »

 

Ce ministère est le résultat d’une insatisfaction et d’une frustration. Insatisfaction et frustration devant une « église » qui ne ressemble en rien à ce que Dieu a laissé dans le livre des Actes. Mais nous servons le Dieu de l’Espérance (Rom.15 :3).

 

  1. Cette action est donc aussi l’expression d’une grande Espérance de ce que Dieu va faire de nouveau

 

Nous avons l’Espérance de choses meilleures. Il y a de l’insatisfaction et de la frustration certes, mais il y aussi une grande Espérance et une grande expectative. Une grande Espérance et une grande expectative devant ce petit Reste Fidèle de vainqueurs qui ne plie pas les genoux devant baal, mais qui s’attache à la Vérité et à la Promesse de Restauration de l’Eglise. « Nous dérangeons ceux qui sont à l’aise et mettons à l’aise ceux qui sont dérangés ».

 

  1. Ce ministère répond à un appel de Dieu d’implanter des Eglises selon le Modèle Apostolique des origines

 

-Il est essentiel d'implanter de nouvelles Eglises. L’Eglise n’est pas encore au complet. Elle le sera quand la totalité des rachetés y entrera.

-« Nous sommes fortement convaincus que le Discipolat et l’implantation de nouvelles assemblées restent les moyens les plus efficaces d’évangélisation ».

-Implantons des communautés ou assemblées Messianiques et Apostoliques Selon le Cœur du Souverain Pasteur et la Méthode de Ses Apôtres.

-Il faut implanter des Eglises du type « néo-testamentaire » sous la supervision d'apôtres.

-Le Saint-Esprit doit exerce la « gestion directe » de toutes les affaires de la congrégation.

-L'assemblée doit être une communion fraternelle sans compromis avec le monde.

-L'assemblée doit être exigeante avec ses membres et elle doit les séparer spirituellement de la société.

- L'Eglise doit être une communion d'individus qui recherchent la Perfection spirituelle.

- L'Eglise doit chercher la Puissance et la Pureté spirituelle.

 

  1. Nous désirons tout simplement faire partie de l’Eglise des origines établie par Jésus-Christ

 

La catastrophe est que les structures de nos assemblées viennent de traditions, de pratiques et de procédures purement humaines ou même d’influence démoniaque. Traditions tellement « pétrifiées et endurcies » par des « auto-justifications » que même la Parole de Dieu ne peut les briser. Mais ce qu’il faut vraiment savoir c’est : CE QU’ENSEIGNE LA BIBLE SUR L’EGLISE – SON BUT, SON GOUVERNEMENT, SA FONCTION, SON EXPRESSION, CE QU’ENSEIGNE LA BIBLE SUR LES PRATIQUES DE L’EGLISE… Le Reproche de Jésus retentit encore à cette « vigne étrangère » qu’est devenue la chrétienté : « Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu » (Ap. 3 :17).

 

  1. « Mais pourquoi en faire toute une affaire ? », « …afin que tu saches… pourquoi il faut se conduire ainsi dans la maison de Dieu »

 

La Maison de Dieu est l’Eglise du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la Vérité (1Tim 3 :15). La Bible et l’histoire enseigne que l’Eglise a été fondée par Jésus-Christ. Ses Doctrines et pratiques ont été établies bien avant les confessions, les dénominations, les communautés, les organisations, les sectes, les traditions, les conciles, les synodes… Bien avant les dogmes, les structures… que nous connaissons aujourd’hui. Nos Enseignements ne doivent être basés que sur la Bible seule. Non sur la tradition, les credo, les professions de foi… les gens lisent les Ecrits Apostoliques (le « Nouveau Testament ») de manière superficielle. Ils s’y sont habitués. C’est la tradition. C’es en étudiant les Ecrits Apostoliques en profondeur par le Saint-Esprit et avec la Pensée Hébraïque Biblique, qu’on peut vraiment savoir comment se conduire dans la Maison de Dieu. La Famille de Dieu. Cette famille, c’est l’Église du Dieu vivant, qui soutient et protège la Vérité.

 

4. L’histoire de l’Eglise et les racines de notre Foi sont ignorées

 

  1. L’histoire de l’Eglise n’est pas assez ou pas du tout connue des fidèles

 

L’apprentissage de l’histoire de l’Eglise favorise l’enracinement du Christianisme dans ses origines. Cet apprentissage débouche sur une ouverture vers des horizons nouveaux de l’Esprit. Il nous aide à comprendre le présent et à acquérir plus de sagesse et de prudence pour le futur. « C'est bien de connaître notre histoire pour bien comprendre ce que nous vivons dans nos assemblées respectives. Pour comprendre pourquoi le Corps de Christ est divisé et qu'il n'est plus greffé sur l'olivier franc qui est Israël. Pourquoi des traditions ont pris plus d'ampleur que la Parole de D.ieu. Oui, il est temps de revenir à D.ieu et de l'adorer en Esprit et en vérité pour que nous marchions vraiment à la suite de Yéshoua » (Gilles Schofar).

 

  1. Nous devons connaître ces choses pour mieux préparer l’avenir

 

Nous analysons le passé pour mieux comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui. Beaucoup d’évènements très importants de l’histoire de l’Eglise sont délibérément cachés pour empêcher les gens de connaître la vérité. Cette vision rappelle ces évènements historiques – clés. Vous comprendrez le pourquoi de certaines croyances et pratiques malsaines et pourquoi nous enseignons et agissons différemment. Une des raisons de nos faiblesses et stagnations, c’est que l’histoire a été occultée. Certains ont essayé de réécrire l’histoire pour cacher la vérité.

 

  1. Quand la véritable histoire de l’Eglise n’est pas racontée et rappelée régulièrement, elle est très vite oubliée

 

En deux générations, tout est oublié. Certains croient que notre approche de l’histoire est négative et révisionniste. Bien au contraire, c’est une approche positive et corrective. Nous puisons directement aux données historiques, anthropologiques, archéologiques… par une approche tout à fait scientifique et aussi tout à fait biblique et spirituelle. Toutes ces choses restées aux « spécialistes » : l’essentielle de l’histoire Eglise, la Doctrine Chrétienne (Messianique) Essentielle… nous, nous voulons les populariser, les rendre accessibles à tous. Voilà pourquoi nous offrons une Formation Biblique et Doctrinale (théologique) pour tous. Nous aimerions faire de chacun un  « théologien ». Un ministre qualifié et propre à toute bonne œuvre.

 

5. L’Esprit nous interpelle (entre autres) sur le besoin de Discipolat et de Formation

 

  1. Nous répondons à un réel besoin de Formation dans l’Eglise

 

Il faut créer les conditions favorables pour la Formation pratique et didactique de tout croyant qui désire se former dans le domaine des choses saintes. Nous encourageons la mise sur pied de nouveaux « Centres de Formation Bibliques » « flexibles » selon  les besoins du terrain, des conducteurs et des assemblées. Des centres ouverts à tous et où le manque d’argent ne soit pas un facteur d’exclusion comme c’est le cas aujourd’hui. Cette oeuvre vient d’un appel divin à enseigner prophétiquement avec efficacité, clarté, Autorité et Puissance. Avec la mission précise de former et de perfectionner des disciples de Jésus-Christ par le Saint-Esprit. C’est cela « FORMER POUR TRANSFORMER ». Former le croyant en vue d’une transformation personnelle et de son monde. Bien former des disciples et établir les Principes de l’Eglise Primitive pour ne pas être dépendant des éléments humains mais du Saint-Esprit dans l’assemblée et la vie de tous les jours.

.

  1. Un de nos objectifs ciblés est donc de faire des disciples qui eux-mêmes en feront d’autres

 

Des disciples accomplis qui à leur tour feront d’autres disciples. Rappelons que nous ne sommes membres d’aucune dénomination, mais nous sommes tout simplement des disciples du Messie. Oui, allez, et en allant (présent continuel), faites des disciples (parmi toutes les Nations). Cet accent mis sur l’Evangélisation et le Discipolat est profondément enraciné dans les Ecritures.

 

6. Nous sommes à l’écoute du Saint-Esprit qui nous conduit dans toute la Vérité et restaure la Vérité Biblique et Historique

 

  1. Nous voulons laisser l’Esprit faire les choses à Sa Manière

 

Il y a de la Joie et du Contentement [pour les vrais disciples], là où Dieu fait les choses à Sa Manière. Là où les croyants ne sont pas des « chauffeurs de  bancs » mais des ministres oints. Là où les prédicateurs ne sont pas des gourous ou des escrocs mais des serviteurs humbles et fidèles. Là où on ne manipule pas les gens en les forçant à « lever la main pour recevoir Christ » mais là où il y a Repentance et Foi sincères. Là où il n’y a pas de harcèlement pour payer la dîme mais où l’on donne avec joie et sans contrainte. Nous aimons les cadres où règne la Générosité - une libéralité sans hésitation. Là où tout est motivé par l’Amour. Notre cadre de rencontre n’est pas un lieu pour apprendre la religion mais la plus grande preuve tangible de l’Existence de Dieu.

 

  1. Dieu a œuvré, Il nous a laissé une chose excellente, les hommes l’on pervertie ; mais Dieu fait une Chose Nouvelle par la « Réparation » du Saint-Esprit

 

Dieu promet la Restauration à Son Peuple : « Je vous remplacerai les années qu’ont dévorées la sauterelle… (Joël. 2 :22-25). Eh bien, l’Eternel va remplacer ce que nous avons perdu. « La gloire de cette dernière Maison sera plus grande que celle de la première, dit l’Eternel des armées… (Ag. 2:9). Néhémie a bâti sur des ruines. Néhémie a rebâtit la Muraille de la ville (Néh. 2 : 17-20). Esdras a reconstruit le Temple (qui symbolise le Vrai Culte)… Dieu promet une Chose Nouvelle à Son Peuple (Es. 43:18-19 ; Ap. 21 :5).

 

 

  1. Le Saint-Esprit conduit les disciples qui Lui sont attentifs dans toute la Vérité (Jn. 16 :13)

 

 

Quand l’Esprit de Vérité viendra, Il vous conduira dans la Vérité tout entière. En effet, Il ne dira pas des choses qui viennent de lui. Mais il dira tout ce qu’Il entendra et Il vous annoncera ce qui doit arriver (Jn. 16 :13, PDV). Ces nouvelles lumières de la Part du Saint-Esprit pousse tout croyant réceptif à l’Esprit à faire les choses à la Manière des Apôtres et selon leur Modèle. A persévérer dans l’Enseignement et la Pratique des Apôtres. Jusqu’au Rétablissement de toutes choses par le Saint-Esprit. Malgré la grande puissance, le succès et la progression phénoménale des Chrétiens Evangéliques (surtout ceux de traditions pentecôtiste/charismatique), les structures, les styles, les modèles et les programmes des communautés ne sot pas appropriées pour une Evangélisation vraiment efficace et un bouleversement positif de la société. Imaginez nos communautés avec plus d’Obéissance, de Puissance, plus de Miracles…

 

  1. Le disciple prend une orientation restaurationniste

 

Dans l’atmosphère actuelle de déclin et de dégradation spirituelle, veillons et prions pour contrecarrer le principe de déclin spirituel. Montons la garde contre l’ennemi spirituel et que chacun soit à son poste de Prière et du Ministère (Néh. 7 :1-3 ; Hab. 2 :1). La Restauration de quelques vérités essentielles à la Foi est déjà réelle. Elle a bien sûr commencé depuis longtemps dans une portion très importante de la chrétienté. Mais la Restauration doit être un Retour à toute la Vérité. Le processus de Restauration de toute la Vérité n’est encore réelle qu’à une échelle relativement petite.

 

  1. Nul ne peut prétendre avoir déjà atteint une Restauration totale - Il faut avancer et continuer

 

La Restauration est bien avancée. Elle doit continuer. Elle doit atteindre la totalité des vrais croyants. Alors, Jésus viendra chercher Son Eglise. L’Eglise sera totalement restaurée quand elle sera au complet. Au milieu de cette apostasie générale, la Restauration doit s’étendre à une plus grande échelle. Il faut par le Saint-Esprit rétablir le Christianisme dans sa forme primitive, originale.

