Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 09:45

Les fêtes païennes du milieu de l’hiver ont inspiré la création de Saint-Nicolas/Père Noël

En Europe du nord, il y avait en décembre, la fête des bûches ou fête du dieu Ull ( Yule)-Yule festival. Les bûches brûlées étaient des symboles qui avaient un rapport avec le culte du soleil. Ces bûches étaient brûlées en  hommages au « père tout-puissant » Odin (nom scandinave du dieu germanique Wotan). Odin est donc le principal dieu de la mythologie nordique et germanique. Il est le dieu des morts, de la victoire et du savoir. Il est aussi le saint patron de la magie, des prophéties païennes... Il partage donc la fête de Yule avec le dieu Ull célébrée le 21 décembre.  Odin (Wotan) est donc un ancêtre du père Noël qui récompensait ou punissait les enfants selon leur comportement.

De Saint-Nicolas au Père Noël

Saint Nicolas était évêque de Myre en Asie mineure (il aurait fait beaucoup de miracles) et récompensait les enfants. Avant donc, Saint Nicolas récompensait les enfants à sa fête. Le 06 décembre. Puis c'est « l'enfant Jésus » qui a commencé à récompenser les enfants à Noël. Saint Thomas (veille du 11 Novembre), les bonnes dames… ont aussi eu à gâter ou à punir les enfants. Mais l'invention pagano-chrétienne la plus géniale est le Père Noël.

Satan regagne ce qu’il avait perdu.

Saint Nicolas - Santa Claus a remplacé Odin (dieu nordique).

Le Père Noël (Santa Claus ou "Satan’s Cause")

Il est né aux USA il y  a un siècle. On l'y appelle SANTA CLAUS (SAINT NICOLAS). « Saint Nicolas est arrivé à New York au 17ème siècle qui s’appelait  alors la Nouvelle Amsterdam, et est devenu son saint patron. Il y a été « emmené » par des marins hollandais à la proue de leur navire ». Ce récit de Washington Irving décrivant l'arrivée de saint Nicolas à New York et publié le 6 Décembre 1804 fascine toute l’Amérique. Dès 1812, les enfants commencent à croire à « Santa Claus » (Père Noël).

Les protestants ont malheureusement eux aussi intégré cette invention païenne à la fête païenne de Noël

En 1821, un théologien appelé Clément Clark Moore publie « 'twas the night before Christmas » (« c'était la nuit avant Noël ») qui plait à tout le monde et « lance » le père Noël avec ses traîneaux et ses rennes. Clément Clark enlève les attributs épiscopaux (mitre, chasuble, crosse) trop catholiques pour les protestants et les laïcs. En 1886, le dessinateur Thomas Nat donne les traits définitifs du personnage. L'évêque devint ce gros bonhomme habillé de rouge. Les USA exportent le père Noël après la première guerre mondiale. Maintenant, il est connu dans tout le monde. En 1904 le père Noël débarque dans le « Larousse ».

Coca-Cola y serait pour quelque chose dans cette grande réussite

DANGER D'IDOLATRIE:DES TRADITIONS NON FONDEES SUR LA PAROLE DE DIEU!!!!

On enseigne les choses suivantes: le Père Noël est omniscient, omnipotent, omniprésent, fidèle, éternel, amour, immuable, juste, bon, souverain… Le père Noël revient bientôt, il est adoré.

Vous avez remarqué que ce personnage a volé les attributs de Dieu.

La Bible appelle cela idolâtrie. Dieu est un Dieu Jaloux qui ne peut tolérer d'autres dieux devant Sa face (Exode 20: 3- 4).

EST-CE UN DIEU COMME LE PERE NOEL QUE VOUS VOULEZ QUE VOS ENFANTS CONNAISSENT ? MEME SI CE N'EST QUE POUR JOUER?   

Michel SILVA ANDRADE - (Communautés Chrétiennes Evangéliques/Action Evangélique & Apostolique pour les Nations (AEAN)/Formation Biblique pour Tous (FBT)-Ecoles Prophétique)

 https://www.youtube.com/watch?v=ZVkxf7a0l0M&t=124s

https://www.youtube.com/watch?v=fQ-o2NCd3yM&t=14s

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com - dans Fêtes & Saisons Fêtes païennes Fêtes de l'Eternel
commenter cet article
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 20:57

LA PÂQUE INSTITUÉE PAR YHVH (L’ETERNEL) A LIEU LE 14 NISSAN-LE 11 AVRIL (2017), ET NON LE 16 AVRIL

Elle est « Quartodecimane » (de 14). Cette année (2016), elle tombe le mardi 11 avril (dès le coucher du soleil le lundi 10 avril). C’est la Pâque instituée par Dieu que les premiers Chrétiens célébraient ; Jésus Lui-même observait la Pâque de L’ETERNEL. Il lui a donné son sens plus clair et plus profond sous la Nouvelle Alliance en instituant la Sainte Cène annuel avec le pain et le vin. Jésus a demandé à ceux qui Le suivent de continuer d’observer ceci en mémoire de Lui. En mémoire de Lui et de Sa mort - Lui le Véritable Sacrifice Pascal offert pour les péchés du monde. Mais très rapidement, les « pagano chrétiens » ou pseudo chrétiens (faux chrétiens) ont fait pression sur les disciples fidèles de Jésus pour remplacer la Pâque de l’Eternel par des coutumes païennes de Pâques – Easter. Il y a eu beaucoup de controverses, de tensions et de conflits à ces sujets durant les trois siècles suivant le 1er siècle.

SUIVRE LE CALENDRIER BIBLIQUE POUR CELEBRER LA VERITABLE PAQUE – LA PAQUE D’YHVH (L’ETERNEL) ? Ou suivre le calendrier grégorien pour Pâques paganisée ?

La Pâque biblique est appelée Pessah en hébreu et Passover en anglais. Pâques (le plus souvent avec « s ») est la fête annuelle pour beaucoup de communautés religieuses en l’honneur de la Résurrection de Jésus-Christ. Pâques pour beaucoup, commémore donc la Résurrection de Jésus-Christ. Les anglophones appellent Pâques Easter.

Easter correspondait au festival de l’équinoxe du printemps (20 ou 21 Mars) et n’a rien à voir avec la Mort et la Résurrection de Jésus

L’Equinoxe est l’époque de l’année où il y a égalité de la durée des jours et des nuits. Avec la venue du Christianisme, la célébration de l’équinoxe du printemps a été remplacée par l’anniversaire de la Résurrection de Christ qui en Grec et dans les langues romanes est Páscha (et dérivés). Beaucoup de « Chrétiens » d’origine païenne (les gentilles) ont pris l’habitude sous l’impulsion du catholicisme romains de la célébrer le dimanche – qui est soi-disant « le jour du Seigneur » après le 14 du mois biblique de Nissan.

La date de la fête de Pâques de la chrétienté paganisée a été fixée par le Concile œcuménique de Nicée (325)

Selon le Concile de Nicée, Pâques devait se célébrer le premier dimanche après la pleine lune tombant le jour de l’équinoxe de printemps (21 mars) ou aussitôt après cette date (suivant l’équinoxe de printemps). Pâques tombe au plus tôt le 22 mars. Si la pleine lune tombe le 20 mars, la pleine lune suivante sera le 18 avril (29 jours après). Si le 18 avril est un dimanche, Pâque sera un 25 avril. Donc, Pâques tombe entre le 22 Mars et le 25 Avril. En fait, souvent le dimanche après la Pâque juive (14 Nissan qui varie d’une année à l’autre). De la date de Pâque dépendent toutes les autres fêtes mobiles du calendrier liturgique catholique romain. Les orthodoxes fixent une autre date pour Pâques.

Les premiers Chrétiens (Messianiques) célébraient la Pâque d’YHWH (L’ETERNEL) en même temps que les Juifs, la nuit de la première pleine lune du premier mois du printemps (14-15 Nissan)

Au milieu du 2ème siècle, la plupart des « églises » avaient transféré cette célébration au dimanche après la fête biblique juive. Certaines « églises » d’Asie mineure sont restées attachées à la vieille coutume. On les a alors accusées de judaïser. Le premier concile œcuménique de Nicée a décrété que toutes les « églises » devaient observer la fête un dimanche. Après des controverses violentes sur sa date (dépendant du calendrier lunaire), la date de Pâques – Easter a donc été déterminée par le concile de Nicée (325) : 1er dimanche après la pleine lune qui suit l’équinoxe du printemps. Pâques est alors devenu le centre des fêtes de la chrétienté et du calendrier liturgique. Décision purement humaine qui ignorait totalement commandement d’YHVH (L’ ETERNEL).

Nous ne trouvons pas de célébration de la Résurrection de Jésus « isolée » de son contexte et de ses racines hébraïques (PESSAH…) dans le les Ecrits Apostoliques (« Nouveau Testament »)

Les Chrétiens Juifs Messianiques l’ont célébrée le 14 Nissan quel que fût le jour de la semaine. Pâques paganisée (Pâques – Easter) était totalement inconnue de l’Eglise primitive. Les premiers Chrétiens (Messianiques) n’avaient rien à voir avec Pâques – Easter. « Easter » n’est pas d’origine chrétienne. « Easter » est une forme d’Astarté, un des titres de la déesse chaldéenne, la reine du ciel. La fête de Pâque (Passover, Pascha) des Chrétiens (Messianiques) dans la période postapostolique était une continuation de la fête biblique juive. La fête païenne de « Easter-Pâques» n’avait donc rien à voir avec la Pascha et a été introduit dans la religion catholique occidentale apostate pour essayer d’adopter les fêtes païennes et de les adapter à la chrétienté.

Par préjugés et antisémitismes, les chefs religieux de la chrétienté se sont éloignés des racines hébraïques de l’Eglise

• Alors que les Chrétiens (Messianiques) et les Juifs avaient les mêmes fêtes bibliques au début.

• Bien sûr, les Chrétiens (Messianiques) donnaient de nouveaux sens à ces fêtes. Ces nouveaux sens ont été introduits par Jésus et les apôtres.

« Ainsi la date et le moment les plus appropriés pour célébrer la Pâque est dans la soirée du 13 au 14 Nisan selon le calendrier biblique (juif) et non selon le comput romain 

...Jésus mourait sur la croix à l'heure où l'agneau pascal était sacrifié au Temple, le 14 nisan. Il faut donc commémorer chaque année la Pâque du Christ le 14 nisan, indépendamment du jour de la semaine. « La date de la Pâque a été un sujet conflictuel dès la fin du 1er siècle entre les fidèles Judéo-chrétiens qui comme les premiers chrétiens restent fidèles au 14 nisan (et appelés “quartodécimans”) et « l'église » de Rome » (Sources : La lune de printemps et l’IMCC).

(Copyright: Michel SILVA ANDRADE)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com - dans Fêtes & Saisons Fêtes de l'Eternel Pâque Pessah Messianique
commenter cet article
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 00:24

Attention à ces fêtes malsaines !