 

  1. Participons à la Restauration de « l’Autel de Dieu qui a été renversé » et à la Restauration du « Tabernacle de David »

 

Nous sommes ouvriers avec Dieu (1Cor. 3 :9). « Elie rétablit l’Autel de l’Eternel a avait été renversé… » (1Ro. 17 :30-32). On se pose souvent la question « Où est l’Eternel, le Dieu d’Elie ? » (2Ro. 2 :14). Mais il faut aussi se poser la question « où sont les Elie d’aujourd’hui ? ». Élie était un homme tout à fait comme nous (Ja. 5 :17). Dieu a aussi dit : « Je relèverai de sa chute la Tente de David, J’en réparerai les ruines, et je la redresserai… » (Ac. 15 :16). La Tente de David signifie bien sûr, la maison et postérité de David. Mais bien plus que cela. La Tente (Le Tabernacle) de David est un symbole restaurationniste fort. Le Seigneur aimait le Tabernacle de David. Pas simplement parce que ce lieu Lui était consacré, mais car il n’y avait pas de voile qui Le séparait des adorateurs qui se tenaient devant l’Arche de l’Alliance. Le Tabernacle de David était un lieu d’intimité entre le Père et Ses enfants. C’est ce que Dieu a toujours voulu depuis la création d’Adam et d’Eve. C’est ce qu’Il désire encore aujourd’hui (Am. 9 : 11-12 ; Ac. 15 :13-17).

 

  1. Ce que nous voulons, c’est vivre la Plénitude de l’Evangile et la Plénitude de l’Eglise

 

-Le Plein Evangile (« Tout l’Evangile »), c’est tout faire selon le Plan de Dieu.

-Le Plein Evangile, ce n’est pas seulement le Baptême du Saint-Esprit et le parler en langues, mais aussi rétablir pleinement le Sacerdoce Universel, le Gouvernement Biblique de l’Eglise, l’Apostolicité, le Prophétisme….

 

7. Tout enseignement doit être éprouvé par la Parole et l’Esprit de Dieu

 

  1. Nous accueillons les ministères apostoliques et prophétiques passés au peigne fin de la Bible

 

Nous mettons l’Accent sur le ministère des apôtres et des prophètes d’aujourd’hui. Tout en insistant aussi sur le fait que nous ne devons donner du crédit et n’obéir qu’à ceux qui ont été éprouvés par la Parole de Dieu. Pour une vie d’Eglise saine, il faut éprouver tous les enseignements par l’Esprit et la Parole de Dieu. Sinon, nous serons trompés. Les visions et les messages prophétiques doivent êtres jugés (mis à l’épreuve). Ceux-ci ne doivent pas faire la promotion des visionnaires et des prophètes. Ils n’ont pas pour objectif de contrôler et de lier les gens. On y croit qu’après les avoir éprouvés. Les visions et les messages prophétiques glorifieront toujours Dieu et édifieront l’Eglise après avoir été éprouvés.

 

  1. Beaucoup d’enseignements ne sont que des doctrines de démons et beaucoup de miracles – guérisons sont opérés par des esprits impurs

 

Jésus nous a donc donné la permission et la responsabilité d’éprouver tous les enseignements et tous les prophètes (Mt. 7 :15-23). Eprouvez les esprits (1Jn. 4 :1). Si quelqu’un va au-delà de ce qui est écrit [contredit, ajoute ou retranche] et va plus loin que la Doctrine de Christ, ne le recevez pas et ne les craignez pas (1Cor. 4 :6 ; 2Jn.9 ; Ap. 22 :18-19). Oui, certains ont l’audace de dire au Nom de l’Eternel des choses qu’Il ne leur aurait point dites. N’ayez pas peur d’eux (Deut. 18 :20-22). Et surtout, ne basez pas votre vie ou vos décisions sur les rêves, l’intuition et les prophéties. Pour être sûrs de ne pas se tromper, sachez qu’une prophétie ne peut être que la confirmation de ce que Dieu vous a déjà dit. Éprouver ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas et qui sont menteurs (Ap. 2 :2-3)

Nous ne sommes en riens inférieurs à ces « super - apôtres) autoproclamés. Résistons aux prétendus apôtres (2Cor. 11 :5, 13 ; 12 :11)

 

8. Il faut rejeter catégoriquement tout faux évangile

 

  1. Rejetons l’évangile différent de Celui de Christ (« un autre évangile) - 2 Cor. 11:4.

 

Proclamons le véritable Evangile. Ne nous attachons pas aux doctrines de démons diffusées par l’hypocrisie de faux docteurs (1Tim. 4 :1-7 ; 1Tim. 6 :3-5…). Abandonnons l’évangile matérialiste, mondain, purement humain… l’évangile « glamour » ou bling-bling – le faux évangile de la prospérité.

Il y a trop de prophètes de mensonge à notre époque comme au temps de Jérémie. Il faut arracher les brebis de Dieu de la gueule de ces loups ravisseurs et prédateurs (Mt. 7 :15).

 

  1. Investissons notre argent dans l’avancement du Royaume et non dans la poche d’escrocs

 

Des prédicateurs sans scrupule se sont bâtis d’énormes empires financiers « sur le dos » de fidèles qui souvent ont des revenus très modestes. Ces prédicateurs se sont construits des châteaux immenses et ils vivent dans un luxe insolent. Alors que leurs fidèles ont du « mal à joindre les bouts et à boucler leur fin du mois ». Ces faux docteurs ont promis à leurs adeptes la prospérité et des bénédictions spéciales. La réalité est que ces faux docteurs sont les seuls qui s’enrichissent vraiment au dépend de leurs adeptes. Les faux docteurs prétendent faire des miracles. Ils inventent sans cesse des histoires mensongères. Ils trafiquent des gens au moyen de paroles trompeuses. Parce qu’ils ont très envie de gagner de l’argent, ils vous tromperont par des histoires inventées. (2Pi. 2 :3). Les faux prédicateurs cherchent toujours à gagner de l’argent. Un véritable prédicateur de l’Evangile ne doit pas avoir la cupidité (l’amour de l’argent) pour mobile (1Thes. 2 :5).

 

9. Nous voulons « toute la Vérité et rien que la Vérité »

 

  1. Nous sommes de ceux qui disent la Vérité et non ce que les gens veulent entendre

 

Etant non-dénominationnels, nous explorons des domaines de vérité que les dénominations ignorent ou préfèrent ignorer. Quand nous détectons une erreur, nous choisissons de la corriger et de ne pas persister dans cette erreur. Nous optons pour la croissance en Grâce et en Connaissance en embrassant toute vérité rétablie par le Saint-Esprit. Nous n’avons donc pas peur de vivre plusieurs séries de changements jusqu’au Changement Final de la Glorification des Elus. La majorités des membres des assemblées dites évangéliques/pentecôtistes/charismatiques ont « la démangeaison des paroles agréables. Nous n’insisterons jamais assez là-dessus : Ne prêchons pas et n’enseignons jamais la Parole de Dieu pour dire au gens ce qu’ils veulent entendre. Ce qui chatouille les oreilles. DISONS-LEUR CE QUE DIEU VEUT QU’ILS ENTENDENT (2Cor. 4 :2,5 ; 1Thess. 2 :3-6). Les gens se donnent une foule de prédicateurs selon leurs propres désirs (2Tim.4 :3). Des prédicateurs autoproclamés, cupides (amoureux de l’argent plus que de la Vérité), escrocs, manipulateurs, sorcier charnels…

 

  1. Soyons donc de ceux-là qui Cherchent à plaire à Dieu par-dessus tout

 

Il faut préférer la solitude du prophète, la solitude du prédicateur prophétique plutôt que d’être applaudi par les foules qui aiment entendre ce qu’elles veulent entendre (2Tim.4 :3). « Car notre Prédication ne repose ni sur l’erreur, ni sur des motifs impurs, ni sur la fraude… » (1Thess. 2 :3-6). Sommes-nous devenus vos ennemis en vous disant la Vérité ? (Gal ; 4 :16), « Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ » (Gal. 1 :10). Nous vivons en tension/conflit prophétique avec le monde. « Celui qui veut être ami du monde est ennemi de Dieu » (Ja. 4 :4).

 

  1. Dispensons droitement la Parole de la Vérité (2Tim. 2 :15)

 

Soyons des ouvriers compétents qui dispensent droitement la Parole de la Vérité (qui annoncent correctement la Vraie Parole de Dieu) – 2Tim. 2 :15 - et non des ignorants et des « bricoleurs ».

Nous sommes à la Fin des temps et nous devons être délivrés de toute force trompeuse qui fait croire au mensonge. Attention! Personne ne doit vous prendre au piège avec les idées fausses de la sagesse humaine (Col. 2 :8). Nous rejetons les traditions malsaines et anti-bibliques. Il faut vérifier les faits. Nous ne devons pas diffuser de contrevérités par nos enseignements. Imitons les Béréens (les Juifs de Bérée) qui examinaient les Ecritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact (Ac. 17 :10-11). N’allons pas au-delà de ce qui est écrit (1Cor. 4 :6).

 

10. Dieu utilise les gens de condition humble

 

  1. Devant le mépris des autres, Dieu jette les yeux sur la bassesse de Ses véritables serviteurs (Néh. 4 : 2-4 ; Lc. 1 :48)

 

Dieu a jeté les yeux sur la bassesse de ses serviteurs et de ses servantes (Lc. 1 :48). Parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages du point de vue humain, pas beaucoup de gens puissants, pas beaucoup de gens importants (1Cor. 1 :26-28). Les véritables disciples du Christ font parti de ceux qu’on méprise. Des gens du peuple. Mais précieux aux Yeux de leur Père céleste.

 

  1. Les prédicateurs les plus populaires ne sont pas toujours les plus fidèles à la Parole de Dieu

 

Ceux que les hommes appellent « grands prédicateurs » sont très rarement ceux que Dieu approuve. Gardez-vous du levain des pharisiens… Pourquoi tel ou tel grand téléprédicateur et tel ou tel « grand pasteur » remplis de « sagesse et de connaissances » n’enseignent et n’observent pas ces choses du Discipolat et du Christianisme Primitif » ?Les grands chefs religieux et les anciens du temps de Jésus ont aussi rejeté les Enseignements du Christ. Et cela malgré toutes les preuves (Lc. 22 :66-71 ; Jn. 8 :3-59…). Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait Grâce aux humbles (Pi. 5 :5). Qui s’élève sera abaissé (Mt. 23 :12). Humiliez-vous sous la Main Puissante de Dieu (1Pi. 5 :6). Notre Formation Biblique de disciples n’est que pour ceux qui sont assez humbles et qui ont assez faims de Dieu et de sa Parole. C’est uniquement pour ceux qui ont une bonne disposition de cœur et qui veulent obéir au Grand Commandement (l’Ordre Missionnaire, « la Grande Commission » de faire des disciples.

 

11. Avertissons le peuple (Ez.33 :1-9)

 

  1. Les croyants doivent être mis en garde contre l’apostasie afin qu’ils apprennent à résister aux divers vents de fausses doctrines et de mensonges

 

Avertir, c’est alerter, attirer l’attention sur, mettre en garde… Comme les serviteurs de la maison, que Jésus avait avertis de rester « éveillés » pour attendre le retour de leur Maître, nous sommes parfois tentés de somnoler. « Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente. Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements (2Pi.  12-13).

 

  1. « Sonne de la trompette, et avertis le peuple » - Ez. 33 :3

 

La trompette est un symbole de Proclamation, d’Evangélisation, d’Oracles… Elle a pour objet d’attirer l’attention… Exemple : les 7 anges avec 7 trompettes de l’Apocalypse (8 :2, 6, 7, 8, 10, 12,13 ; 9 :1, 13, 14 ; 10 :7 ; 11 :15). Pour avertir le peuple, il faut savoir écouter l’Eternel. Comme l’adorateur de l’Eternel (Es. 54 :13), qui sait écouter comme écoute des disciples – Es. 50 :4. Cela nous rappelle Marie (de Béthanie) qui s’étant assise au pied de Jésus écoutait Sa Parole (Lc 10 :39). Nous pensons aussi à Samuel qui grandissait. L’Eternel était avec lui, et il n’a laissé tomber à terre aucune de Ses Paroles (1 Sam. 3:19). C’est ainsi que nous pouvons être de vrais proclamateurs. De vrais « avertisseurs ».

 

  1. Y a-t-il encore des gens courageux qui veulent avertir le peuple ?

 

Rappelez-vous ce qui s’est passé vers la fin du moyen age. Des personnes courageuses ont commencé à s’opposer aux erreurs, abus et mensonges de « l’église » catholique romaine. Ils ont dénoncé les richesses excessives de l’organisation romaine. Avec l’invention de l’imprimerie au 15ème  siècle, Il y a eu une plus grande circulation de livres. Beaucoup plus de gens ont eu accès à la Bible. Ils ont commencé à la lire par eux-mêmes, à connaître toute la vérité sur l’Eglise, à adorer Dieu selon le principe Biblique… ces gens ont été appelés « Protestants ». Ils ont protesté contre les erreurs et les abus. Ils ont en fait déclaré avec force, leur opposition à la corruption et aux méthodes iniques du catholicisme romain. Les responsables protestants ont cherché à réformer « l’église » catholique. La rendre meilleure, la rendre conforme à l’Evangile. Où sont les vrais « protestants » aujourd’hui ?

 

  1. Nous sommes attristés de voir l'empoisonnement  progressif de beaucoup d’œuvres évangéliques qui ont très bien commencé

 

Œuvres pour lesquelles nous avons donné toute notre vie de tout cœur, de toute âme... Sans que personne ne proteste avec courage. Que sont devenus les  « protestants » Evangéliques? Nous sommes devenus victimes et complices de l'empoisonnement d'un œcuménisme malsain. Par une recherche de reconnaissance et de notoriété. Par la mondanité et par le compromis. NOTAMENT PAR CERTAINS CONCERTS OU TOUT REGNE SAUF LA VRAIE FOI EVANGELIQUE ET L'ESPRIT DE DIEU. Nous sommes vraiment étonnés que certains soient si impliqués dans l'empoisonnement de l'Eglise de Christ par la compromission de notre Sainte Foi. La foi donnée aux saints une fois pour toute (Jude 3).

 

  1. Nous devons prendre garde à la manipulation et au fait de devenir un instrument dans les mains de l'ennemi

 

L’ennemi ne cherche que la destruction de notre sainte œuvre. Nous sommes infidèles à la Vérité quand nous nous lion spirituellement à des gens qui ne connaissent pas Dieu. Dans un oecuménisme malsain et d'autres mélanges et syncrétismes. Après tout ce chemin vers la Vérité, nous permettons à une semence de compromission de prendre racine profondément en notre sein. Et cela après plusieurs mises en garde. Le fruit de ce compromission qui est très attrayant au début à l'instar du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal se révélera être un poisson mortel pour la foi évangélique de beaucoup. Nous sommes vraiment étonnés que personne ne proteste haut et fort. L'Unité Chrétienne ne doit jamais se faire au dépens de la Saine Doctrine et de la Nouvelle Naissance. Conditions essentielles d'une coopération entre vrais Chrétiens (Messianiques). Ceux qui disent « Seigneur, Seigneur » n'entreront pas tous dans le Royaume de Dieu... certains diront n'avons-nous pas prophétisé... chassé des démons... en Ton Nom. La réponse du Seigneur: Je ne vous connais pas, vous ouvriers d'iniquité. Pourtant ces gens chantent nos chants. Ils utilisent la même terminologie que nous. Mais ils nous invitent à la prostitution spirituelle. Comme dans le cas de compromission de l'Eglise de Sarde. Ressaisissons-nous avant qu'il ne soit trop tard. Repentons-nous.

 

  1. Ne cédons pas et résistons aux exigences de ceux qui ne marchent pas selon la Vérité

 

Ne vous laissez pas troubler par ceux-là qui manquent de culture biblique. Ceux-là qui n’ont ni le niveau, ni les compétences et les qualifications spirituelles… Le Salut (la Délivrance) appartient uniquement  à l’Eternel  et non à des individus, à une organisation, à une communauté, une « église », une secte ou un groupe sectaire (Ps. 3 :8). Les dénigrements, les accusations gratuites et lâches des bricoleurs bibliques, prédicateurs et enseignants autoproclamés (et leurs adeptes) ne doivent pas nous entraîner dans leur égarement et nous empêcher d’annoncer clairement la Vérité (1Tim. 4 :1-2 ; 6 :3-6 ; 2Tim. 2 :15 ; 3 :1-6, 12-14 ; 2Pi. 3 :16-17…). Soyons raisonnables, dans leur grande majorité les membres de la chrétienté ne supportent pas l’Enseignement Juste (la Saine Doctrine), ils font appel à des bricoleurs qui leur disent ce qu’ils ont envie d’entendre (2Tim. 4 :3-5). Les personnes égarées ou attachées à leurs traditions comme leurs « vaches sacrées », à des esprits séducteurs, à des doctrines de démons attaquent ceux qui aiment la Vérité d’une manière inimaginable (2Tim. 3 :12).

 

  1. C’est Dieu qui nous a confié cette Mission, nous ne craignons pas nos adversaires

 

Nous tenons bon devant les Obstacles et les intimidations (Néh. 4 :14-23 ; 6 : 3-16 ; Ez. 2 :1-7 ; Mt. 10 :14-28… Plus vous marchez dans la Vérité, plus les attaques de satan sont violentes.

Il y a « crainte au dehors et lutte au-dedans ». Nous sommes attaqués par les païens et ceux de « dedans », certes. Mais nous serons inébranlables (Col. 1 :23). La Pure Vérité Biblique n’est pas très « bancable » (vendeuse) ou porteur dans une chrétienté matérialiste, compromise et infidèle.

Les sujets bibliques essentiels n’intéressent pas. Que les égarés ne soient pas d’accord avec nous, nous réjouit, car nous aussi nous ne sommes pas d’accord avec eux. Nous cherchons à annoncer tout le Conseil de Dieu avec équilibre.

     (copyright michel silva andrade/action evangelique et apostolique pour les nations-aean)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:33

Vision-MAP.pngIntroduction et présentation de la vision

1. Notre « vision – devise » est « Chacun un disciple, chacun un faiseur de disciples »

  1. Cette vision nous donne une raison d’être et une raison d’agir dans l’Eglise et dans le monde

 Cet ouvrage est un résumé de nos valeurs et de nos principes. C’est un abrégé de la Pensée Messianique Apostolique et Prophétique (MAP). Il regroupe tous les grands thèmes du mouvement Messianique, Apostolique et Prophétique mondial. Ce livre est un condensé de toute la pensée Restaurationiste Biblique. Avoir une vision est très importante. Bien plus important que d’avoir tout simplement une chose à faire. Une vision attire les gens. C’est une clef pour établir (ou rétablir) le fondement de tout ministère. Une vision détermine les priorités. Sachons nous débarrasser des choses qui ne sont pas importantes. Le fait d’être très occupé ne signifie pas qu’on est productif. Une vision est une image de ce que Dieu veut  faire dans l’avenir à travers nous. Une vision crée un sens de valeur et nous aide à chercher l’excellence.

  1. Notre vision du Ministère est donc Messianique, Apostolique et Prophétique (MAP)

L’essence même de notre vision est donc Messianique. Le mot Messianique concerne le Messie Juif Yéshoua (Jésus) et Sa Venue. Nous sommes Messianiques (C’est ce que Chrétiens veut dire). Le Chrétien (le Messianique) est une personne en qui l’Esprit du Messie habite. (Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne Lui appartient pas)-Rom. 8 :9. Les Juifs Messianiques sont les Israélites qui reconnaissent la Messianité de Yéshoua. Ce ministère se veut  Apostolique dans le sens que nous voulons faire la Mission et vivre la Vie d’Eglise à la manière et selon la Méthode des Apôtres et des Premiers Chrétiens (Messianiques). En les imitant. Le Prophétique, c’est ce qui tient de Prophétie (la Prédication). C’est la Proclamation qui se fait sous l’impulsion réelle du Saint-Esprit. Le Prophétique se rapporte aussi aux Prophètes des Ecritures Hébraïques (« l’Ancien testament) et à l’Accomplissement de leurs Prophéties (Prédictions, Prédications) concernant Jésus-Christ. L’Aspect Prophétique se rapporte aussi aux prophètes (et prophétesses) des Ecrits Apostoliques « le Nouveau Testament » et à l’exercice du ministère prophétique aujourd’hui. Voilà des caractéristiques dominantes de notre Identité.

  1. Ce n’est, bien sûr, pas la seule vision que Dieu a donnée à ceux qui suivent Son Fils, le Messie

Seules les sectes proclament qu’hors de leur groupe, « il n’y a pas de Salut ». Nous n’aurons donc jamais l’audace sectaire de prétendre que c’est « La vision de l’heure» ou la meilleure vision du Ministère. A travers l’histoire et jusqu’à ce jour, le Seigneur a donné de très bonnes visions apostoliques et prophétiques à plusieurs autres personnes et à diverses communautés. Mais nous avons l’intime conviction que cette vision que nous diffusons émane du Cœur Même de Dieu. De Son Plan Eternel pour l’Eglise. Elle transmet la « Vérité Présente » (2Pi. 1 :12). Elle participe du principe que « L’Eternel ne fait rien sans avoir révélé Son Secret à Ses serviteurs, les Prophètes » (Am. 3 :7). Oui, Dieu n’agit pas sans faire connaître Ses Intentions à Ses serviteurs les prophètes d’aujourd’hui aussi.

  1. Le Saint-Esprit rétablit les premières choses merveilleuses qui concernent notre Foi

Le Saint-Esprit a donné naissance à une Eglise merveilleuse au premier siècle de notre ère. L’Eglise Primitive. L’Eglise Primitive, c’est l’Eglise à sa naissance et au premier siècle de notre ère. Spécialement à ses débuts. A ce stade, l’Eglise était si puissante, si pure et si efficace. Cette Eglise Primitive reste le Modèle de « l’Eglise visible » de tous les siècles. La chrétienté a perdu les caractéristiques de l’Eglise Primitive. Le Saint-Esprit veut les rétablir. Quand on suit les désirs du Saint-Esprit, Il opère un Renouvellement continuel des choses saintes que nous avons reçues. Il leur redonne une « nouvelle existence ». L’Esprit s’implique alors dans la Réparation de choses qui ont dégénéré. Il rétablit les premières choses merveilleuses qui concernent notre Foi. Il remet les choses dans leurs premiers états.

  1. Nous diffusons le « Restaurationnisme Biblique »

 Cette publication a pour objet de mieux présenter et de mieux défendre la vision, les caractéristiques, les objectifs et la philosophie de notre ministère. Notre ministère est une oeuvre de Restauration (Rétablissement) Messianique Apostolique et Prophétique. La présentation de cette vision donne une Ligne de conduite précise. Celledes idées du Restaurationisme Biblique. Nous nous sommes donc lancé le défi d’exposer par écrit et de manière suivie (systématique et logique) les idées du Restaurationisme Doctrinal, Ecclésial et Charismatique. Charismatique dans le sens de l’exercice et de la manifestation des dons spirituels et des « cinq » Dons – Ministères. Nous diffusons ainsi les idées du Restaurationisme Judéo-apostolique. Nul ne peut nous en vouloir de désirer un retour au Christianisme (Messianisme) des origines. Toute personne de bonne volonté et tout croyant né de nouveau peut donc se laisser convaincre et adhérer à cette vision.

 f. Nous faisons un Retour à la Foi et aux pratiques du Christianisme (Messianisme) des origines

Nous rappelons les grandes lignes du Christianisme (Messianisme) des Ecritures Messianiques et Apostoliques (« le Nouveau Testament ». Nous cherchons à appliquer les principes du Restaurationnisme Evangélique et Apostolique :

-Un Retour à la Foi et aux pratiques du Christianisme (Messianisme) des origines.