La plupart des fêtes soi-disant chrétiennes sont en faite des anciennes fêtes païennes, introduites dans la chrétienté par le catholicisme romain du temps de l’empereur romain Constantin. Ce dernier était un adorateur du soleil. Il était faussement converti au Christianisme. Pour maintenir à tout prix l’unité de son empire, il a cherché à unir « chrétiens » et païens de l’empire. Il a donc tout simplement tenté de réécrire l’histoire, avec la complicité des chefs religieux de l’église officielle, en donnant par exemple, des noms « chrétiens » aux anciennes fêtes païennes.

  1. La plupart des fêtes de la chrétienté ont soit une origine païenne, ou elles célèbrent tout simplement des évènements d’un monde sous le contrôle de satan

Environs 300 ans après la Mort et la Résurrection du Messie, la chrétienté « catholique » a adopté des fêtes et des coutumes païennes. Elle a tout bonnement changé leurs noms. Cette chrétienté paganisée a « christianisé » les noms de ces fêtes païennes et les a déclarées « saintes ». Ceci n’est pourtant pas acceptable aux yeux de Dieu (2Corinthiens 6 :14-15).

2. Mélanger les pratiques païennes aux valeurs chrétiennes ne peut nullement honorer Dieu

Il ne faut pas aller au-delà de ce qui est écrit dans la Bible. Nous avons déjà tout pleinement dans le christ. Pas d’additifs. La Divine Puissance du Christ nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la Piété. La Foi a été transmise une fois pour toute à ceux qui appartiennent à Dieu. Il ne faut rien ajouter ni retrancher (1Corinthiens 4 :6 ; Colossiens. 3 :10 ; 2Pierre. 1 :3 ; Jude 3 ; Apocalypse 22 :18-19). L’Obéissance au Saint Créateur ne consiste pas à ajouter des choses que Dieu n’a point dites et n’a pas commandé de faire (Deutéronome 18 :20-22 ; Jérémie 14 :14-15). L’Obéissance et la soumission à Dieu consistent plutôt à retrouver ce que Dieu nous commande de faire (Proverbes 4 :18 ; Jérémie 6 :16 ; 18 :15 ; Jean. 16 :13…). Jésus et les premiers croyants n’endossaient pas les fêtes qui étaient de la compromission avec le paganisme.

Voilà pourquoi je ne célèbre pas la « Saint Valentin »

  1. En fait, Valentin vient du latin valentinus, qui vient de valens (être fort, vaillant, puissant)

La Bible parle de Nimrod. « … c’est lui qui commença à être puissant sur la terre [le premier héros sur la terre]. Il fut un vaillant chasseur devant l’Eternel; c’est pourquoi l’on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Eternel » (Genèse 10 :8-9). Nimrod a défié Dieu. Il est le créateur de la « religion des mystères de Babylone ». Cette mythologie a été transmise aux au égyptiens, aux grecs, aux romains. Avec les dieux Pan, Lupercus, Saturne, Osiris… Nimrod, l’homme vaillant et chasseur – le dieu de la guerre. Les romains célébraient le dieu – chasseur Lupercus. Pour les grecs, il s’appelait Pan le dieu de la lumière, dieu - lune… Pour les Phéniciens, c’était Baal, le dieu –soleil. Baal est l’un des nombreux titres de Nimrod, le puissant chasseur. Spécialement de loups. Nimrod était le premier fondateur et seigneur de Babel (Babylone) - Genèse 10:10-12.

2. Le « Saint Valentin » était en fait, Nimrod

Nimrod était un chasseur puissant qui provoquait Dieu. Selon la mythologie sumérienne et « les mystères de Babylone », Nimrod avait épousé sa mère, Sémiramis – reine de Babylone, « reine du ciel », « médiatrice », « reine de l’humanité »… Elle était considérée comme une déesse…. Ces mêmes « titres » ont été aussi donnés à « la Vierge Marie » par la chrétienté paganisée par imitation de Sémiramis. Cette femme ensorcelante est devenue reine de Babylone et la femme de Nimrod. Nimrod est appelé « le mari de sa mère ». Sémiramis et Nimrod ont donné naissance à une grande fausse religion. Nimrod a plusieurs noms : Moloch, Baal…

3. A la mort de Nimrod, Sémiramis a donné naissance à Tammouz

Elle a déclaré que Tammouz était la réincarnation de Nimrod. Tammouz est devenu Baal… Le 14 février, Sémiramis, mère de Tammouz a été soi-disant purifiée grâce à son apparition en public avec son fils Tammouz. Nous comprenons bien l’origine de la vénération « mère et fils » ; de la vénération de « la Vierge et l’Enfant ». C’est à Babylone que le diable trouvé sa vierge satanique : Sémiramis. Une sorcière séductrice qui a conduit des millions de gens au royaume de satan. Des millions la considéraient comme la déesse – mère.

4. Les romains païens célébraient les soirs du 14 et du 15 février une fête idolâtre en l’honneur de Lupercus (« le chasseur de loup »)

« Les Lupercales dans la Rome antique, sont des fêtes annuelles célébrées par les luperques du 13 au 15 février, près d'une grotte nommée le Lupercal, en l'honneur de Faunus, dieu des troupeaux qui les défendait également contre les loups, d'où le qualificatif de Lupercus qui lui est attribué » (Wikipédia). Les Luperques rassemblés dans le collège des Luperques étaient des prêtres de la Rome antique. 4 siècles avant notre ère, les romains célébraient donc déjà les Lupercalia (les Lupercales) le 15 février.

5. Le 14 février, il y avait, en gros, une loterie sexuelle

Les romains avaient consacré ce jour au dieu Lupercus. Dieu de la fertilité et de l’agriculture, protecteur du bétail et des récoltes et puissant chasseur – spécialement des loups. Les romains croyaient que Lupercus les protégeaient des meutes de loups qui détruisaient les récoltes et dévoraient les gens et le bétail. La loterie du 14 février consistait à tirer des noms d’adolescentes au hasard d’une boite et à les coupler à une personne du sexe opposé. Il s’agissait de jeux purement sexuels. Il fallait gardait la personne tirée au hasard comme partenaire sexuelle durant toute l’année. L’année suivante, on tirait un autre nom au hasard. D’où les fameux « sois ma valentine/mon valentin ».

6. Les luperci (les luperques) – des prêtres, étaient assistés de vierges vestales (prêtresses consacrées à la divinité Vesta (Hestia)

Ils faisaient des rites de purification en sacrifiant des chèvres et un chien dans « la cave lupercale » sur le mont Palatin de Rome. C’est là que, d’après les romains, les jumeaux Romulus et Remus ont été abrités et nourris par une louve avant de fonder Rome. Habillés de pagnes fait des peaux de chèvres sacrifiées et plongés dans leur sang, les luperques courraient à travers Rome en frappant les femmes avec des februa (des lanières) faites de peaux de chèvres sacrifiées. Ils croyaient qu’en faisant cela, ils purifiaient les femmes, garantissaient leur fertilité et facilitaient leurs accouchements.

7. Le mot février vient de februa (moyens de purification)

Le mois de février était aussi consacré à Juno Februata, la déesse de la fièvre (febris), de l’amour, des femmes et du mariage. La Déesse de la passion sexuelle. Juno Februata (Febrtitis, Februlis, Februta, Februalis), était donc la déesse romaine de la purification et de la fertilité. Liée au mois de février et des fêtes comme les Lupercalia qui se célébraient au cours de ce mois. Février vient du latin februa (purification religieuse). Février est donc le mois de la purification, ou mois de nettoyage.

Les chefs religieux de la chrétienté se sont pliés aux exigences et aux coutumes païennes du peuple et n’ont nullement obéi à Dieu

1. Les autorités religieuses de la chrétienté voulaient se débarrasser des Lupercalia, mais les romains y tenaient trop

Par aveu d’impuissance et devant l’impossibilité de se débarrasser de cette fête, le pape Gélase 1er l’a faite passer du 15 au 14 février et l’a nommée Saint Valentin (un martyr exécuté par l’empereur romain en 27O de notre ère). Il y a en réalité 3 à 7 « Valentins ». Les autorités religieuses les ont fusionnés en un « Valentin » unique. On ne sait plus lequel. « Saints » à leurs yeux, mais pas nécessairement aux yeux de Dieu. Aujourd’hui, même les catholiques romains ne célèbrent plus ce « saint ». Ils font bien d’ailleurs.

2. Par un très habile tour de magie papale, la fête païenne des lupercales a été

« christianisée » pour donner la Saint Valentin

Sous le règne du pape Gélase (Gelasius), cette fête est donc devenue une coutume « chrétienne ». Le pape Gelasius a transformé les Lupercalia du 15 février en Saint Valentin du 14 février. Saint Valentin est devenu le saint patron des fiancés et des amoureux. En 494 de notre ère, le pape Gélase (1er) a aussi changé le non de Juno Februata en « fête de la purification de la vierge Marie ». Célébrée le 14 février, la date de la purification de « la Vierge Marie » est passée au 2 février au lieu du 14. Elle est connue aussi comme la Chandeleur (Fête des chandelles) - la présentation du Seigneur, la purification de la sainte vierge et la présentation de Christ au Temple…

Et le symbole du cœur et Cupidon dans tout ça ? – encore de la mythologie, du paganisme et de l’idolâtrie

1. Et bien, Baal signifie seigneur, en chaldéen (la langue des babylonien). Dans cette langue bal signifie cœur

Voilà d’où viennent les cœurs de la Saint Valentin. Cupidon vient latin cupere, désirer. Cupide donne cupidité (l’amour de l’argent). Cupide était le fils de Vénus, la déesse romaine de la beauté et de l’amour. Eros, en Grèce. Le dieu de l’amour et de la puissance. Le fils d’Aphrodite (la déesse de l’amour et de la sexualité). Cupidon est le dieu romain de l’amour. Il est représenté par un enfant – archer. Nimrod était un archer habile. Cupidon est d’une personnalité aussi cruelle que joyeuse. Les flèches de Cupidon ont pour objet de toucher les hommes et femmes et les rendre fous d’amour. Pas pour les rendre heureux, mais, fous de passion et les rendre misérables. Et en rire.

2. Ces flèches sont intimement liées à la convoitise, alors que le véritable amour est un choix, une décision consciente de servir l’autre

La Saint Valentin parait être une fête innocente mais, elle a pour origine les « mystères de Babylone et au moins deux fêtes romaines païennes de perversion sexuelles : Les Lupercalia et le jour de la fête de Juno Februata (ou Juno Februa). Les Luparcalia, célébrées le 15 février était connues comme « la fête de la débauche sexuelle » ou «la fête de la licence sexuelle ». Ce qui est très apprécié des hommes est une abomination aux yeux de Dieu (Ezéchiel 8 :1-18 ; Luc 16 :151Corinthiens 7 :39 ; 11 :11 ; 13 :4-7 ; 2Corinthiens 6 :14-17 ; Ephésiens 5 :25 ; Jacques 4 :4 ; Apocalypse 18 :4….) Cette fête a encore une connotation sexuelle de nos jours !

La St Valentin, la St. Jean, la St Patrick… sont des jours pour honorer les « saints » du catholicisme romain. Nous, nous ne vénérons que Dieu Seul

Christ, Ses Apôtres et les premiers Chrétiens (Messianiques) n’ont jamais fêté la Saint Valentin ou les fêtes analogues.

Cette fête n’a rien de biblique. Cette fête est entièrement basée sur des rites païens, la mythologie greco-romano-égypto-babylonienne et sur l’iniquité (la violation de la Loi de Dieu).

Copyright Michel SILVA ANDRADE
Repost 0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 13:24

equilibre-Loi-Grace.jpg 

La Loi et la Grâce

On dit souvent Grâce par « opposition » à Loi. Mais la Loi et la Grâce ne sont pas en direct opposition. Certains ont créé un conflit et une controverse concernant la juxtaposition de ces deux principes : Loi/Grâce. La confusion vient de l’abus de chacun de ces deux principes. Certains enseignent que « Toute la Loi a cessé ». D’autres enseignent qu’on doit observer les Dix Commandements. Mais le conflit réel n’est pas entre la Loi et la Grâce. La vraie question est d’avoir la bonne compréhension du rapport et de la relation entre la Loi et la Grâce. Il est impératif de comprendre leur fonction respective. L’amour est la base et la source de la doctrine de la Grâce. Mais la Loi se montre nécessaire pour exposer la gravité du péché et l’état déchu de l’homme naturel. La Loi proclame sans équivoque la corruption morale et totale du genre humain.

Si la Loi est considérée comme la base du salut ou comme la puissance qui nous empêche de pratiquer le péché, on la fait empiéter sur le  territoire de la Grâce. Quand le chrétien n’est pas contrôlé par l’amour, il abuse de la Grâce. Il rejette la Grâce de Dieu. Il annule la puissance de la Grâce de Dieu dans sa vie. L’effet de la Grâce sera nul et non avenu. La controverse et le conflit sur la nature et l’étendue de la Loi se résolvent quand on comprend ces choses. Toute la Loi est accomplie par l’amour. On ne peut plaire à Dieu si on obéit par crainte de la Loi. La vie sous la Loi lie l’âme. On n’obéit pas par amour, mais par peur de la Loi et du jugement. Sous la Grâce, l’amour agit sur et par le cœur régénéré. Ce qui est devoir légaliste sous la Loi devient obéissance « gracieuse sous » la Grâce.

 

Toute la Loi est accomplie dans une seule parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Gal 5 :14)

Celui qui aime les autres a accompli (pèpléroken, en grec) la Loi. L’amour est donc l’accomplissement (pléroma, en grec).de la Loi (Rom 13 :8-10). Il est impossible d’aimer son prochain sans aimer Dieu comme exigence première. L’amour pour Dieu et son prochain émane de l’initiative d’amour manifesté en Christ (Rom 5 :8).  « Il m’a aimé le premier ». La loi de l’amour, d’abord énoncé dans Lévitique 19 :18  est couplée par Jésus de « aimer le Seigneur de tout son cœur… (Deut. 6 :5). Jésus enseigne que c’est de l’observance de ces deux commandements que dépendent toute la Loi et les prophètes (Mt. 22 : 40). Toute la Loi est accomplie dans une seule parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Gal 5 :14).

 

Sommes-nous sous la Loi ou sous la Grâce ?

Vous êtes, non sous la Loi, mais sous la Grâce. (Rom. 6:14).  Ainsi la Loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la Foi. La Foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue (Gal. 3 :24-25).

Nous ne sommes pas sous la Loi, mais nous ne sommes pas sans Loi. (1Cor 9 :21 ; Gal. 6 :2). Ne faisons pas cependant de la liberté un prétexte pour vivre selon la chair. L’obéissance à Christ est nécessaire. Christ ne sauvera pas ceux qu’il ne peut pas commander. La doctrine du  « une fois sauvé toujours sauvé » est dangereuse. Ceci conduit à l’insouciance. Le Salut final est intimement lié à une obéissance continuelle à Christ. Nous appartenons à Christ. La liberté nous conduit  à l’amour (Gal 5 :13 ; 1Pi 2 :16).

Nous ne sommes pas sous la Loi  Mais nous ne sommes pas sans Loi (1Cor. 9 :21). La Loi est en nous (Jer. 31 :33 ; Héb. 10 :16…). Nous ne sommes pas sous la Loi du péché et de la mort. Nous ne sommes pas marié à la Loi de condamnation mais à la Loi de Christ. Nous n’appartenons pas à la Loi mais à la Grâce. A Jésus-Christ.  A la Grâce.  Notre vie n’est pas régentée par la lettre de la Loi mais par la vie et l’esprit de la Grâce. Par la Loi de l’Esprit de vie. Nous ne sommes pas sous les termes de l’Ancienne Alliance mais sous ceux de la Nouvelle.  Jésus n’est pas venu pour juger le monde – pas pour appliquer la Loi, mais pour sauver – en appliquant la Grâce (Jn. 3 :14-21).  Devant la Loi, l’homme n’a que deux choix: la condamnation (la mort) ou se laisser conduire à Christ (la vie).

 

La Grâce de Dieu

Le mot Grâce, Vakhesed en hébreu et Charis en grec, fait penser à la gentillesse et à la faveur. Dans la Bible, la Grâce est accordée gratuitement. C’est une faveur imméritée. Une faveur impossible à gagner et à repayer. La faveur est vraiment « un don gratuit » -pardon pour ce pléonasme. Quelqu’un a dit que la Grâce est le visage que Dieu porte quand Il rencontre nos imperfections, nos péchés, nos faiblesses, nos échecs… La Grâce, c’est ce que Dieu est quand il rencontre le pécheur et celui qui ne mérite rien. La Grâce est purement un cadeau qui se reçoit gratuitement ». Quel réconfort et quelle joie de savoir que moi qui ne mérite rien et qui suis imparfait, j’ai accès à la Grâce de Dieu ! A Sa faveur imméritée ! Au visage que Dieu porte devant mes imperfections humaines ! La Grâce de Dieu, c’est Sa bonté manifestée à l’égard de ceux qui ne la méritent pas. En fait, nul ne mérite la Grâce de Dieu. Les Ecritures montrent que la Grâce Spéciale de Dieu se manifeste unique­ment envers ceux qui sont Ses élus. La Grâce est donc la bonté que Dieu manifeste envers ceux qui ne la méritent pas. La Grâce se rapporte à l’homme qui est pécheur, donc coupable. La miséricorde, Rahamim en hébreu est la capacité que Dieu a de pardonner au coupable. On parle de miséricorde part rapport à l’homme pitoyable et malheureux. Comme pour la miséricorde, Le mot Grâce est souvent utilisé dans les salutations et les bénédictions.

 

Quand on voit les choses selon la perspective de la Grâce, on n’a plus le langage légaliste tel que « il faut », « je dois »… devant les choses spirituelles. On dit plutôt : « Je désire ». Le légalisme dit « tu dois, il faut… ». La Grâce dit « je désire, je veux… ». Le légalisme dit  « tu dois,  il faut agir avec ta propre force. Tes propres ressources humaines… ». La grâce dit « je désire, je veux… » C’est Dieu qui produit en nous le désir. C’est Lui qui produit en nous le vouloir et le faire (Phil. 2 :13).

 

Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde (Rom.6 :1)? 

Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché (Rom.6 :2)? Car la Grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété (Tite 2 :11-12).

La Bible enseigne très clairement que nous sommes sauvés par la Grâce (Eph. 2 :8-9). Mais nous sommes sauvés pour que la justice de la Loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. La Grâce de Dieu ne peut jamais s’exprimer au dépend de Sa sainteté. Ne pas être sous la Loi, signifie qu’on n’est pas sous le légalisme, la malédiction et la condamnation de la Loi mais sous l’action et la puissance salvatrice et sanctifiante de la Grâce. Etre sous la Grâce nous empêche de vivre dans le péché. La Grâce ne nous permet jamais de violer l’aspect moral de la Loi. La Grâce nous permet de saisir L’esprit de la Loi. L’action de cette Grâce nous pousse à la sainteté. Vivre comme on veut, n’est pas vivre sous la Grâce. La Grâce est si puissante qu’elle nous demande d’abandonner le péché. La Grâce nous rend capable de nous conformer totalement à la Loi de Dieu dans son aspect moral

 

Deux positions extrêmes à éviter : le légalisme et l’antinomie

Le légalisme met un accent démesuré sur la Loi au dépend de la Grâce. Le légalisme reconnaît qu’on est sauvé pour obéir à la Loi, mais il nie le fait que le salut est par la Grâce. Mais par les œuvres humaines. Il y a une accentuation démesurée de la Loi, des règles de conduite, des concepts juridiques… La réalité est que la source du légalisme est la rigidité, le manque d’amour, l’orgueil, la superficialité,  la négligence de la miséricorde, l’ignorance de la Grâce de Dieu, l’accentuation de la lettre de la Loi au dépend de l’Esprit…. Pour le légaliste, l’obéissance est le principe prééminent de la rédemption. Il met l’accentue sur un système de règles pour atteindre le salut et la croissance spirituelle. Le légalisme consiste donc à essayer de mériter la faveur de Dieu en faisant des œuvres ou en accentuant la lettre de la Loi au dépend de l’esprit de la Loi.

Il faut éviter l’erreur opposée du légalisme qui est l’antinomie (contre la Loi). L’antinomie met un accent démesuré sur la Grâce au dépend de la Loi. Les partisans de l’antinomie reconnaissent que le salut est par la Grâce. Mais ils nient le fait que la conformité à la Loi est  l’objectif de la vie chrétienne. Les partisans de l’antinomie détestent les règles et les normes car d’après eux, elles limitent la Grâce. Ce sont des libertins. Rien n’est péché pour eux. Ils croient qu’ils n’ont aucune obligation envers l’aspect moral de la Loi. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Certains vont à l’extrême jusqu’à rejeter la Bible. Leur prétexte est que puisqu’ils ont l’Esprit, ils n’ont pas besoin d’un Livre de règles.

 

« Tout est permis » (1Cor. 6 :12 ; 10 :23) signifie t-il qu’on peut vivre comme on veut ?

Paul dit ceci par rapport aux rites, lois alimentaires… Nous ne sommes pas sous l’Ancienne Alliance mais sous la Nouvelle. Mais nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons.  Nous ne devons pas nous laisser asservir par le péché. Nous devons faire ce qui édifie et ce qui est utile. Nous ne sommes plus nos propres maîtres. Nous sommes esclaves de Dieu et de Sa Justice.

 

« Tout est pur pour ceux qui sont purs » (Tite 1 :15) signifie t-il qu’on peut faire ce qu’on veut ?

Paul dit ceci par rapport aux rites de purifications, lois alimentaires…

« Tout » ne signifie pas toute sortes de comportements. Le verset 14 nous rappelle vraiment le cadre et le contexte de ce passage..