-Un Retour aux Saintes Écritures selon la pensée Hébraïque Apostolique.

-Un Retour réel  à la source judaïque de la Foi.

-Un Rétablissement de la Doctrine Pure.

-Un Rétablissement de l’Eglise selon le Dessein de Dieu, et de tous les Dons Spirituels.

-Une Implantation d’ Eglises locales selon le Modèle Apostolique (une Eglise et une seule Eglise de toute la localité).

-Une communauté de croyants qui fonctionnent ensemble selon le Modèle Biblique…

 

  1. Nous cheminons lentement mais sûrement vers une forme plus pure du Christianisme (Messianisme)

 Le Restaurationnisme est un mouvement qui prône un retour nécessaire à une forme plus pure du Christianisme (Messianisme). Celui du 1er siècle. Le Christianisme (Messianisme) Apostolique Primitif (CAP). Celui de l’Eglise du livre des Actes des Apôtres dont les marques caractéristiques étaient l’Autorité, la Puissance et la Pureté. Nous voulons donc agir selon le Modèle de l’Eglise du livre des Actes des Apôtres. La Restauration n’est évidemment pas un retour au 1er siècle, mais un retour au Plan Divin. C’est retrouver l’Intention de Dieu pour l’Eglise.

2. Donnons-nous la main d’association

  1. Nous lançons un appel spécial aux Chrétiens Evangéliques de toutes traditions

Les communautés évangéliques constituent la branche la plus pure de la chrétienté. La famille la plus proche du Plan Original de Dieu pour l’Eglise. Les Evangéliques sont vraiment les héritiers légitimes de l’Eglise Primitive. Le mot Evangélique concerne ce qui appartient et ce qui est conforme à l’Evangile. Le disciple vit une vie conforme à l’Evangile. Une vie basée sur l’Evangile et la Bible. Dieu a encore un peuple qu’Il va faire sortir de la Babylone des fausses religions, des organisations apostates et des sectes (2Cor. 6 :17 ; Es. 52 :11 ; Ap. 18 :4). Nous lançons donc aussi un appel à toutes les personnes sincères de la chrétienté. Mais, c’est au sein de communautés évangéliques que les gens sont le plus proches de la Vérité. La Réforme Protestante a rétablit l’Evangélisme (la doctrine et la pratique des Evangéliques). Cela a été une très grande étape dans la Restauration du Modèle Biblique de l’Eglise. Malheureusement,  beaucoup de protestants se sont arrêtés en chemin pour s’attacher à des modèles humains de l’organisation apostate. Oui, beaucoup se sont arrêté en chemin et s’y complaisent.

  1. C’est une invitation adressée à tous ceux qui veulent revivre la Puissance et la Gloire de l’Eglise sous les Apôtres

Notre appel s’adresse aux croyants régénérés et rachetés qui veulent expérimenter l’Eglise des Actes des Apôtres à notre époque. Ceci n’est pas incompatible avec les méthodes et les moyens modernes de communication, d’Evangélisation, de gestion…La modernité doit au contraire être mise au service de l’Evangile. Mais elle ne doit pas nous éloigner du Christianisme pur.

  1. Voici une occasion à saisir pour avoir un réel impact dans le ministère

 Nous nous adressons aux disciples et autres ouvriers Chrétiens (Messianiques), aux conducteurs spirituels, aux missionnaires, aux responsables de programmes… qui veulent faire les choses à la manière des Premiers Chrétiens (Messianiques) et suivant le Modèle et les Méthodes des Apôtres. Nous exerçons un ministère « restaurationniste » d’Evangélisation et de Mission, de Prédication, d’Enseignement, de Discipolat et d’Implantation d’Eglises qui cible toutes les Nations. Cette vision consiste à faire de chaque personne accueillant ce ministère un vrai disciple de Jésus-Christ. Ceci définit bien notre vision - devise: « Chacun un disciple, chacun un faiseur de disciples ». Nous tâchons de vraiment glorifier DIEU en CHRIST (MESSIE) et de Le faire connaître par la Puissance du SAINT-ESPRIT. Nous contribuons ainsi au Rétablissement de l’Autel de YHVH qui a été renversé par les fausses doctrines et les mauvaises pratiques. Nous ne ménagerons donc aucun effort pour œuvrer à la préparation de l’Eglise pour le retour du ROI -MESSIE : JESUS.

3. Cette vision s’inspire d’un Grand Mouvement de l’Esprit 

  1. Il ne s’agit pas d’une dénomination, mais comme son nom l’indique, il s’agit d’un mouvement international et d’un état d’esprit

C’est un « réseau et une communion apostoliques » de Chrétiens (Messianiques) Evangéliques. Une communion spirituelle au service de « Sa Majesté Divine ». Un mouvement de disciples de Jésus soumis à des principes et à une philosophie du Ministère bien définis.

  1. C’est un mouvement sans hiérarchie où les rapports entre membres d’un même Corps sont horizontaux et non pyramidaux

Nous sommes dans un Mouvement du Saint-Esprit sans hiérarchie et sans chef, si ce n’est Christ.C’est un courant de pensée et non une organisation structurée. Différentes associations, organisations et communautés évangéliques ont leurs sièges un partout dans le monde. Quant à nous, nous ne voulons d’autre quartier général que le Ciel d’où nous recevons directement les Instructions Divines. Notre mouvement n’est pas centralisé. Le seul chef que nous reconnaissons est Jésus-Christ Lui-même.

  1. Il ne s’agit pas d’une organisation, mais d’un désir profond de vivre l’Eglise selon le Plan de Dieu

C’est un réseau informel de disciples de Christ et non une organisation structurée. Un mouvement sans cartes de membres, sans liste de membres… sans siège, sans quartier général… si ce n’est le Ciel. Il n’y a donc, ni carte ni liste de membres, ni d’adhésion. Seules exigences : avoir l’Esprit de Christ, Lui appartenir et avoir été donc rajouté par le Seigneur Lui-Même à Son Eglise (Ac. 2 :47 ; Rom. 8 :9). Il n’ y a donc aucune organisation à joindre. Il n’y a en fait rien de « structuré » à joindre si ce n’est de suivre le Vent de l’Esprit. L’accent est plus sur la « structure relationnelle » que sur la structure juridique. C’est une amitié, un réseau, un partenariat spirituel informel. Il n’y a donc aucun formulaire d’adhésion à remplir pour devenir membre. IL SUFFIT TOUT SIMPLEMENT DE LE REVENDIQUER. DE SE RECLAMER DE CE MOUVEMENT.

4. Rassurez-vous, nous n’avons pas fais naufrage par rapport à la Foi

  1. « Ni légalisme, ni sectarisme, ni abandon de la Sainte Foi Evangélique et du Salut par la Foi »

Notre doctrine est bien Evangélique. Notre théologie est bien Biblique : Autorité Souveraine de la Bible, Jésus le Seul Chemin, Justification par la Foi… Il ne s’agit pas d’un changement de la Doctrine Evangélique. Au contraire. « Plus Evangéliques que nous, tu meurs ». La doctrine Evangélique remonte au premier siècle de notre ère. Elle n’a pas donc pas de fondateurs modernes.

  1. Nous sommes des gens de la famille Chrétienne Evangélique et non des étrangers

« Le linge sale se lave en famille ». (Dommage que tout se sache sur l’Internet. Mais c’est le seul moyen que nous avons d’atteindre toutes les communautés). C’est nous-même Chrétiens Evangéliques qui dénonçons nos propres incohérences. Il ne s’agit pas ici de gens du dehors, mais d’Evangéliques qui appellent leur « coreligionnaire » à se débarrasser des incohérences, des erreurs et des faiblesses de la chrétienté et de l’Evangélisme. Il ne s’agit pas ici d’étrangers qui éprouvent les croyances et les pratiques des Evangéliques (et de la chrétienté en général), mais d’Evangéliques convaincus et zélés. Ce sont des gens du dedans, des frères et des sœurs bien Evangéliques qui dénoncent les dérives, avertissent, prophétisent… il s’agit de gens qui aiment profondément les Evangéliques. Pas des adeptes de sectes, ou de fausses religions. Il ne s’agit pas de nos critiques ou d’ennemis de la Sainte Foi Evangélique. Non, mais de défenseurs et de propagateurs de la Doctrine Evangélique et de ses valeurs.

 

5. « Réformez vos voies et vos œuvres » (Jér. 7 :3 ; 26 :13…), dit l’Eternel

 a. Il ne faut pas confondre « dénoncer le mal » et « juger ou condamner les frères »

C’est le mal au milieu de nous que nous dénonçons. Nous ne jugeons ni ne condamnons les personnes. Comme pour la plupart des sept Eglise d’Asie, l’Esprit de Jésus relève ce qu’il y a de bon dans les assemblées actuelles et appelle à la Repentance là où il le faut. Chaque serviteur fidèle a donc pour devoir prophétique de relever ce qui est bon aujourd’hui dans la chrétienté et le Christianisme Evangélique et de lancer un appel à renoncer à ce qui n’est pas bon. 

  1. Nous prônons un très grand changement spirituel et ecclésial pour le meilleur et non pour le pire

Maintenant arrive le moment du changement le plus radical dans le fonctionnement de « l’église » depuis la Réforme Protestante. La relation Israël – Eglise subit aussi le plus grand changement dans l’histoire de « l’église » post-apostolique. Changement pour une meilleure qualité de vie d’Eglise. Ce changement très positif touche le Gouvernement de l’Eglise, la théologie pratique (Prière, Adoration, Louanges..), les objectifs de l’œuvre Missionnaires… Vivement le Retour aux Racines Hébraïques du Christianisme et une vision optimiste du futur de l’Eglise !

c. Nous oeuvrons pour le Rétablissement de l’Eglise Apostolique et le changement du cours de l’histoire de l’Eglise

Toute réforme mène au changement. Cette « Réforme Apostolique » ou plutôt « Nouvelle Réforme Apostolique » (NRA) est comparable à la Réforme Protestante du 16ème siècle. Nous croyons que la NRA aura même plus d’impact que la Réforme Protestante. Rappelons que le mot Apostolique implique le fait que nous devrions agir à la manière des Apôtres de l’Agneau et des autres apôtres des Temps Apostoliques. Le plus grand changement du cours de l’histoire de l’Eglise sera le rétablissement du Gouvernement Apostolique. Cette Réforme Apostolique est Nouvelle, car beaucoup d’assemblées ou de dénominations portent déjà le nom « apostolique ».

 5. Pour l’amour de Sion je ne me tairai point (Es. 62 :1)

  1. Certains aimeraient nous faire taire, mais « nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu » (Ac. 4 :20).

 Dieu nous a donné un Message Prophétique qui ne plait pas à beaucoup de gens. Pour diverses raisons spirituelles, sociales et matérielles. Mais nous n’avons aucun doute que Dieu nous a confié une Mission Prophétique. Nous sommes sans aucun doute investi d’un mandat divin. En tout cas, nous ne pouvons pas nous taire au sujet « de ce que nous avons vu et entendu.». Il est vrai que nous sommes souvent très « critiques » vis-à-vis de l’église officielle, des chefs religieux de la chrétienté et des contradictions et incohérences des Evangéliques, mais c’est pour le bien de la vraie Eglise et « al Kiddoush HaShem » (pour la Sanctification du Nom de Dieu). Nous ne disons pas les choses pas avec arrogance ou orgueil mais avec la crainte de Dieu et humilité.