 

L’Antinomie

Du grec anti (contre) et nomos (loi), c’est le fait d’être contre la Loi. D’être sans loi. Hors la loi. Dans le Nouveau Testament (Nouvelle Alliance, le mot grec est anomia est signifie iniquité. Le fait d’être sans Loi. Jésus appelle ceux qui font profession d’être chrétiens sans faire la volonté du Père – ceux qui commettent l’iniquité – des ouvriers d’iniquité (Mt. 7 : 21-23 ; 13 :40-43 ; Luc 13 :27…).  En grec, ergazomenoi ten anomian. Rappelons qu’une des définitions de la Loi est que la Loi est la volonté révélée de Dieu. Selon le Messie, les partisans de l’antinomie sont ouvriers d’iniquité. Des libertins. Les partisans de l’antinomie épousent la conception selon laquelle ils n’ont aucune obligation envers la Loi de Dieu, l’étique, la  morale… Ce sont les opposés extrêmes du légalisme. Ce sont eux qui changent la Grâce de Dieu en dissolution (débauche). Ils travestissent la Grâce de Dieu en débauche (Jude 4). Pour pouvoir se conduire n’importe comment.

 

L’AMOUR DE CHRIST NOUS PRESSE (2COR. 5 :14)

 

Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par le légalisme

Le légalisme exige la performance avec ses « il faut »… Nous sommes sous la Grâce et non sous la Loi (Rom. 6 :14). La Grâce de Dieu est la source de salut pour tous le hommes (Tite 2 :11-13). La Grâce est une faveur imméritée. C’est Le visage que Dieu porte devant  nos imperfections humaines. Apprenons à voir les choses sous la perspective de la Grâce. Nous commencerons à dire « Je désire »…

 

Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par le perfectionnisme

Car l'amour de Christ nous presse. L’amour de Christ nous domine. L’amour de Christ remplit nos cœurs (2Cor. 5 :14). Le perfectionnisme est une recherche excessive et malsaine de la perfection. C’est la maladie de la perfection en toute chose. Le perfectionniste est lié par la performance. Il n’est jamais satisfait. Perfectionnisme n'est pas Perfection.    

 

Laissons-nous dominer par l’amour du Christ et non par la culpabilité

Il existe plusieurs sortes de culpabilités:

-La culpabilité objective : Lorsque la loi est violée et la personne est coupable même si elle ne se sent pas coupable

-La culpabilité subjective : Il y a dans ce cas des sentiments intérieurs de remords et d’auto condamnation résultant de nos actions.

 

LE LEGALISME

 

« Vous observerez mes lois et mes ordonnances: l’homme qui les mettra en pratique vivra par elles. Je suis l’Eternel » (Lévitique 18 :5).

 

Le légalisme (le juridisme)

Celui qui fera ces choses – mettre les lois et les ordonnances de l’Eternel en pratique - vivra par elle. C’est ça le légalisme. C’est ça être sous la Loi. Maudit soit celui qui n’accomplit point les paroles de cette Loi, et qui ne les met point en pratique! - Et tout le peuple dira: Amen! (Deut. 27 :26).  « Je leur donnai Mes lois et leur fis connaître Mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles… Et la maison d’Israël se révolta contre Moi dans le désert. Ils ne suivirent point Mes lois, et ils rejetèrent Mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l’excès mes sabbats. J’eus la pensée de répandre sur eux ma fureur dans le désert, pour les anéantir » (Ez.20 :11,13). Il y a un échec total de l’homme vis-à-vis de la Torah. Moïse définit ainsi la justice qui vient de la Loi: L’homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles (Rom 10 :5). Le Légalisme c’est donc la Justice qui vient de la Loi. Nous, nous annonçons la Justice qui vient de la Foi ((Rom 10 :6). C’est la Parole de la Foi que nous prêchons (Rom 10 :8). L’Ancienne Alliance n’était pas parfaite. Voilà pourquoi Dieu donne une Nouvelle Alliance. Le Juste vivra par la foi (Hab. 2 :4). Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la Loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.  Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi.  Or, la Loi ne procède pas de la Foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles (Gal. 3 :10-12).

 

Que signifie « être sous la Loi » ?

C’est être tout simplement dans le légalisme. « Ne pas être sous la Loi (La Torah) » ne veut pas dire qu’observer la Torah est mauvaise ou qu’être dans le cadre de l’observation de la Torah est mauvaise. Vivre selon la Torah de Dieu est bonne. La Torah de Dieu ne peut être incriminée. Ce qu’il faut condamner, c’est la déformation humaine perverse et légaliste de la Torah. « Sous la Loi » (en grec, upo nomon) signifie « soumission au système qui résulte de la transformation humaine perverse de la Torah en légalisme ». « Œuvres de la Loi » (en grec, erga nomou) signifie « observation légaliste des commandements de la Torah.

Il y a deux extrêmes à éviter : Le galatanisme et ses judaïsants et l’antinomie (contre la loi, contre la Torah).

 « Etre sous la Loi », c’est être sous la peine de la Loi. Le croyant en Yéshoua n’est pas sous la fonction pénale de la Loi. La Torah, comme un maître d’école, nous a conduit au Messie (Gal. 3 :24-25). Nous ne sommes donc plus sous le tutorat de la Loi écrite sur des tablettes de pierre (2Cor. 3 :3-7). Maintenant, nous sommes sous le « management » de l’Esprit. Il ne faut pas apporter dans la Nouvelle Alliance certaines fonctions légalistes juives de la Loi.

« Ne pas être sous la  Loi » implique le fait qu’on ne peut plus avoir une application légaliste de la Torah. « Etre sous la Grâce » implique le fait qu’on ne peut plus avoir une application antinomique (anti-loi) de la Grâce.

 

Essayer de vivre par selon une liste de règles n’aboutit jamais à la victoire

La Bible et l’expérience chrétienne nous enseignent qu’essayer de vivre selon une liste de règles n’aboutit jamais à la victoire.

 

Celui qui obéit aux commandements n’est pas un légaliste

La lettre de la Loi conduit au légalisme. La lettre tue. Le légalisme tue. Il est comme quelqu’un l’a dit un tueur silencieux dans l’église.

Celui qui obéit aux commandements n’est pas un légaliste. Ne confondons pas les commandements de Dieu et les commandements d’hommes. Les traditions purement humaines. Les fables et les commandement d’hommes détournent de la Vérité (Mt. 15 : 3, 9 ;  Col. 2 :20-22 ; Tite 1 :14). Le légalisme est la conception selon laquelle on est sauvé en observant la Loi et les règles (la plupart du temps purement humaines) et en faisant de bonnes œuvres. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi (Sous la malédiction et la condamnation de la Loi, sous le rôle pénal de la Loi) - Galates 5:18. En effet, quand quelqu’un est uni au Christ Jésus, la Loi pour lui, c’est l’Esprit Saint qui donne la vie. Nous sommes rendus capables de vivre comme la Loi le demande. La juste exigence de la Loi est satisfaite en nous. La justice de la Loi est accomplie en ceux qui vivent dans la dépendance de l’Esprit (Rom. 8 :2, 4).

Obéir, c’est accepter de s’appuyer sur Jésus. De laisser Jésus vivre Sa vie en nous. Car Jésus est Le Seul capable de vivre la vie chrétienne.

Il y a deux commandements que Jésus donne, pour faire de ceux qui y répondent par la Grâce de Dieu, des saints. : « Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » (Mc. 1 :15 ; Héb. 6 :1-2). Après avoir obéi à ces deux commandements, les saints, parce qu’ils sont devenus saints, peuvent obéir à tous les autres commandements. Leur nature s’y prête.

 

La loi, selon son sens profond et son esprit, dit : «  tu ne peux pas accomplir la Loi avec ta propre force. Tu es condamné à l’échec ».

Le légalisme, selon la lettre, dit : « tu dois faire les choses selon tes propres ressources ». La Grâce dit : « le Saint-Esprit te rend capable de vivre comme la Loi le demande. Jésus en toi obéit toujours. Quand tu n’obéis pas, ce n’est pas Jésus-Christ, c’est toi qui a choisi la chair. Jésus marche toujours selon l’Esprit. YHVH est le seul vrai Dieu. Son peuple doit donc étudier et observer Sa Loi .Son peuple doit se séparer des païens et de leurs pratiques religieuses. Il doit être une nation sainte. Ils doit allégeance ; amour gratitude, obéissance et service à Dieu

 

Retournons – nous à la Loi ?

Cette question très commune est le reflet d’une incompréhension des termes Loi et Grâce. Ceci montre aussi une connaissance incomplète des Ecritures Hébraïques. La Torah, traduite de manière adéquate par « enseignement », « instruction » exprime la relation et l’Alliance entre YHVH et Israël. Dieu révèle à Son peuple choisi le style de vie qui Lui plaise afin que Son peuple soit Son témoin devant les autres nations. Malheureusement, les hommes ont rajouté des traditions et des préceptes d’hommes aux lois de Dieu pour aider les gens à observer les lois.  Ce sont ces lois supplémentaires que Jésus a rejeté. Ce n’est pas la Torah originale que Jésus a rejeté. Jésus a observé la Torah et a instruit Ses suiveurs à faire de même. La Grâce abonde autant dans la Torah que dans les écrits apostoliques. La Loi et la Grâce existent côte à côte à travers toutes les Ecritures avec le salut possible que par la Grâce et par e moyen de la Foi (Eph. 2 :8 -9). Le même apôtre qui a écrit que le Messie est la fin (le but) de la Torah (Rom. 10 :4) a aussi écrit que la Torah est sainte, spirituelle et bonne (Rom. 7 :12 ; 14). Il dit qu’il prend plaisir à la Torah selon l’homme intérieur (Rom. 7 :22). Il dit aussi que l’étude de la Torah donne la sagesse qui conduit au salut (2Tim. 3 :15-16)

 

La Loi est toujours valable

La Loi Mosaïque est toujours valable, mais pour un disciple elle s’applique sous la forme de la Loi de Christ. De la Loi de L’Esprit de vie. De la Loi de la Liberté… En Christ, la Nouvelle Alliance est donnée comme Loi (Torah). Pour le disciple de Christ, La Loi ne s’applique que par Lui et en Lui.  Selon la Vérité (la Réalité), la Loi de la Grâce, la Loi de la Liberté, la Loi de l’Evangile… la Loi de Christ. La Loi Parfaite.

La Loi d’elle-même ne justifie pas (Gal. 3 :11). Mais nous sommes sauvés afin que la justice de la Loi soit accomplie en nous. Nous sommes sauvés pour vivre comme la Loi le demande (Rom. 8 :3). Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés (Rom. 2 :13). La Loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon (Rom. 7 :12). Nous n’ignorons pas que la Loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime, sachant bien que la loi n’est pas faite pour le juste… (1Tim. 1 :8-9). La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout (1Cor.7 :19). Car ce n’est rien que d’être circoncis ou incirconcis; ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature (Gal.6 :15). La nouvelle créature est juste. Nul ne peut rechercher la justice par la Loi. La Loi n’a pas été faite pour le juste. Mais la Loi et juste. Nous, nous sommes déjà juste par la Foi. La nouvelle créature observe les commandements de Dieu. C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus  (Ap. 14 :12).

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 01:00

Le  Magen David (le Bouclier de David)  n’est pas un symbole occulte, mais bien biblique

Ne vous y trompez pas

Beaucoup, convaincus qu’ils savent toujours plus que les autres continuent de proclamer que « l’Etoile de David » est un symbole occulte à éviter. Certains sont sincères, mais ils se trompent. Ces allégations ne sont pas des faits, mais une tromperie de la part du diable. Ceux qui s’attaquent à ce symbole le font souvent tout simplement par ignorance. « L’Etoile de David » représente les Juifs. Satan les attaque de toutes manières car ils représentent aux yeux d’YHWH Son serviteur David et le Fils de David, le Moshiah (le Sauveur) sur le plan ultime.

 

le bouclier de DaviD n’est pas un symbole récent

 

Le  Magen David (le Bouclier de David) – communément appelé l’Etoile de David, ne date pas seulement depuis 200 ans (comme certains veulent nous le faire croire). La preuve : le Magen David que j’ai moi-même (Michel Silva Andrade) photographié dans les vestiges de la synagogue de Capernaüm (Capharnaüm)* qui date du 3ème s. de notre ère. *Synagogue, près de la maison de Pierre et construite sur celle que Jésus fréquentait.

 Le Bouclier de David est  fait de deux lettres dalet triangulaires

 Ce Sceau de David est en fait composé de deux dalet (∆) - (comme on l’écrivait du temps du roi David* - notre lettre D) entrelacés. Le nom David commence et se termine par un dalet. Le Bouclier de David (appelé de manière erroné « Etoile de David ») est fait de deux dalet triangulaires (▲▼).

*Un paléo-dalet, du paléo-hébreu antique. Le Magen David – Bouclier de David – « Etoile de David en paléo-hébreu (hébreu antique) est la liaison entre deux lettres palo-dalet. Certains disent qu’il s’agit d’un symbole occulte non cachère. Mais l’origine du Bouclier de David ou « Etoile de David », est bien hébraïque. Retenons que dans le paléo-hébreu antique, la lettre dalet (notre D) était représentée par un triangle (∆). « L’Etoile de David » est en faite composée de deux dalet triangulaires :

Le  Magen David (le Bouclier de David) – communément appelé « l’Etoile de David », se trouve dans toutes les synagogues et sur le drapeau d’Israël

 Durant les guerres, les païens peignaient d’effroyables dragons, serpents… sur leurs boucliers. Les Israélites évitaient les représentations artistiques d’animaux. Ils choisissaient alors le Magen (Bouclier de) David comme symbole de leur bouclier. Rappelons que le Magen David consiste en deux dalet (de l’hébreu antique) superposé l’un sur l’autre. Une pointe vers le haut et l’autre vers le bas. Le dalet est la première et la dernière lettre du nom de « DaviD ». Epelé « Dalet-vav-Dalet » en hébreu. David avait la réputation d’être un grand homme de guerre. Rien que penser à David suscitait la peur dans le cœur des ennemis d’Israël. Le Bouclier de David est donc un symbole de guerre très efficace.

Les hexagrammes ont d’abord été créés par Dieu 

Le  Magen David, Bouclier de David, « l’Etoile de David » ou hexagramme (étoile à six branches). Les hexagrammes ont d’abord été créés par Dieu ; ex ; les flocons de neige. De l’eau sous forme solide. Eau, source de vie. Le diable s’attaque à  la vie. Il a donc détourné ce symbole créé par Dieu et a convaincu beaucoup de ce symbole est occulte.

Rien n’est impur en soi (Rom. 14 :14). Jusqu’à ce que quelqu’un le pervertisse.

« L’Etoile de David » n’était donc pas un symbole « religieux » au début. Plus tard, ce symbole aura différents sens

Si ce symbole (l’hexagramme) est utilisé dans les rites sataniques (vrai ou faux, à tort ou à raison) – la croix, l’étoile à cinq branches (le pentagramme) aussi, ceci n’est pas une preuve que son origine est satanique. N’oublions pas que le diable est dans la contrefaçon. Même les Dons Spirituels ont aussi leurs contrefaçons démoniaques. Les satanistes ont utilisé beaucoup de symboles tels que la croix pour se moquer du Messie.

Les Premiers Chrétiens (Messianiques) ont utilisaient le Magen David

Les premiers croyants en Yéshoua (Jésus) exhibaient « l’hexagramme » davidique dans leur synagogue selon l’Encyclopedia Judaïca et l’archéologue Stanlao Lofreda (dans « Une Visite à Capernaüm »). L’archéologie à Capernaüm et ailleurs a prouvé de manière irréfutable que les disciples de Jésus-Christ et les autres premiers Chrétiens (Messianiques) ont utilisé « l’Etoile de David » en plus du Poisson ICHTUS comme symbole de la Foi Nazaréenne. Si les premiers Chrétiens (Messianiques) du premier siècle bien avant l’arrivé de l’empereur Constantin, les Chrétiens (Messianiques) des Derniers Temps ne doivent pas craindre de l’utiliser. Le  Magen David (le Bouclier de David) se trouvait sur l’ancienne synagogue de Capernaüm où Jésus a Lui-même enseigné.

 « L’Etoile de David » est prophétique

« L’Etoile de David » symbolise une Prophétie Messianique (Nb. 24 :17 ; Ap. 22 :16). « L’Etoile de David » représente Israël et les Juifs, mais aussi le Messie Juif Yéshoua (Jésus). Dans Matthieu 2 :9-10, les mages suivent l’Etoile du Messie. Joseph a vu ses frères, les ancêtres des futures tribus d’Israël dans une vision prophétique représentée par des étoiles (Gen. 37 :9).

 Dieu a dit à Abraham que sa descendance sera comme les étoiles du ciel. Les étoiles représentent tous les enfants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Les fils de Jacob constituaient 11 étoiles (Gen. 37 :9). Les 11 étoiles – magen – boucliers représentent Israël dans le rêve de Joseph.

Le Sauveur est l’Etoile de YHWH (Nb. 24 :17-19). Dans Matthieu 2 :1-2 l’étoile de Bethlehem a dirigé les exilés Juifs « Rav – Mages » vers la maison de « l’enfant Jésus ». Jésus est né des « reins » de David comme l’Etoile de Délivrance prophétisé de David. Il est la Véritable « Etoile de David » et Etoile de ses  «  reins ». Nous devons donc être fiers d’être associés à ce symbole et à ce qu’elle représente.

Le Bouclier de David parle de Dieu Lui-même (Gen. 15 :1 ; Deut. 33 :29 ; Ps. 7 :11 ; 84 :12…). L’Eternel est Lui-Même le Bouclier de David. Il est le Magen – Bouclier – Etoile d’Abraham et de tous ceux qui Lui obéissent.

Non ! Dieu ne considèrent pas le Magen David – Bouclier de David – Etoile/Bouclier à 6 branches (« Sceau de David » ou « Sceau de Salomon ») comme démoniaque, occulte ou païen.

 « L’Etoile de David » est un symbole d’unité des deux maisons : la maison d’Israël et la maison de Juda

L’alphabet hébreu (« l’aleph-beth ») commence par : aleph, bet, gimel, dalet… Le dalet est la quatrième lettre de l’alphabet hébreu. D’après son sens littéral, aleph signifie bœuf et symbolise la force, le leader, le premier. Bet signifie tente, maison. Dalet signifie porte et symbolise le chemin, l’entré. Le dalet est donc une porte, deux dalet représentent les deux maisons qui se réunissent dans les derniers temps.

« L’Etoile de David » est intimement liée à la Tri-Unité Ehkad (Un) de l’Eternel

Ekhad est une Unité composé. « L’Etoile de David » est un symbole de la pluralité des Manifestations de YHVH envers l’humanité. . « L’Etoile de David » est aussi un symbole de la poursuite humaine d’YHVH. La Traduction de la Bible « Chouraqui » de Jean 17 :3 est : la Vie Eternelle, c’est qu’ils Te pénètrent, Toi le Seul Elohim »

                                                                                   (▼▲)

« L’Etoile de David » est intimement lié à l’Unité Ehkad (Un) de l’E-ternel. (Ekhad est une Unité composé). « L’Etoile de David » est un symbole des Actes de YHVH envers l’humanité (Le dalet antique pointant vers le bas : ▼). « L’Etoile de David » est aussi un symbole de la poursuite humaine d’YHVH (Le dalet antique pointant vers le haut : ▲). Mais aussi, un Symbole de la Relation Mystérieuse Eternelle entre le Père (DIVINITE) ET LE MESSIE (HUMANITE) et une « description de la Nature Tri-Unitaire de D.ieu : PERE, FILS ET SAINT-ESPRIT.

Etoile de Davi - pas un symbole occulte

Certains rejettent « l’Etoile de David » à cause d’Actes 7 :43.  Mais personne ne sait à quoi ressemble cette étoile du dieu Remphan, idole païenne

Etienne dans Actes 7 :39-43 montrent que les rétrogrades Israélites et les païens acceptent les dieux et les symboles païens qui sont souvent des étoiles. Israël a adopté Moloch et ses symboles, certes. Mais, « l’’Etoile de David » n’a rien à voir avec l’étoile les divinités astrales Moloch et Remphan / Khiyoun d’Amos 5 :25-27 et Actes 7 :43. Certains disent qu’Amos 5 :25-27 et Actes 7 :43 interdisent « l’Etoile de David ». Actes 7 :43 parle du dieu-étoile Réphan. L’objet de leur adoration est saturne. Amos 5 :26 parle de Molekh et khiyoun en hébreu. L’infidélité et la prostitution spirituelle sont symbolisées par l’étoile de Moloch et Khiyoun. Le texte hébreu d’Amos dit: « Khiyoun vos idoles, l’étoile de votre dieu » (Khiyou votre statue, l’étoile de vos dieux » Il s’agit donc de l’étoile de Remphan – Derphan / Khiyoun. Khiyoun était une divinité astrale assyrienne associé à la planète saturne. Dans Actes 7 :43, Etienne cite l’ancienne version (traduction) grecques des Ecritures Hébraïques (la Traduction des Septante, LXX).Traduite en Egypte.  Khiyoun, c’est de l’hébreu. En arabe, c’est Khevan. Remphan était la même divinité en copte égyptien.

Tout objet fait pour l’adoration est mauvais. Toute étoile qui devient une idole est paganisme. Mais l’étoile de Moloch n’est pas « l’Etoile de David ». Arrêtons donc les contre-vérités. « Faisons une économie de fausses déclarations ».

 « L’Etoile de David » n’a rien à voir avec l’étoile les divinités astrales Moloch et Remphan / Khiyoun d’Amos 5 :25-27 et Actes 7 :43.

L’étoile de ces divinités n’est pas l’étoile de David.

Non ! Dieu ne considèrent pas le Magen David – Bouclier de David – Etoile/Bouclier à 6 branches (« SCEAU DE DAVID » OU « SCEAU DE SALOMON ») comme démoniaque, occulte ou païen.

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 11:58

« Il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Luc 2 :11).

 

Mais, posons la question suivante : Et si Jésus n’était pas né ?

 

Jean 1 :1-5, 9-14 ; Colossiens 1 :12-20 ; Colossiens 2 :1-3 ; 6-15 ; Hébreux 1 :1

 

Le Christ et la civilisation - Le Christ et vous

 

De nos jours, les seules discriminations et les seules moqueries acceptées sont celles contres les chrétiens. MAIS ; si Jésus n’était pas né, ce monde serait beaucoup plus misérable et invivable. EN FAIT, de nombreuses actions, découvertes et inventions trouvent leur origine, leur motivation dans l’amour pour Jésus. De grandes réalisations de l’homme ont aussi pour origine les services rendus à l’humble charpentier de Galilée. A ce SDF, ce paria de la société juive qu’était  de Jésus de Nazareth.