  1. Certains nous ont même dit : « ne dites pas [ceci ou cela] », qu’ils ne s’y trompent pas, nous parlerons encore plus fort

Ne pas dire ce que Dieu nous a demandé de dire, c’est comme si on voulait nous empêcher de parler au Nom de Jésus. Alors qu’Il nous a ordonné de prêcher au peuple (Ac. 10 :42). C’est comparable à ce qui a été demandé par les chefs religieux à Jean et à Pierre: «Arrêtez complètement de parler et d’enseigner au Nom de Jésus.» Souvenez-vous de leur réponse: «Qu’est-ce qui est juste aux yeux de Dieu: vous écouter, vous, ou écouter Dieu? Décidez vous-mêmes! En tout cas, nous ne pouvons pas nous taire sur ce que nous avons vu et entendu.» (Ac. 4 :1-20, PDV).

  1. Notre grand défaut est de ne jamais prêcher ou enseigner ce que les gens veulent entendre, mais ce que Dieu veut qu’ils entendent

Les Apôtres Pierre et Jean ont été arrêtés et traduits [de nouveau] devant le Sanhédrin (Tribunal Religieux) pour avoir annoncé le Nom de Jésus  … Les gardes ont amené ces apôtres devant le Tribunal religieux. Le Grand-Prêtre les a interrogé. Il leur a dit: «Nous vous avions sévèrement interdit d’enseigner au Nom de cet homme-là, mais vous, vous avez rempli Jérusalem de votre Enseignement! …  Pierre et les autres apôtres ont répondu: «…Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes… » (Ac. 5 :26-29, PDV).

 d.«Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac. 5 :26-29), quel que soit le prix à payer

Il faut de la Loyauté envers Dieu. Les gens aiment ce qui chatouille les oreilles. Ils ont « la démangeaison des paroles agréables. N’enseignons pas ce que les gens voudraient entendre selon leurs propres désirs. MAIS CE QUE DIEU VEUT QU’ILS ENTENDENT. Ceci est bien sûr très dangereux sur le plan politique, social, relationnel, économique, intellectuel…. Il y a des conséquences: la moquerie, tous les noms d’oiseaux, le rejet, la persécution…. (Mt. 10 :16-42). Quant à nous, nous avons la sainte obligation d’annoncer l’Evangile avec zèle, de faire l’œuvre de Dieu sans négligence et de nous débarrasser  totalement de l’idolâtrie (1Sam. 15 :3, 9 ; 1Ro. 20 :42 ; Jér. 48 :10 ; 1Cor. 9 :16).

6. On pense avec des mots et on communique avec des mots

  1. Dans la présentation de cette vision, nous parlons de différents « -ismes »

Il s’agit de différentes tendances ou écoles de pensées de la chrétienté souvent complémentaires mais aussi très souvent contradictoires ou rivales. Ceci a pour but d’être spécifique et de pouvoir faire des comparaisons. Beaucoup dans le mouvement restaurationniste biblique détestent les qualificatifs autres que « chrétiens » ou « disciples » [seulement]. Mais les sociologues, les théologiens et autres spécialistes des religions décrivent les mouvements spirituels avec différents suffixes rajoutés à la racine de divers mots : « -eur, -ateur » (agents…), « -ien, -en » (profession, origine), « -ique » (qui a rapport à), « -isme » (doctrine, école de pensée…), « -iste » (adepte d’une doctrine…)…. Quand il est dit « nous », il s’agit de ceux qui adhèrent à cette vision. Les expressions « il faut » et « nous devons » reviennent très fréquemment, mais sans connotation légaliste ou coercitive. Ces expressions manifestent plutôt l’urgence de la chose et leur nécessité essentielle.

  1. Quelques mots clés pour mieux comprendre la raison et les principes de ce mouvement :

 -La Restauration, « Restaurationisme », Restauration Messianique, Apostolique et Prophétique ; Réveil Didactique ;

-Christianisme (Messianisme) Apostolique Primitif (CAP), Eglise Primitive, « Primitivisme », la Restauration du Christianisme Apostolique Primitif (CAP), Le Christianisme Néo-testamentaire » (« du Nouveau Testament »/Du Premier siècle/Des premiers Chrétiens (Messianiques);

- Eglise du livre des Actes des Apôtres, Premiers Chrétiens (Messianiques), La Norme, La Vie Chrétienne Normale ;

-Mouvement Apostolique et Prophétique, « Cinq » (ou plutôt quatre) Dons – Ministères, Associations Apostoliques, Equipes Apostoliques…

  1. Utilisons les bons termes

Quand nous écrivons Eglise avec un E majuscule, il s’agit de la Véritable Eglise Universelle ou de l’Eglise d’une localité (ville, commune, village…). Quand nous disons Eglise Locale, il s’agit toujours de l’Eglise d’une localité (Ville, commune, village…) – comme l’Eglise de Jérusalem, d’Antioche… Ecrit avec un e minuscule, le mot église est une expression historique d’une partie de la chrétienté ou une notion très localisée. Mais ceci n’est nullement la notion biblique. Il nous arrive exceptionnellement d’écrire le mot « église » entre guillemets («…») pour monter que nous ne l’utilisons pas dans son sens biblique mais « usuel » ou habituel. Le mot Chrétien est très souvent suivi du mot Messianique entre parenthèses pour rappeler que Chrétiens et Messianiques sont des synonymes. Nous utilisons de manière interchangeable et avec le plus grand respect Jésus ou Yéshoua ; Christ, Messie ou Mashiah ; L’Eternel, YHWH (YHVH) ou Adonaï ; Loi ou Torah…

  1. Efforçons-nous d’appeler Eglise que ce que la Bible appelle Eglise

Nous sommes tout à fait conscients que ce que certains appellent « l’église locale », n’est pas notre définition [que nous croyons biblique] de « l’Eglise locale ». Ce que ces derniers appellent « l’église locale » est ce que nous appelons « église particulière », Eglise dans la maison [de quelqu’un], assemblée, congrégation, communauté particulière…   Nous savons aussi que ce que certains appellent « église particulière» ne correspond pas à notre définition de «l’église particulière ». Il est donc nécessaire de comprendre les termes utilisés et de les interpréter correctement. Ça, c’est de la « théologie », mais ce que nous voulons vraiment, c’est utiliser les termes de la Bible. Mais en attendant, « supportons » le fardeau de ces termes « théologiques.

  1. Tous les grands thèmes bibliques et doctrinaux commencent par une majuscule

Quand le mot Royaume s’écrit avec un R majuscule, il s’agit toujours du Royaume de Dieu. Quand nous parlons de croyants, nous parlons obligatoirement de croyants en Jésus-Christ. Contrairement à la plupart de nos autres ouvrages où nous employons presque exclusivement les termes disciples, Chrétiens, saints… pour parler des croyants nés de nouveau. Tous les grands thèmes bibliques et doctrinaux commencent par une majuscule. Les terme comme péché, rébellion, satan, diable… seront toujours en minuscule. Nous n’avons aucune sympathie pour eux.

 f. Notre terminologie doit être biblique

N’utilisons donc qu’une terminologie biblique ou une terminologie compatible avec la Bible. Disciplinons-nous, efforçons-nous, entraînons-nous à utiliser des termes bibliques ou compatibles avec la Bible. Proscrivons certaines expressions non bibliques de notre vocabulaire. Excluons de notre langage  les termes qui contredisent l’Enseignement Biblique. Par exemple, nous ne devons pas dire « je vais à l’église ». L’Eglise n’est jamais un bâtiment (ou un lieu) dans la Bible. Nous faisons partie de l’Eglise. Nous ne pouvons aller à « quelque chose » dont nous faisons partie.

  1. Dieu a minutieusement choisi les mots de la Bible et nous devons aussi respecter ce choix

Les mots de la Bible n’y sont pas par hasard. Nous croyons à l’Inspiration Plénière (Complète) et Verbale (qui a rapport aux mots) de la Bible. Dieu a veillé au bon choix des mots de la Bible. Ce Message a été transmis au monde dans un langage humain, certes. Mais avec les termes appropriés. Ne croyez pas que nous coupons les cheveux en quatre avec les mots. On nous accuse de faire une guerre des mots. Mais, si Dieu Lui-Même a été pointilleux dans le choix des mots du Texte Sacré, qui sommes-nous pour ne pas l’être ? Si l’utilisation des bons termes est importante pour la Bible, qui sommes-nous pour ne pas y prêter attention.

 

(Copyright Michel SILVA ANDRADE)/ACTION EVANGELIQUE ET APOSTOLIQUE POUR LES NATIONS

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:02

QUE DEVONS-NOUS CELEBRER LA PAQUE DE L'ETERNEL OU PAQUES PAGANISEE?

 

Pâque se dit en latin pascha et en grec Páskha. Pâque (sans « s ») est la Pâque « Juive », de l’hébreu Pessah (Pâque, passage, « passer par-dessus », agneau pascal). MAIS, IL EST PLUS EXACT DE L’APPELER LA PÂQUE DE L’ETERNEL. La Pâque est une fête solennelle célébrée tous les ans par les Juifs (et de plus en plus de Chrétiens/Messianiques) en mémoire de leur sortie d’Egypte. La  Pâque (avec une majuscule) est donc une fête annuelle biblique qui commémore la sortie d’Egypte du peuple hébreu, sa libération et l’annonce de sa rédemption messianique. La pâque (avec une minuscule), c’est l’agneau pascal.  Les Israélites immolaient et mangeaient la pâque (Avant la destruction du Temple de Jérusalem). Ils mangeaient l’agneau que la Torah (la Loi) de Moïse prescrit d’immoler à cette fête.

Pâques(le plus souvent avec « s ») est la fête annuelle pour beaucoup d’églises en l’honneur de la Résurrection de Jésus-Christ. Pâques pour beaucoup, commémore donc la Résurrection de Jésus-Christ.

Les anglophones appellent Pâques Easter. La Pâque juive est appelée Passover en anglais. Easter est un mot germanique (rameau indo-européen dont sont issus l’anglais, l’allemand, le néerlandais et les langues nordiques). Easter correspondait au festival de l’équinoxe du printemps (20 ou 21 Mars). L’Equinoxe est l’époque de l’année où il y a égalité de la durée des jours et des nuits. L’Equinoxe d’automne tombe le 22 ou le 23 septembre. Avec la venue du Christianisme, la célébration de l’Equinoxe du printemps fut remplacée par l’anniversaire de la Résurrection de Christ qui en Grec et dans les langues romanes est Páscha (et dérivés). Nous ne trouvons pas non plus de célébration de la Résurrection de Jésus dans le Nouveau Testament. Les chrétiens juifs l’ont célébrée le 14 Nissan quel que fût le jour de la semaine. Beaucoup de chrétiens d’origine païenne (les Gentils) ont pris l’habitude sous l’impulsion du catholicisme romains de la célébrer le dimanche – « jour du Seigneur » après le 14 Nissan. Mais chaque dimanche était une petite Pâques. La fête de Pâques a été fixée par le Concile de Nicée (325). Selon le Concile de Nicée, Pâques devait se célébrer le premier dimanche après la pleine lune tombant le jour de l’équinoxe de printemps (21 mars) ou aussitôt après cette date (suivant l’équinoxe de printemps). Pâques tombe au plus tôt le 22 mars. Si la pleine lune tombe le 20 mars, la pleine lune suivante sera le 18 avril (29 jours après). Si le 18 avril est un dimanche, Pâque sera un 25 avril. Donc, Pâques tombe entre le 22 Mars et le 25 Avril. En fait, souvent le dimanche après la Pâque juive (14 Nissan qui varie d’une année à l’autre). De la date de Pâque dépendent toutes les autres fêtes mobiles du calendrier liturgique catholique romain. Les orthodoxes fixent une autre date pour Pâques.

 

Le problème du mot anglais pour Pâques Easter :

En grec, aster et en  perse, stara signifient étoile. Dans l’empire d’Akkad (Mésopotamie), Ishtar  était une déesse. Ishtar était aussi une déesse babylonienne. Ishtar ou Ashtart était la principale divinité du panthéon phénicien. Déesse de l’amour et de la fécondité (fertilité). D’où les œufs de Pâques. Elle était l’objet d’un culte licencieux. Ishtar était donc une déesse sémite adorée en Phénicie, à Canaan, en Assyrie et à Babylone ; sons les noms de Ashtoreth, astarté, ashartu… A Babylone, Ishtar était la déesse de l’amour et de la guerre. La  prostitution y était pratiquée en son nom. En Assyrie elle était la déesse de la guerre. A Canaan elle était compagne de Baal.