 

Le but de cet écrit et de montrer l’impact exceptionnel de Christ sur le monde.  Le rôle, l’influence et l’impact de Jésus sur la civilisation et sur l’histoire de l’humanité est donc sans égal.

 

Voici, je fais toutes choses nouvelles (Apocalypse 21 :5)

 

Il y a eu beaucoup de changement au cours des siècles et dans l’histoire de l’homme, MAIS JÉSUS, le plus grand homme qui ait jamais vécu sur cette terre et celui qui a apporté les plus grands changements positifs. Ses disciples ont bouleversé le monde. …  « Ces gens, qui ont bouleversé le monde, sont aussi venus ici » (Actes 17 :6 ). Les changements positifs apportés par Christ ont influencé tous les aspects de la vie de l’homme.

         Jésus dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches (Matthieu 13 :31-32).Il y a eu une croissance extraordinaire de cette graine de moutarde. Le Christianisme, malgré ses faibles et humbles commencements est devenu la seule foi vraiment mondiale. Avec la plus grande influence. Semé comme la plus petite des graines, le Christianisme a ancré ses racines profondément parmi les hommes et est devenu le plus grand arbre « religieux, philosophique et idéologique ». Jésus, un rabbin itinérant a prêché, enseigné, fait du bien et des miracles pendant trois ans et demi. Aujourd’hui plus de 2 milliards et demi de a population mondiale se réclament de Lui. Sans parler du rôle que d’autres religions Lui attribuent (notamment l’Islam). Des millions Le servent aujourd’hui.

 

La chrétienté est le plus grand mouvement et la plus grande force de l’univers

 

Dans le magazine Historia THÉMATIQUE No 64 Mars-Avril 2000 on trouve ceci: « Premiers chrétiens, Ces aventuriers qui on changé le monde… qui ont conquis le monde… Du 1er  au 4ème s. Comment une secte est devenue une religion d’état ». 

Malgré l’humble origine du Christianisme, l’Eglise est l’organisme qui a apporté le plus de changements sur la terre. Bien plus  qu’aucun autre mouvement ou force de l’histoire. :

En voilà donc les preuves :

 

-Jésus et la civilisation

Son impact sur la santé, la guérison des malades et sur la médecine. Les Chrétiens et les malades/ : Ce sont les chrétiens qui ont « inventé » et institué les hôpitaux. au moyen-âge…, sans parler de la croix rouge, des différentes communautés chrétiennes qui ont des dispensaires, des hôpitaux à travers le monde… Une bonne hygiène et une alimentation équilibrée sont inspirées par le Lévitique.

Son impact sur l’Education : 

L’ouverture d’universités au moyen-âge par les chrétiens. La plupart des plus grandes universités du monde ont été commencé par des chrétiens pour des objectifs chrétiens. Comenius (« évêque » morave évangélique) est celui qu’on appelle le père de l’éducation. ENCARTA nous apprend que « Comenius (1592-1670), né en Moravie (aujourd'hui en République tchèque), appartenait à l'Union des Frères de Bohême, dénomination protestante. Il avait le rang de Docteur. Ordonné ministre du culte en 1616, il reçut la cure et l'école de Fulnek (1618).  On lui doit : les « Règles pour une grammaire plus facile» (1616), la publication d'une méthode intuitive d'apprentissage des langues- la Porte ouverte sur les langues (1631), une réputation de réformateur de la pédagogie, l'élaboration d'un nouvel art d'enseigner centré sur l'épanouissement de la qualité même de l'homme plutôt que sur l'apprentissage d'un métier ou l'adaptation à une fonction sociale, sa défense de la paix, ses conceptions philosophiques…Ses principes pédagogiques influenceront la conception occidentale de l'enseignement. Grâce aux chrétiens, il y a eu la codification et l’écriture de plusieurs langues. La traduction de la Bible y a beaucoup contribué. Interrogez les linguistes et vous verrez.

 Le premier livre à être imprimé est la Bible. La Bible est aussi  le livre le plus lu, le plu vendu et le plu répandu. Le livre le plu traduit (plu de 1800 langues et dialectes). Les chrétiens ont aussi popularisé l’alphabétisation, l’éducation pour tous, l’éducation des masses. C’est grâce à la connaissance, à la sagesse et au savoir inspirés du Christianisme que l’ignorance a reculé.

 

L’impact du Christianisme sur l’économie est prouvé: 

 

libre entreprise, économie de marché (pour ne pas dire capitalisme). Le protestantisme a vraiment fait décoller l’économie européenne. C’est grâce à l’esprit d’entreprise inspiré du Christianisme que la misère et la pauvreté ont perdu du terrain. Révolution industrielle et Réforme protestante sont intimement liées. On a même parlé de « supériorité  des nations réformées ».

L’influence chrétienne sur l’éthique du travail est bel et bien réelle. L’apôtre Paul a dit : « Que celui qui ne travaille pas, ne mange pas non plus » (2 Thessaloniciens 3:10) 

L’apport du Judéo-christianisme à la politique, à la démocratie, à l’organisation sociale et à la justice : Gouvernement représentatif : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Séparation des pouvoirs…Les droits de l’homme. Les diverses Constitutions ou lois fondamentale inspirés des Dix Commandements. Libertés civiles, libertés individuelles. Liberté pour tous. Jésus est le seul chemin et le Christianisme est la seule vraie foi. Sans compromettre la foi évangélique, qui a mieux que les protestants répandu les notions de tolérance et de pluralisme dans la société ?

 

La morale Judéo-chrétienne a une influence énorme sur la morale et l’éthique des différentes sociétés

 

 Les occidentaux étaient jadis des peuples de civilisations et de cultures primitives et barbares. Grâce au Christianisme et surtout le protestantisme ont finalement atteint des niveaux de vie très élevés. La morale judéo-chrétienne est la plus élevée et la plus juste de toutes les morales. Elle a les critères de justice les plus élevés.

Dans un essai brillant retraçant l’histoire des protestants depuis 1789, l’historien Rémi Fabre montre à quel point ils exercent en France une influence bien supérieure à leur nombre. Où l’on découvre que, dès les années 60, cette communauté a tiré le pays dans la modernité. Comment les protestants ont dépoussiéré la société. Les idées protestantes se sont répandues dans toute la société (L’Evénement du Jeudi du 2 au 8 décembre 1999).

Le Christianisme a joué le plus grand rôle dans l’Abolition de l’esclavage dans un monde où l’esclavage était banal et normal. Christ a enseigné l’égalité de tous les hommes. L’esclavage fut abolit en Grande Bretagne en 1833 spécialement grâce aux chrétiens qui furent les premiers de l’histoire à commencer des mouvements antiesclavagiste. En Grande-Bretagne, l’abolitionnisme en tant que force organisée se constitue dans les années 1780, sous l’impulsion de William Wilberforce et d’un groupe de riches anglicans évangélique, qui militent contre la traite des Noirs

(Encyclopédie Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réservés).

 

Le Christianisme a influencé la science moderne 


Car selon le Christianisme on peut penser selon Dieu. Il existe la logique de la foi Chrétienne.

La préservation de l’environnement, l’écologie et la bonne gestion de la terre ont leur  origine dans la Bible (Genèse 1 :28-30).

La Loi Romaine interdisait à la femme de faire ce qui était réservé à l’homme. Les enfants et les femmes romaines et les esclaves étaient mieux traités dans l’Eglise que dans une quelconque autre partie de l’empire. La femme n’avait pas droit à la Parole dans les Synagogue. L’enfant pouvait y parler, le serviteur pouvait y parler, mais pas la femme. Jésus a combattu les injustices contre les femmes. Il a restauré la femme à sa juste valeur. Jésus a apporté de nouvelles idées. Il a remis la femme à la place qui lui revient. Il l’a restaurée à la position qu’elle avait avant la chute. Jésus a libéré la femme. Rien que son entretien avec la femme samaritaine est très édifiant (Jn. 4 : 1-29). Comment Jésus voyait-Il les enfants? Quel traitement réservait-Il aux nouveaux nés et aux enfants.  Jésus dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux (Matthieu 18:3). Et: Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent (Matthieu 19:14). 

Qui fait mieux que les chrétiens dans le domaine de la libéralité, la charité, la bienfaisance et la compassion ? Nous avons vraiment l’éthique du bon samaritain.

 

Qui a mieux que le Christianisme respecté l’homme ? Le « commun des mortels » ?

 

Le Judéo-christianisme condamne l’adultère, l’homosexualité, les perversions sexuelles…

Qui mieux que les disciples de Christ met l’accent sur le respect de la vie humain ? Sur la valeur  de la vie ? Sur le caractère sacré de la vie ?  Il y a l’image de Dieu en l’homme (Genèse 1 :26-27).

La chrétienté a aussi contribué au développement de l’art et de la musique. Elle a été la source d’inspiration des plus grandes œuvres d’art.

 

DE NOMBREUSES VIES CHANGÉES - TRANSFORMÉES PAR JÉSUS-CHRIST

QUELLE GRACE !!!

 

Plusieurs sont passés du stade d’assistés au statut d’acteurs. D’impotent à celui de conquérant. De passif à celui d’actif. De consommateurs à celui de producteurs…  LE DISCIPLE DE CHRIST EST PLUS QUE CONQUÉRANT. Grâce à L'Evangile.

CHRIST OFFRE GRATUITEMENT LE SALUT ÉTERNEL A DE NOMBREUSES ÂMES QUI CROIENT

Voici le but principal de la diffusion du christianisme et de ses autres fruits bénéfiques.

 

ET SI LE CHRIST N’ETAIT PAS NE ?

 

Certains ont souhaité que le Christ ne soit pas né. Exemple : certains philosophes, satan et le roi Hérode par. Nietzche qui a dit que Dieu est mort a aussi dit que le « le Christianisme est le poison qui a infecté tout le monde ». Et encore : « l’histoire est une guerre entre Rome (les païens) et Israël (les juifs et les chrétiens). Israël (par l’Eglise) a gagné et la croix a triomphé de toutes les autres valeurs plus nobles ». Dans son livre « L’antéchrist », Nietzche dit « Je condamne le Christianisme : je porte contre le christianisme la plus terrible  des condamnations qu’un accusateur ait jamais porté… l’Eglise Chrétienne a tout touché.. »

Hitler (du socialisme national) dans « Mein Kampf » blâme l’Eglise de perpétrer les idées des juifs. Hitler voulait détruire le Christianisme après avoir détruit les juifs.

Nous voyons sans équivoque la supériorité du Christianisme sur tout ce qu’on peut appeler idéologie ou religion

L’épitre aux Hébreux nous présente Christ comme supérieur à tout autre prophète ou chef religieux. Son système est le Meilleur de tous. L’Alliance dans le sang de Christ est la meilleure des alliances. Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous… (Hébreux 11:40).