Sous le nom d’Astarté, les grecs l’assimilaient à Aphrodite (déesse grecque de la beauté et de l’amour). Vénus était la déesse romaine des jardins, puis de l’amour et de la beauté par son assimilation à l’Aphrodite des Grecs. Easter vient de ces mots aster, stara, Ishtar…

 

Encore pire qu’une question de mot : les coutumes païennes associées à Pâques

Les coutumes populaires associées à Pâques : les lapins, les coqs, chercher des œufs et les cultes de Pâques au lever du Soleil n’ont rien à voir avec la résurrection de Jésus-Christ dont parle la Bible. Elles ne sont que des pratiques païennes.

Les lapins (ou lièvres) et les œufs de Pâques sont liés aux rites de fertilité du printemps.

Les œufs de Pâques proviennent des traditions de fertilité des peuples indo-européens. Les lapins (Bunny) de Pâques ont pour origines les traditions de fertilité préchrétiennes. Les lièvres et les lapins étaient considérés comme les animaux les plus fertiles et les plus prolifiques. Ils symbolisaient alors une nouvelle vie abondante pendant le printemps. Les coutumes et les rites de fertilité faisaient partie de la religion de ces peuples. On parlait de cycles de fertilité : les croyances païennes étaient que le dieu de la fertilité mourait chaque année au cours de l’hiver et ressuscitait chaque année durant le printemps. Dans la mythologie païenne, le soleil représente la vie. Ces peuples croyaient que le soleil mourrait vers le solstice d’hiver, le jour le plus court de l’année. Les rites de fertilité accompagnaient la supposée renaissance du soleil. On retrouve ces symboles de fertilité dans la fête de Pâques. Regarder le lever du soleil le matin de Pâques – le culte du lever du soleil le matin de pâques - vient du paganisme.

En plus des lapins et des œufs il est très populaire de manger du jambon ou du porc à Pâques car le porc était considéré dans la culture européenne préchrétienne comme un symbole de la chance. Les cérémonies sexuels et les rites de fertilité impliquaient l’immoralité et des perversions sexuelles avec des prêtresses et des prostitués sacrées. Celles-ci mettaient en scène symboliquement  les rites de fertilité du cycle de la nature. Rappelons que la déesse de la fertilité babylonienne et assyrienne Ishtar est à l’origine de Easter  (Pâque en anglais). Ishtar symbolise la terre mère dans les cycles naturels de la fertilité sur la terre. Ishtar la déesse mythologique de l’amour « inspirait » la pratique de la prostitution rituelle dans le culte de la fertilité consacré à son nom.

Ishtar est onc identifiée à l’Astarté phénicienne, à l’Ashtoreth sémite, à l’Inanna sumérienne… Il existe des similitudes entre Ishtar et l’Isis égyptienne, l’Aphrodite grecque,  la Venus romaine…  Le jeune dieu Tammuz considéré comme divin et mortel est aussi associé à Ishtar. Dans la mythologie babylonienne, Tammuz meurt chaque année et renaît chaque année représentant le cycle annuel des saisons et des cultures. Cette croyance païenne fut plus tard identifiée avec les dieux païens Baal et Anat dans le pays de Canaan.

 

Dieu a toujours exprimé Sa colère envers le peuple quand ils servaient ces faux dieux (Juges 2 :13-14 ; 10 :6-7 ; 1Rois 11 :5-11 ; Ezéchiel 8 :14-18).

« Easter » n’est pas d’origine chrétienne

« Easter » est une forme d’Astarté, un des titres de la déesse chaldéenne, la reine du ciel. La fête de Pâque (Passover, Pascha) des chrétiens dans la période postapostolique était une continuation de la fête juive. La fête païenne de « Easter » n’avait donc rien à voir avec la Pascha et a été introduit dans la religion occidentale apostate pour essayer d’adopter les fêtes païennes et de les adapter à la chrétienté.

 

Pâques – Easter était totalement inconnue de l’Eglise primitive. Les premiers chrétiens n’avaient rien à voir avec Pâques – Easter.

 

(Copyright: Michel SILVA ANDRADE)resurrection2-copie-1.jpg 

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 22:03

hagadah.jpg1ère possibilité :

LA COUTUME JUIVE DU REPAS PASCAL APPELE SEDER

  1. Le Repas Pascal s’appelle Seder

Le programme du Repas Pascal appelé Seder chez les Juifs est une fête rituelle qui a lieu la première et la seconde nuit de la Pâque « juive ».  Le Repas du Seder de Pâque commence la nuit du 14 au 15 Nissan. En Israël et pour les Juifs réformés, le Seder n’a lieu que la première nuit. Ce Repas spécial de Pessah est très important aussi pour ceux qui suivent Yéshoua. Seder signifie ordre, ordre de service. Les Juifs sépharades et les Juifs d’Orient appellent ce service Haggadah (l’histoire de l’Exode des Israélites d’Egypte). « Haggadah », car il constitue l’acte de la narration. Familles et amis se mettent autour de la table pour lire une des nombreuses versions de la Haggadah. Une Haggadah sert de guide aux 15 étapes du Seder. C’est une cérémonie de famille (Exode 13 :8), mais des Seder collectifs sont aussi organisés dans des synagogues, des écoles et des centres communautaires. Il existe donc des  Seders ouverts au public. Les Juifs Messianiques pratiquent le Seder avec un Message Messianique. De plus en plus de Chrétiens Evangéliques pratiquent le Seder car ils comprennent que la véritable Sainte Cène est un Repas Pascal. Une Pâque Messianique. Le Repas du Messie. Le Repas du Seigneur. La Pâque du Seigneur. Le Repas Pascal est un moyen de se reconnecter avec notre héritage hébreu et nos racines juives. Le dernier Repas de Yéshoua (Jésus) était un Seder. Le nom complet est donc Haggadah Seder (l’ordre de narration). Le Seder est un mélange de chants, de Louanges, d’Actions de Grâces, de Bénédictions, de Consécrations nouvelles à la Délivrance, d’alimentations, de récits de l’Exode d’Egypte. On y parle de la situation des hébreux quand ils étaient esclave en Egypte. Il y est question de l’origine du peuple Israélite depuis Abraham jusqu’à Moïse ; des  Dix Plaies ; de Libération des 12 tribus ; de la  Torah,  du pays de Canaan selon les promesses de Dieu. Le Seder se poursuit tard dans la nuit. Les participants lisent la Haggadah. Ils étudient le sens de divers passages. Ils chantent des chants de la Pâque. Les corinthiens d’origine païenne dont plusieurs était des partisans du désordre et de la désunion n’avaient pas compris la solennité de cette fête (1Corinthiens 11 :17-34).

  1. Le Plateau du Seder contient six éléments

Le Plateau de Seder (ke'ara) est un ustensile spécial contenant six plats - éléments symboliques pour le Seder de Pâque.  Chacun des 6 éléments placés dans le plateau du Seder a des significations spéciales dans le récit de l’Exode d’Egypte. : Z’roa, Beitzah, Maror, Harosset, Karpass, Hazéret. Sur cette table de Seder sont représentés tous les symboles de Pessah pour évoquer ses premiers instants dictés par Dieu. Il s’agit de la première Pâque célébré en Egypte. Pessah veut dire passage. On peut noter plusieurs passages : le 1er passage est le passage au travers de la mort qu’était  la 10ème  plaie d’Egypte. Le 2ème passage, est le passage de la mer rouge ; Le passage de l’esclavage à la liberté. Le passage de la vie sans Dieu à la vie mise à part pour Dieu.

  1. Parmi  ces symboles, figurent un os rôti d’agneau (Z’roa)

Cet os symbolise le Sacrifice de Pessah (Korban Pessah). C’était un agneau offert en sacrifice au Temple de Jérusalem et après rôti et mangé au repas de la soirée de Seder. Le Z’roa est un reste d’épaule d’agneau auquel restait attaché un peu de viande pour rappeler le sacrifice.

Le 10 Nisan, L’Eternel avait demandé aux Israélites de mettre à part pour chaque maison  un agneau sans défaut et de le garder pendant 4 jours… avant leur Libération. Le Seigneur Jésus a aussi célébré la Pâque avec Ses apôtres. Il a envoyé Pierre et Jean préparer Sa dernière Pâque. Yohanan Hamatbil (Jean le Baptiste) a vu venir Jésus  et il s’est écrié «  voici l’Agneau de Dieu ». L’agneau de Pessah était immolé. Jésus a été crucifié. Immolé.

Il n’y a plus de sacrifice depuis la destruction du Temple de Jérusalem en 70 de notre ère.

 4. Un œuf rôti (Beitzah) symbolise le Sacrifice des fêtes (Korban khaguigah)

Ce Sacrifice avait lieu au Temple de Jérusalem et était mangé au Repas de la nuit du Seder.

 5. Il y a 2 types d’herbes amères,  le Maror  (raifort) et le Khazeret (salade romaine)

Ces herbes amères sont mangées à des moments spécifiques. Ces herbes rappellent l’amertume de l’esclavage.

 6. Le Kharoset  est une mixture sucrée de couleur marron

Il est constitué de pommes râpées et de noix. Il représentant le mortier utilisé par les esclaves hébreux pour construire les greniers d’Egypte.

 7. Le Karpas est un légume autre que les herbes amères (persil, céleri, patate cuite…)

Le Karpass est trempé dans de l’eau salé, du vinaigre, du vin, le Kharoset… au début du Seder.

 8. Le 7ème élément symbolique du Repas Pascal est une petite pile de 3 pains sans levain

Ce sont des pains azymes (matzot). Ces 3 Pains azymes (les matzot) sont mis dans leur propre plateau sur la table de Seder. Ces pains symbolisent la hâte des israélites à quitter l’Egypte pour la liberté grâce aux miracles de Dieu.

 4 coupes de vin ou de jus de raisin sont bues par tous les participants

Ceci se passe à des moments précis de la soirée. Les adultes boivent 4 verres de vins. Les enfants boivent du jus de raison. Ils boivent accoudés sur le côté gauche comme des hommes libres. Il y a 4 coupes qui représentent 4 promesses de Rédemption Sur la base d’Exode 6 :6-7,  la 1èreCoupe : « Je vous affranchirai » est la Coupe de Sanctification. ; La 2ème Coupe : « Je vous délivrerai » est  la Coupe de Délivrance ; la 3ème Coupe : « Je vous sauverai » est la Coupe de Rédemption ; la 4ème Coupe : « Je vous prendrai pour Mon peuple » est la Coupe de Restauration.

Une 5ème Coupe est rajoutée, la coupe d’Elie basée sur Malachie 4 :5: «… Je vous enverrai  Elie le prophète… ». Car c’est Elie qui annoncera l’âge Messianique et la Paix dans tout le Pays.  Mais Elie est déjà venu, c’est Jean Baptiste (Matthieu 17 :12).

Ces 5 Coupes sont des expressions de la Liberté  et des diverses étapes du processus de la Rédemption. Les 4 étapes sont accomplis travailler à votre salut. Ouvrier avec Dieu.  La 5ème étape appartient à Dieu et est hors de notre portée. Voilà pourquoi on ne boit pas la Coupe d’Elie. Nous croyons que Jésus, Lui, l’a bue. Il y a au cours de ce Repas le thème de l’esclavage et de la liberté. Dans toutes les maisons juives on prononce le souhait suivant à la fin du Repas: « l’an prochain à Jérusalem ».

LES ETAPES DU SEDER

  1. Bénédiction et Sanctification du vin contenu dans la première des quatre coupes de vins (Kadesh)

On remplit la 1ère des 4 Coupes. Le Repas commence par la prière du Kiddouche. C’est la bénédiction et la sanctification du vin contenu dans la première des quatre coupes de vins. C’est en général le chef de famille qui prononce cette bénédiction. C’est ainsi que débute tout repas de fête : une Prière - bénédiction spéciale de la Coupe pour la Pâque. On y fait référence aux pains sans levain et à l’Exode ; à la liberté et à la Majesté. Cette Coupe est donc la 1ère des 4 qui circulent pendant la cérémonie. Kadesh est l’impératif de Kiddouche (Sanctification du jour ou de la fête). Cette prière marque le caractère sacré du Seder. La plupart des Juifs remplissent le verre des uns et des autres sur la table du Seder.

  1. Les participants se lavent les mains (Our’hatz)

C’est en général le chef de famille qui conduit le Seder. Il se lave les mains en général à l’aide d’une cruche d’eau et d’une bassine. Les autres aussi se lavent les mains. On se lav les mains de cette manière rituelle dans les maisons juives traditionnelles avant tout repas. D’après la plupart des traditions, on ne récite pas de bénédiction à ce moment. Contrairement à la coutume de réciter une bénédiction en se lavant les mains avant de manger du pain à tout autre moment.

  1. Les convives mangent des apéritifs (Karpass)

Le père de famille distribue du persil ou autre légume vert. Chacun trempe dans de l’eau salée (ou du vinaigre)… une poignée  (Matthieu 26 :23). Ces autres herbes vertes représentent les productions du pays d’Egypte. Le verre d’eau salé (ou le vinaigre)… représente les larmes des ancêtres des hébreux pendant leur esclavage en Egypte ainsi que le passage de la mer rouge que l’Eternel ouvrit en deux  pour les conduire en terre promise. 

 

4. Fraction de la matza du milieu en deux (Ya’hatz)

Le chef de famille prend le plateau contenant les matzot et le tourne trois fois au dessus des têtes des personnes présentes. Ces trois pains sans levain ont une signification toute particulière et rappellent les pains que les israélites n’ont pas eu le temps de faire lever en sortant d’Egypte. La tradition juive contemporaine donne à chacun de ces trois pains une signification particulière selon les termes de la Haggadah. Le pain d’en haut symbolise le Grand Prêtre car il est le plus élevé en dignité. C’est le représentant du peuple en quelque sorte. Le pain du milieu servira à l’Afikoman. Le pain d’en bas représente le peuple d’Israël. Ces trois pains azymes représentent pour nous la Divinité, Père, Fils et Saint-Esprit. Le pain d’en haut, représente le Père Eternel. Adonaï, le Tout-Puissant Rois de l’Univers. Celui du milieu symbolise Yéshoua le Fils du Très Haut. L’Agneau de Dieu soumis à Son Père. Le pain du bas est une image du Rouah Ha Kodesh. Le chef de famille après avoir élevé le plateau prend le pain azyme du milieu, objet d’une attention toute particulière. Cette matza est bénie. Elle est élevée pour être bien montrée aux assistants. Finalement le chef de famille rompt en deux cette matza du milieu. Elle est partagée en deux parties inégales. La plus petite part est remise à sa place entre les deux autres matzot. Elle est mise entre deux serviettes blanches et reposée dans le plateau. On garde la plus grande moitié en tant qu’Afikonam pour la fin du Repas. Cette plus grosse partie est mise dans une serviette immaculée. Elle est portée au dessus de l’épaule du chef de famille. Cela symbolise un lourd fardeau qui rappelle l’esclavage. Puis elle est posée sous la nappe en bout de table et sera le dernier élément qui sera mangé en fin de repas. Cette partie de la matza s’appelle donc Afikoman (le seul mot qui ne soit pas d’origine hébraïque parmi tous les mots prononcés pendant le repas de la Pâque). Et ce mot d’origine grecque signifie littéralement « Je suis venu » (ou venu après). L’Afikonam , c’est donc le « dessert » et il représente la désert. Jésus a pris le pain du milieu et a dit « prenez mangez, ceci est Mon Corps ». Ce rite rejoint miraculeusement la prophétie d’Esaïe. Les Israélites font de petits trous dans les pains. Ceci évoque les meurtrissures dont il est questions dans Esaïe 53. Il est bien clair qu’Esaïe 53 fait référence au Sacrifice de Jésus. Quand on prend le pain du milieu, qu’on  le casse et qu’on le mette dans une serviette blanche, cela nous fait penser au Corps de Jésus qui a été mis dans un linceul. On le place sous la nappe. C’est pour nous la mise au tombeau. A la fin du repas on le ressort. C’est la résurrection. Jésus est venu. Il est question de Lui dans Moise.

  1. La Narration (Magguid)

 A ce point, on va faire le Récit de l’histoire de l’Exode. Il y a d’abord une Invitation faite aux participants (Ha Lakhma Anya). Le chef de famille va relater le récit historique de la sortie d’Egypte. On s’intéresse à l’histoire de la 1ère Pâque. Le plus jeune des enfants dit : « qu’est-ce qui fait que cette nuit est différente de toutes les autres nuits » ? (Ma nishtana ha leyla ha zeh mikkol halleylot ?). En fait, « qu’est-ce qui a changé » ?  Ce plus jeune des enfants pose en fait quatre questions. Ma Nishtana  represente quatre types d’enfants : le sage, le simple, l’impie et celui qui ne sait pas poser de question mais qui a le droit de savoir. Ces 4 questions sont les suivantes:

-Pourquoi est-ce que toutes les autres nuits nous ne trempons même pas une fois [notre nourriture], mais cette nuit nous nous la trempons deux fois ? (Shebb ‘khol halleylot en anou matbillin afillou pa’am ekhad, vehalleyla hazze sh’tei fe’amim ?)

- Pourquoi est-ce que toutes les autres nuits de l’année nous mangeons du pain levé ou du matza, mais cette nuit nous ne mangeons que de la matsa ? (Shebb ‘khol halleylot anou okh’lin hametz oumatza, vehalleyla hazzé koullo matza ?)

- Pourquoi est-ce que toutes les autres nuits nous mangeons toutes sortes de légumes, mais cette nuit nous mangeons des herbes amères ? (Shebb ‘khol halleylot anou okh’lin sh’ar y’rakot, vehalleyla hazzé maror ?)

- Pourquoi est-ce que toutes les autres nuits nous dînons assis, debout ou accoudé, mais cette nuit nous nous accoudons tous ? (Shebb ‘khol halleylot anou okh’lin ben yash’vin ouven m’soubbin, vehalleyla hazzé koullanou m’soubbin ?)

Une 5ème question, qui n’est plus applicable depuis la destruction du Temple est celle-ci: Pourquoi est-ce que toutes les autres nuits nous mangeons de la viande rôtie, marinée ou cuite, mais cette nuit nous elle est entièrement rôtie ? (Shebb ‘khol halleylot anou okh’lin basar tsali shalouk oumvoushal, vehalleyla hazzé koullo tsali?)

Le chef de famille lui répond. Le récit se poursuit par l’évocation des 10 plaies d’Egypte. C’est le Ezer HaMakot. On commente Deutéronome 26 :5-8. On chante la Rédemption du peuple d’Israël. On chante les Psaumes 113 et 114 avant de remplir et de faire circuler la 2ème coupe (Luc 22 :17). Magguid se termine en buvant la deuxième Coupe de vin (Kos sheini). Cette coupe rappelle les quatre promesses d’Exode 6 :6-7. Si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres (Jean 8 :36). Jésus est venu proclamer la délivrance aux captifs (Luc 4 :19). Jésus a promis de nous prendre avec Lui… (Jean 14 :3). Cette merveilleuse promesse est faite quelques heures avant Son sacrifice suprême alors qu’Il célébrait la Paque avec ses Apôtres.

  1. Tous les convives se lavent les mains - netilat yadayim avec bénédiction  (Ro'htzah)

On procède ensuite à un second lavage des mains, le Ro’htzah avec la prière appropriée, le netilat yadaim.  C’est  un lavage rituel des mains avec une bénédiction. Avant le repas proprement dit, il faut se laver les mains. Cela correspond au moment où Jésus a lavé les pieds des apôtres (Jean. 13 :4-12)

  1. Bénédiction prononcé sur les matzot (Motzi / Matza)

On prononce les Grâces et on rompt le pain. Cette étape est divisée en 2 parties :

-Motzi, on lève les 3 matzot on récite la bénédiction régulière sur les trois matzot (la moitié entre les deux entières) puis,

-Matsa,  on pose la Matsa du bas et on récite la bénédiction spéciale pour le commandement de manger des matzot ce jour. ). Apres cette bénédiction, on casse un morceau de chacune des deux matzot supérieurs, le Cohen et le Lévi. Toute l’assistance en reçoit une fraction. On mange une portion des deux matzot du dessus accoudé.Ces deux matzot supérieurs nous montrent l’accord parfait du Père céleste représenté par la matza supérieure et Son Fils, la matza du milieu d’où provient l’Aphicoman. Jésus est le vrai Pain qui est descendu du Ciel (Jean 6 :51).  Du temps du Temple une troisième bénédiction existait: asher kidishanu b'mitzvotov v'tzivanu l'echol et hazevach (qui nous a sanctifié avec Ses commandements et  nous ordonné de manger le sacrifice pascal

  1. On mange des herbes amères trempées légèrement dans la h'arosset (Maror) 

Puis le  Kharoset est secoué et les herbes amères sont mangées comme symbole d’un esclavage passé. On prend des bouchées d’herbes trempées dans cette sauce. C’est alors que Jésus donna une bouchée à Judas –Jn. 13 :26.  L’Eternel avait dit également de manger l’agneau rôti avec du pain sans levain et des herbes amères. Sur la table, se trouvent des herbes amères. Le raifort, l’oignon, le céleri sont consommés. Ils sont destinés à faire monter les larmes aux yeux des assistants et à leur rappeler l’amertume et la tristesse des anciens esclaves de pharaon.

  1. On fait des sandwiches (Korekh)

Le chef de famille prend de la matza enveloppant de la laitue, du raifort ou du céleri et le trempe dans le h’arosset (ce mélange de noix et de compote qui rappelle l’argile utilisé par les Israélites pour faire des briques sous pharaon). On fait cela avec deux morceaux de matza du dessous et on mange le tout. C’est à ce moment que Jésus désigne Judas. Celui qui va Le trahir. «… C’est celui  à qui Je donnerai le morceau trempé. Et ayant trempé le morceau, Il le donna à Judas… (Jean 13 :18-30). Ce pain de dessous représente le Saint-Esprit. Ceci montre que la souffrance ne peut être supportée que par l’assistance du Saint-Esprit.

  1. Le Repas proprement dit (Choul’han Orekh)

Le repas est ensuite servi.  Les convives mangent. On commence par l’œuf dur du plateau du Seder. Ceci ests suivi d’une soupe de boulette de matza. Après la soupe, on peut manger de la poitrine…

  1. On mange le Pain de l’Afikoman (Tzafoun)

L’Afikonam remplace le Sacrifice du Temple. On mange l’Afikonam pour marquer la fin du Repas. La part de l’Afikoman gardée est sortie de sa cachette. On en mange un morceau (de la taille d’une olive) et chacun dit : « En souvenir de l’Agneau  ». Nous partageons le Pain en la mémoire du Messie. La Matza cachée, nous porte aussi vers les autres brebis, celles qui n’ont pas encore entendu Sa Voix (Jean 10). Il ne faut plus rien manger d’autre après. Aucune boisson alcoolisée, sauf les deux Coupes de vin restantes.

12. Action de Grâce après le Repas (Barekh) 

On récite donc le Birkat Hamazon (la Bénédiction qui suit le Repas). C’est l’Action de Grâces après le Repas. On remercie Dieu pour Sa Providence en matière d’aliments et pour Son soutien en général. La 3èmeCoupe (kos slishi)  est normalement remplie avant la récitation des Grâce après le Repas. La 3ème Coupe est aussi une Coupe de Bénédiction liée à la Grâces après le Repas des occasions spéciales. Quatre bénédictions spéciales sont récitées  et on boit la  3ème  Coupe. La coupe de Rédemption. La Coupe de la Nouvelle Alliance dans le Sang du Messie.