 

Prenons le cas de la Science


Origine : 600 ans avant Jésus-Christ avec les philosophes grecs. Cette science des philosophes grecs fut une Réponse non théologique à l’existence de la vie et de l’ordre du monde naturel. Les grecs n’ont cependant, jamais développé la science moderne. Les grecs se basaient sur la raison. Mais le monde est resté inchangé. Il s’agissait de gymnastique mentale qui se limitait à la compréhension sans application. Ce n’était pas de la réelle science appliquée. Ils n’ont pas atteint l’âge du nucléaire et de l’espace. Un politicien disait à un de ses adversaires pendant une campagne présidentiel que le peuple ne vit pas de macroéconomie et de croissance à deux chiffres.

Pourquoi a-t-il fallu que la pensée grecque rencontre la foi chrétienne et spécialement la foi réformée (protestante) pour que les choses changent ?

La redécouverte de la Bible et de Son message au temps de la Réforme protestante a donné une nouvelle impulsion au développement scientifique. Ce fut la véritable relance de la science et le véritable début de la science moderne.

 

La science ne s’est pas développée avec les grecs

 

Les arabes ont inventé l’algèbre, l’arithmétique, le calcul ; le 0.  Les arabes avaient de grandes bibliothèques, les écrits d’Aristote… Les chrétiens nestoriens faisaient partie des tribus arabes qui étaient bien en avance sur les européens du moyen âge. Mais le grand développement de la science n’aurait pas pu se réaliser parmi eux. Le fatalisme de la religion dominante enseigne que tout est déterminé de manière fataliste. Il n’y avait donc pas de raison de manipuler le monde naturel pour changer quoi que ce soit. Car toutes choses sont inchangeables.

Les africains (égyptiens ; nubiens) étaient bien en avance sur les européens de l’antiquité qui étaient encore des barbares. Mais, ils ont perdu du terrain.

La science ne pouvait pas naître de nos ancêtres animistes car ils n’auraient jamais fait de expériences sur le monde naturel car toute chose : la pierre, les arbres, les animaux ont une âme et ont les esprits des différents dieux et ancêtres.

Pourquoi pas en Inde parmi les Hindous ? Ou parmi le bouddhisme ? Tout simplement parce qu’il enseigne que le monde est irréel.

 

Il a fallu attendre le Christianisme, le vrai, au 16ème siècle. Avec le vrai enseignement du Christianisme. Avec un Dieu rationnel pour découvrir les lois scientifiques 

 

Sans équivoque, nous voyons la supériorité du Christianisme.

Il n’est donc pas normal que les enfants de ce siècle soient plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière (Luc 16:8).  .

Car les disciples de Christ sont « d’une sagesse et d’une intelligence dix fois supérieures »

Sur tous les objets qui réclamaient de la sagesse et de l’intelligence, et sur lesquels le roi les interrogeait, il les (Daniel et ses compagnons) trouvait dix fois supérieurs à tous les magiciens et astrologues qui étaient dans tout son royaume (Daniel 1:20).

Un ministre de la recherche scientifique disait : après le gouvernement, l’Eglise doit être le plus grand pourvoyeur de service. 

 

Et maintenant ? 

 

« C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles » (Hébreux 2 :1).

Le Christianisme est une bénédiction pour l’humanité et non un fardeau.

Le Christianisme a été attaqué de manière très violente, constante et croissante de la part de ceux qui croient  qu’elle est la source d’oppression, de l’ignorance, de préjugés et de superstitions. Mais les faits montrent que le Christianisme est  le mouvement qui a eu la plus grande influence bénéfique sur l’humanité plus que toute autre religion ou philosophie.

Un ministre de la République nous disait. A nous Chrétiens Évangéliques : «Pas de doléances de votre part, mais de programme. Reformulez les choses. Vous devez exercer le leadership dans la société. Le Leadership doit donc être recherché et désiré. Mais où sommes-nous ?

« Les évangéliques, la secte qui veut conquérir le monde » (Le Nouvel Observateur, No 2051 du 26 février au 3 mars 2004)

« Fous de Jésus. Les évangéliques à la conquête du monde » (Courrier International, No 735 du 2 au 8 décembre 2004)

Prolifération des églises évangéliques au Sénégal. Cardinal T. A. Sarr : « Nous sommes préoccupés ». (La Sentinelle, du mercredi 02 au mardi 08 juillet 2008. No 2)

A NAÇAO EVANGÉLICA (LA NATION ÉVANGÉLIQUE. Le plus grand pays catholique du monde devient de plus en plus évangélique. Et ceci commence à changer beaucoup de choses au Brésil. (Veja – magazine brésilien- No 26, 3 de Julho de 2002)

 

Au moyen-âge, l’Université était essentiellement une institution ecclésiale


« Pourquoi la démocratie et les droits de l’homme sont-ils nés en Occident plutôt qu’en Inde, en Chine, ou dans l’empire ottoman ? Parce que l’Occident était chrétien et que le Christianisme n’est pas seulement une religion. Certes le message des Evangiles s’enracine dans la foi en Dieu, mais le Christ enseigne aussi une éthique à portée universelle : égale dignité de tous, justice et partage, non-violence, émancipation de l’individu à l’égard du groupe et de la femme à l’égard de l’homme, liberté de choix, séparation du politique et du religieux, fraternité humaine » (Frédéric Lenoir, Le Christ philosophe).

L’influence évidente du Judaïsme sur le Christianisme et le monde

C’est bien sûr sur le plan religieux et éthique que le Judaïsme exerce sa plus grande influence  sur la civilisation moderne. 

La Grèce a joué un grand rôle sur la philosophie et l’esthétique. Rome a beaucoup apporté sur le plan politique et le droit. Israël a contribué à la compréhension du Dieu invisible et unique et la révélation de Sa volonté à l’humanité.

« Celui qui a été pendant si longtemps le gardien de la prophétie et qui la transmise au reste du monde-une telle nation ne peut être détruite. Le juif est éternel comme l’éternité » (Leo Tolstoy, en parlant des juifs). Le vocabulaire hébreu (les paroles de la Bible hébraïque)- a eu un impact considérable sur la pensée du monde. La littérature et nos conversations sont ponctuées d’expressions bibliques. « Bouc émissaire, Tohu Bohu, pupille de mes yeux… sont des phrases sorties directement de la Bible.

 

Des ramifications d’un même tronc

 

Le tronc antique du Judaïsme a donné très grandes deux branches : Le Christianisme et l’Islam. Ces deux religions ont connu une très grande croissance à travers le monde. Le Christianisme Evangélique est la foi qui croit le plus vite dans le monde grâce à la prédication. Il est suivi de l’Islam qui croît surtout pour des raisons démographiques.

Le Christianisme a reçu à travers le Judaïsme sa compréhension fondamentale sur Dieu, Sa nature, Sa Loi, Sa relation avec les hommes et ce qu’Il attend de la part de l’homme.

Beaucoup de termes du Christianisme comme amen, Alléluia, sabbats, Messie, paradis, chérubin, jubilée viennent directement du TaNaKh (la Bible hébraïque,  l’Ancien Testament).

La synagogue a donné naissance à « l’église » comme lieu de rassemblement  pour la lecture de la Bible, la prière et d’adoration. Les sermons, l’utilisation de l’encens, chanter les psaumes, la pratique du baptême et la célébration du repas du Seigneur (Communion, Eucharistie), l’organisation de l’église, les méthodes d’interprétation de la Bible-tout cela tire son origine du Judaïsme.

 

La vie et l’enseignement de Jésus dans les Évangiles se comprennent mieux à la lumière de Son indiscutable judaïté.

 

Le « Notre Père » de Matthieu 6 est tout à fait juif. A l’image des anciennes prières juives comme le Kaddish et les « Dix-huit bénédictions ».

L’islam, l’autre fille du Judaïsme, par l’influence de son fondateur Mohamed perpétue beaucoup d’enseignements et de pratiques issues de la Bible hébraïque. Mohamed s’est séparé du Judéo-christianisme quand il n’a pas pu convaincre les juifs et les chrétiens qu’il était un prophète du vrai Dieu. 

Le Coran parle fréquemment d’Abraham, de Moise et d’autres personnages bibliques.

Beaucoup de lois de la Sharia viennent directement du judaïsme ou en sont une adaptation : monothéisme, opposition à l’idolâtrie, se tourner vers la Mecque (qibla) dans la prière rituelle (salat), le jeûne, ne pas manger le porc… sont le reflet de l’influence du Judaïsme sur l’Islam. L’Islam est considéré par beaucoup comme une secte judéo-chrétienne.

Une vie holistique

Les valeurs théologiques, éthiques, idéologiques et philosophiques du Judéo-christianisme n’ont pas seulement eu une influence sur la religion mais aussi sur le domaine politique et social.

 

La vision juive de l’histoire :Voyage Israel 150

 

Les événements ont un dessein moral. Le judaïsme anticipe qu’au jour de la rédemption finale, une société parfaite proclamera le Dieu d’Israël comme le Roi de toute la terre.

Depuis Moise, le Judaïsme a sans cesse eu une très grande  passion pour  la justice et l’équité pour l’humanité.

La croyance en en la fraternité de tous les hommes  s’exprime par des actes de compassion, de charité et de bonté. Les crimes contre l’humanité et l’exploitation sont une abomination envers un Dieu de Justice. Dans le Judéo-christianisme, l’obligation d’aimer son prochain comme soit même ne concerne pas seulement les pauvres, les veuves et les orphelins, mais aussi le monde animal. 

Le respect de la vie et la reconnaissance du caractère sacré de toute  forme de vie sont aussi des valeurs essentielles du Judéo-christianisme. La vie est sacrée. Car l’homme est créé à l’image de Dieu. La survie et le succès du Protestantisme Évangélique viennent de la prédication, de la voie de la sainteté, de la séparation de la corruption du monde païen, séculier.

 

Contrairement aux classes aisées de la Grèce antique  et autres philosophies et religions, le protestantisme n’a jamais considéré le travail physique comme méprisable.

 

Le travail rend gloire à Son créateur. La liberté est sacrée pour le Judéo-christianisme. Depuis la libération de l’esclavage d’Egypte et l’Exode sous la conduite de Moise, la liberté a un accent très Judéo-chrétien. Beaucoup de principes politiques et les libertés civiles de la démocratie étaient à l’origine basés sur la Bible. Pour le Judéo-chrétien, la liberté signifie beaucoup plus qu’une liberté religieuse ou une indépendance politique, Chaque individu a le devoir de façonner sa propre destinée et celle de la société. Quelque soit la crise, l’espoir est permis.  

 

 Par Michel SILVA ANDRADE (Formation Biblique pour Tous - Action Évangélique et Apostolique pour les Nations)

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 11:56
 
 
 
Cette fête signifie marcher dans la présence de Dieu
 
 Présence de Dieu dont nous sommes conscients. C’est la dernière fête de l’année religieuse le 15ème jour du 7ème mois (Tishri) ; (15-21 Tishri) (Sept./Oct). 5 jours après Yom Kippour. C’est la fête des tentes, des tabernacles ou huttes (Lévitique 23 :33). Juste après le Yom Kippour (Jour du Grand Pardon).  Lisons Jean 7 :2.
 