On ouvre la porte d’entrée. On récite le Psaume 79 :6-7 et Lamentations 3 :66.

La plupart des ashkénazes remplissent une 5èmecoupe. Kos shel Eliyahou ha-Navi (la Coupe d’Elie le prophète). Les Juifs croient qu’Elie visite chaque Seder. Elie est présent à toute circoncision. Exode 12 :48 dit qu’aucun mal non circoncis ne peut manger ce Repas. Nous, circoncis de cœur, y avons entièrement droit. Ils disent qu’Elie est le témoin que tous les mâles présents sont circoncis. Et quelqu’un doit ouvrir la porte pour le prophète Elie s’il se présente. Nous croyons que la coupe d’Elie a été bue pour la première fois par Jésus. Car personne jusqu’à présent n’y avait touché. Jean - Baptiste est cet Elie qui est déjà venu. C’est lui qui a préparé le chemin du Messie. Pour le Juif, le Seder est lié à l’âge messianique. La nuit de la célébration de notre Rédemption, nous exprimons notre croyance en la venue du Messie. La coupe d’Elie est remplie car c’est Elie qui viendra nous annoncer la venue du Messie. Mais Yéshoua a dit : Elie est déjà venu.

 13. Récitation de Chants de Louanges –Psaumes 113-118 (Hallel)

C’est le moment d’une offrande de Louanges. Tout le Hallel (texte traditionnellement récité lors des fêtes juives à la synagogue) est aussi récité assis. Les premiers deux Psaumes 113-114 sont récités avant le Repas. Les autres Psaumes restant du Hallel proprement dit, les Psaumes 113-118 sont récités après l’Action de Grâce après le Repas. Ceci est suivi du Psaume 136 et  puis d’une portion de l’office matinal du Sabbat et des Fêtes (le Nishmat). On termine en lisant les Psaumes 113-118, le Hallel. Ce sont des  Psaumes de degrés (de pèlerinage à Jérusalem). On récite aussi le grand Hallel, le  Psaume 136. Jésus a lu aussi ces Psaumes. Ces Psaumes convergent vers Jésus qui dira « Tout est accompli ». La 4ème Coupe de vin est remplie et une brève Grâces est dite pour le « Fruit de la Vigne » Les assistants boivent. Jésus a aussi chanté les Hallel. Il est écrit après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des Olivier (Matthieu 26 : 30). Pour Son agonie à Gethsémani. Son procès. Sa condamnation. Et La CROIX.

  1. Conclusion du Seder autour de chants symboliques (Nirtzah)

La conclusion du Repas se fait par une prière qui exprime une demande que le service de nuit soit accepté. L’Espérance du Messie est exprimée et on se souhaite « l’an prochain à Jérusalem » (« L’shanah haba’ b’Yéroushalayim »). Le Repas Pascal de Jésus s’est achevé par une bénédiction : « Je vous donne ma paix… » (Jean 14 :27).

Jésus a alors institué la sainte Cène

POSSIBILITÉS DE CEREMONIES DE REPAS DU SEIGNEUR PLUS SIMPLIFIÉES TOUT EN GARDANT SON SENS PROFONS

  1. Un Simple Repas où chacun apporte quelque chose incluant du pain azyme, du jus de raisin ou du vin

-Ce mémorial en souvenir de Yéshoua débute avec quelqu’un qui explique l’origine, le contexte, le sens profond… de ce Commandement du Seigneur Yéshoua (Exode 12 ; Lévitique 23 : 5-8 ; Matthieu 26 : 17-30 ; Marc 14 :12-26 ; Luc 22 :7-20 ; Jean 13 :1-30 ; 1Corinthiens 10 : 16-17 ; 11 :20-34…).  

-Ensuite, une personne peut prendre une Coupe de Vin (ou de jus de raisin)- « la Coupe de Sanctification » et rendre Grâces à Dieu (selon le modèle biblique) pour ce Jour et la distribuer entre vous (Luc 22 :17).

-Un pain azyme peut être peut être exhibé et rompu en deux. La plus grande partie de ce pain azyme est mis à part sur un coin de la table (« caché entre des serviette de table »…). Cette plus grande partie de pain, est le « Pain de l’Aficomane » qui représente le Corps du Seigneur. Le plus petit morceau est partagé au cours du Repas proprement dit.

-Un repas où les symboles de la Pâques de l’Eternel (aliments sans levures, aliments purs selon les Ecritures Hébraïques…) sont respectés a lieu. On mange donc.

-Ensuite un participant prend le morceau de pain azyme qui a été spécialement mis à part ; il dit quelques paroles concernant le Corps du Seigneur Yéshoua HaMashiah. Il rend Grâces selon le modèle biblique. Cette part de pain azyme est ensuite rompu et distribué (Luc 22 :19 ; Matthieu 26 :26 ; Marc 14 :22 ; 1Corinthiens 11 :23-24).

-A la fin du Repas, quelqu’un lève une coupe de vin (ou jus) – « la Coupe de Rédemption » et dit quelques paroles sur le Sang de Yéshoua. La personne rend Grâces et partage la Coupe avec les autres (Luc 22 :20 ; 1Corinthiens 11 :25 ; Matthieu 26 :28 ; Marc 14 :23-24). Si la c’est la coupe de vin (ou de jus de raisin) qui est passée autour de la table, chacun en boit une gorgée. Si le vin (ou le jus) a été versé dans des verres individuels, tout le monde attend pour boire en même temps.

  1. Une cérémonie et un Repas plus élaborés peuvent être planifiés longtemps à l’avance

Tout disciple de Yéshoua devrait réserver la soirée de la date qui correspond à la nuit du 14 au 15 Nissan du calendrier biblique. Il est aussi approprié d’avoir un Repas du Seigneur plus élaboré et planifié longtemps à l’avance. Dans une salle de banquet, par exemple. Avec les plats appropriés sur les tables avant l’arrivée des convives. 

-Tous debout à leur place chantent pendant un moment de Louange et d’Adoration.

-On peut suivre le modèle du Repas Pascal traditionnel juif, la première possibilité citée plus haut ou autre. Ce qui compte, c’est de rester biblique et d’accomplir cette Ordonnance selon son L’Esprit et son sens profond.

-Une ou deux personnes choisies d’avance donnent le sens du Repas Pascal et rendent Grâces avant que débute ce dîner spécial.

-On passe au dîner.

- Pendant ce Repas, certains peuvent partager l’un après l’autre des paroles,  des chants…  concernant le Sacrifice de Yéshoua.

-Ensuite, une ou deux personnes choisies d’avance donne le sens du Pain (« Son Corps ») que Jésus a rompu à ce stade du Repas. Les autres sont assis à leur place. La, ou les personnes désignées d’avance rendent Grâces. Le Pain est rompu et puis distribué.

-Après ce grand Repas, une ou deux personnes choisies d’avance se lèvent et donnent le sens de la Coupe de vin qui représente le Sang de notre Seigneur. Ils rendent Grâce pour cette Coupe et la font passer

-La Cérémonie est conclue par  la prise de Coupe et l’Adoration du Seigneur. Si le vin a été versé dans des verres individuels, tout le monde attend pour boire en même temps.

(Copyright : Michel SILVA ANDRADE)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 21:49

    passover-1--copie-1.jpgLe mot cène du latin cena, signifie dîner, Repas du soir

La Cène du Seigneur, en grec Kuriakon Dèîpron  est un Repas qui appartient au Seigneur. Kuriakon Dèîpron signifie d’ailleurs Repas qui appartient au seigneur. La Cène est le Repas du soir du Seigneur. Le Souper, le  « Dîner du soir » (pas un dîner de midi) du Seigneur. Les termes « le Repas du Seigneur » ou la « Cène du Seigneur » des Ecrits Apostoliques (« Nouveau Testament ») ne rappellent-ils pas les termes « la Pâque de L’Eternel » ou « la Pâque du Seigneur » des Ecritures Hébraïques (« Ancien Testament ») ? La traduction Darby parle de cène dominicale. Les termes « cène dominicale» sont totalement absents du texte original grec. La Cène est donc le Souper que Yéshoua a fait avec Ses Apôtres la veille de Sa passion. C’est le dernier Repas de Jésus avec ses Apôtres la veille de Sa Passion. Le repas du Seigneur est un vrai repas (1Crinthiens 11 :20-22). Ce vrai Repas ne se limite pas à des tout petits bouts de pains et à de minuscules verres de jus de raisin. Ce véritable Repas a été institué par Jésus Lui-même lors de Son dernier Repas Pascal avec Ses Apôtres. Lors de la Pâque de l’Eternel. La « Sainte Cène » est l’appellation préférée pour cette Ordonnance cérémonielle. Mais, « la Cène du Seigneur» (ou Repas du Seigneur) n’apparaît qu’une seule fois dans le « Nouveau Testament », et cela de manière négative : « Ce n’est pas pour prendre la Cène (le Repas) du Seigneur que vous vous réunissez… » 1Corithiens 11 :20. 

C’est le Repas Pascal que le Seigneur nous a ordonné de prendre en Sa Mémoire

C’est au cours du Repas Pascal juif annuel que Jésus a dit « faites ceci en mémoire de Moi ». La célébration pascale juive est donc l’anniversaire de Sa Crucifixion. « Ceci [le Pain rompu au cours du Repas Pascal] est Mon Corps » (Matthieu 26 : 26 ; Marc 24 :22 ; Luc 22 :19 ; 1Corinthiens 10 :16 ; 11 :24). « Ceci [La Coupe de Bénédiction/Rédemption] est Mon Sang (Matthieu 26 :28 ; Marc 14 :24 ; « Faites ceci [rompre le Pain, manger le Repas de la Pâque de L’Eternel et boire la Coupe de Bénédiction/Rédemption qui suit ce Repas] en mémoire de Moi » (1Corinthiens 11 :24-25 ; cf. Luc 22 :19 et  1Corinthiens 10 :16). Il faut donc se souvenir de la mort du Messie au cours du Repas annuel de la Fête de L’Eternel appelé la Pâque (Pessah). La Pâque se célèbre le 14 du mois biblique appelé Nissan au coucher du soleil (Lévitique 23 :5 ; Matthieu 26 :17-29 ; Marc 14 :12-26 ; Luc 22 :7-20 ; Jean 13 :1-30 ; 1Corinthiens 11 :23-26). Célébrer la Pâque est un commandement de la part de l’Eternel. Célébrer le Repas du Seigneur le 14ème jour du 1er mois (Nissan) est la manière dont la Pâque se pratique dans la Nouvelle Alliance (B’rith Khadacha)-Alliance Renouvelée. C’est une indication de la manière dont la Pâque de L’Eternel se célèbre dans la Nouvelle Alliance.

(Copyright: Michel SILVA ANDRADE)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : RESTAURATION JUDEOAPOSTOLIQUE
  • RESTAURATION JUDEOAPOSTOLIQUE
  • : Nous sommes enracinés et fondés en Lui (Colossiens 2 :7). « …Edifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Yéshoua HaMashiah Lui-même étant la pierre angulaire » (Ephésiens 2 :20 ; cf. 1Corinthiens 3 :10
  • Contact

Profil

  • restauration.judeoapostolique.over-blog.com
  • Michel SILVA ANDRADE est  pasteur -pionnier/serviteur apostolique et vous proposedes séminaires/conférences... Messianiques, Apostoliques et Prophétiques (MAP) ...
•	Des séminaires/conférences sur la vraie Adoration, Notre Rôle d'Adorateurs.
  • Michel SILVA ANDRADE est pasteur -pionnier/serviteur apostolique et vous proposedes séminaires/conférences... Messianiques, Apostoliques et Prophétiques (MAP) ... • Des séminaires/conférences sur la vraie Adoration, Notre Rôle d'Adorateurs.

Recherche

Enseignement/ Action Apostoliq