Jetons un regard particulier sur cette fête pour son profond symbolisme et les leçons spirituelles qu’on en tire:
Tous les hommes devaient se rendre à Jérusalem pour cette fête de 8 jours. Ils habitaient dans des tentes pour se rappeler l’errance d’Israël dans le désert. Israël avait alors peu de possessions. Pas de domicile (SDF). Peu de provision d’aliments. Mais Dieu a pourvu surnaturellement aux repas, aux habits et aux abris. Quand les Israélites n’avaient rien, quand ils étaient complètement démunis, Dieu a pourvu. Habiter sous des tentes est un rappel de la Grâce de Dieu qui est Adona Yirah (YHWH Jireh). Il l’a démontré encore une fois avec l’octroi de la manne aux Israélites. Il faut apprendre à dépendre de Dieu. Pas des sécurités des possessions matérielles. Cette fête est aussi une Célébration de la  moisson : un Festival d’Actions de Grâces. On récite l’Hallel (les Psaumes 113 à118). On agite des fruits, des branches de palmier, des rameaux d’arbre... C’est une Fête agricole d’une grande richesse culturelle et historique. La fête des tentes nous rappelle aussi notre devoir d’hospitalité.
Yéshoua (Jésus) et Ses contemporains la célébraient avec une très grande joie et un très grand zèle
Ils constituaient une véritable assemblée d’adoration (Jean Chap. 7 à 9). On se réjouissait avec des danses. C’est une fête splendide et « lumineuse ». De grands feux étaient allumés. Le  Temple était bien éclairé. C’est durant la fête des tabernacles que Jésus a dit : « Je Suis la Lumière du monde… » (Jean 8 :12). Le dernier jour de la fête des tabernacles, il y avait une grande fête de l’eau. C’était la « Joie de l’eau ». Déjà le 2ème jour, de l’eau était versée sur la foule. Jésus a alors dit à cette occasion en parlant du breuvage de l’Esprit: « si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi et qu’il boive… » (Jean 7 :37-39). Le prophète Esaïe nous rappelle ceci : « Vous puiserez de l’eau… » (Esaïe. 12 :4). Au prophète Joël et à l’apôtre Pierre de dire : La  promesse est  pour vous et pour vos enfants (Joël 2 : 28 ; Actes1 :4-8 ; 2 :39,).
Ce Festival de 8 jours est un rappel du Tabernacle de Moise et Un rappel du Sacrifice de Celui qui est venu « tabernaclé » (habité) parmi nous
Soukkah rappelle aussi  manger soummah. Soukkot, c’est la célébration de la demeure plus grande que Dieu donne. C’est un regard sur le Royaume Messianique. Dieu sera reconnu comme le pourvoyeur de toute la terre.
Cette fête sera observée universellement par toutes les nations selon Zacharie 14 :16sukkoth-1--copie-1.gif
Que Dieu accélère la venue du Royaume. Soukkot symbolise donc l’Accomplissement ultime de la Prophétie Biblique : « Et je vis descendre du Ciel d’auprès de Dieu, la Ville Sainte, la Nouvelle Jérusalem… Et j’entendis du Trône une forte voix qui disait : ‘Voici le Tabernacle de Dieu avec les Hommes’… » (Apocalypse 21 :2-3)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 11:21

Birth Of Jesus[1]La Fête des Tabernacles (septembre – octobre) est la période probable de la Naissance de Christ

 

 Pour la majorité de ceux qui s’appellent « chrétiens », le 25 décembre marque l’anniversaire de Jésus bien que la date exacte de Sa Naissance ne soit pas connue. Différentes dates ont été données: 25 mars, 14 avril, mois d’octobre… Aujourd'hui à travers le monde en décembre, beaucoup de familles de la chrétienté se réjouissent parce que Jésus est né. Mais le 25 décembre n’est pas du tout l'anniversaire de Jésus-Christ. Personne ne connaît la date exacte de Sa naissance. Avant le 4ème siècle, l'anniversaire de¬ Jésus était célébré le 6 Janvier et s'appelait Nativité. Le 6 janvier correspond aussi à l'Epiphanie – la célébration du Baptême de Jésus et de la visite des mages (à « l'enfant Jésus ») selon la tradition.

 

Pour connaître la période probable de la naissance de Jésus, il faut lire Luc 1:5:

 

« Du temps d’Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe d’Abia; sa femme était d’entre les filles d’Aaron, et s’appelait Elisabeth ». La lecture de ce texte nous apprend que le père de Jean-Baptiste faisait partie d’une classe de la prêtrise lévitique appelée la classe d’Abia (Abija). En lisant 1Chroniques 24, nous apprenons que les sacrificateurs étaient divisés en 24 classes. Abija était la huitième classe (V.10). Ceci nous apprend donc aussi quand est-ce que la classe d’Abia devait servir au cours de l’année biblique. Sous la direction du Saint-Esprit, David a donc divisé les sacrificateurs en classe et leur a donné les instructions concernant le temps de leur service (1Chron. 28 :11-13). La durée du service de chaque classe était de sept jours (1Chron. 9:25). La semaine de service débutait un sabbat et se terminait le sabbat suivant (2Chron. 23 :4, 8). En plus de cela, toutes les 24 classes de sacrificateurs servaient trois semaines de plus durant l’année (Deut. 16 :16). Faisons un petit calcul : 24 classes X 1 semaine=24 semaines + 3 semaines en plus=27 semaines.

 

 Pour avoir une année lunaire complète, il faut ajouter encore 24 semaines

 

 Chaque classe servait donc 1 semaine en début d’année et 1 semaine en fin d’année + 3 semaines de service de toutes les 24 classes= 5 semaines de service/an. Entre la première et la huitième semaine de l’année, deux des trois fois où toutes les classes servaient avaient lieu. La fête des pains sans levain (Mars - Avril) et la fête des semaines (Mai – Juin) avaient lieu durant les huit premières semaines de l’année. La huitième classe servait donc durant la 10ème semaine de l’année. Cela tombe le deuxième sabbat du mois de sivan (Main – Juin) et la semaine suivante (vers le 12-18 sivan). Elisabeth a conçu Jean-Baptiste après que Zacharie eut terminé son service au Temple. Elle aurait donc pu tomber enceinte après le 3ème sabbat de Sivan (vers le 19-25 Sivan, Juin). Pour une grossesse normale de 40 semaines (9 mois), nous pouvons conclure que Jean-Baptiste est né vers la Pâque (15 nissan, le 1er mois, Mars - Avril). Pendant, le repas pascal, il est de coutume de laisser une place vide pour Elie le prophète. Jésus a enseigné que Jean-Baptiste était l’Elie qui devait venir (Matt. 11 :7-14). Six mois après la conception de Jean-Baptiste, Jésus est conçu dans le sein de Marie (Luc 1 :23-33). Si Jean a été conçu dans la 11ème semaine (la semaine du 3ème sabbat de Sivan), Jésus a été conçu six mois plus tard pendant le mois de kislev (Nov. – Déc.). Marie a pu concevoir Jésus après le 3ème sabbat de Kislev (vers le 19-26 kislev). Hanoukka tombe le 25 Kislev (Déc). Jésus, la Lumière du monde aurait été conçu durant Hanoukka. La fête des lumières. Jésus naît six mois après Jean-Baptiste. Jean-Baptiste est né à Pâque (15 nissan, 1er mois).

 

Jésus est donc né au 7ème mois, le mois de Tishri (Sept. – Oct.). A Souccoth ou fête des Tabernacles (fêtes des tentes, fêtes des cabanes)

 

 Jean l’apôtre dit que la Parole a été faite chair, et Elle a habité (« tabernaclé ») parmi nous… (Jean. 1:14). « La première Église maintenait que la naissance de Christ a eu lieu pendant la Fête des Tentes. Les premiers Chrétiens… ornaient leurs édifices religieux avec des rameaux verts à la Fête des Tentes, comme un mémorial que Christ était, en réalité, né à ce moment-là, de la même façon que les Juifs érigeaient des cabanes ou des tentes (Clavis Calendaria de Brady ; I-II, Londres, 1812, pp. 313-314). D’après Brady, « cela est à l'origine de la décoration avec des rameaux de la scène de la Nativité à Noël ».

Jésus a été permis d’enter au Temple à 12 ans & ½ (Luc 2 :41). A la Pâque de L’Eternel s’Il est né vers le mois de septembre – octobre.

 

 Question - suggestion :

 

Pourquoi ne pas se souvenir de manière spéciale de la Naissance de Jésus pendant la période de la fête des Tabernacle en Septembre - Octobre, période probable de la naissance de Jésus ? SANS IMPORTANCE, DIRONT BEAUCOUP…. MAIS NOUS AVONS TOUS DROIT A LA VERITE ET LA FETE DES TABERNACLE AURAIT ALORS UN SENS BEAUCOUP PLUS PROFOND POUR LES CHRETIENS/MESSIANIQUES.

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:19

LES FEMMES ET LE MINISTERE

LES FEMMES PEUVENT-ELLES PRECHER ?

Que signifie prêcher ? Prêcher c’est annoncer, proclamer, enseigner la parole de Dieu. Prêcher peut aussi avoir le sens de prophétiser.

"…Comme dans toutes les églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leur mari à la maison ; car il est malséant à une femme de parler dans l’église"(1 cor 14 : 33-35).

Tout d’abord, nous avons ici un problème socioculturel de l’époque. Les femmes n’étaient pas instruites et elles étaient opprimées. Cette situation accentuant leurs sentiments d’infériorité, dès que l’occasion se présentait, elles étaient très vite séduites pour dominer les hommes. A notre époque les femmes sont souvent aussi ou plus compétentes  que les hommes. Nous remarquons qu’elles sont souvent plus dures et plus sévères que les hommes (ex. Margaret Tatcher, "La dame de fer", les maîtresses de l’école primaire…). Il faut donc tenir compte d’une des lois d’interprétation de la Bible, la loi du contexte (les trois principales lois d’interprétation de la Bible sont 1.La loi du contexte, 2.la loi des "Dispensations", et 3.Ce que la Bible dit d’elle-même). Il faut donc tenir compte ici du contexte socioculturel. La Bible s’interprète par elle-même. Il faut toujours tenir compte de tout le Conseil de Dieu pour enseigner la Doctrine Chrétienne. Il faut faire une distinction entre les textes didactiques (pour l’enseignement) et les textes purement historiques ( qui relatent un événement ponctuel). Il ne faut pas tirer un enseignement d’une situation exceptionnelle. Faisons un peu de grec : le terme  femme dans ce passage de 1 Corinthiens 14 est gunekes (ou guné), c’est à dire épouse ; le mot parler est la laléo c’est à dire un long discours quelconque. Se vanter. Appeler quelqu’un à haute voix. Crier. Résumons tout cela par bavarder. Ce n’est pas le mot lego que nous avons dans ce texte signifiant présenter une idée, une doctrine systématique. Paul dit donc : « Que les épouses soient dans la quiétude dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de bavarder ». A cette époque, suivant le modèle de la synagogue juive, les femmes s’asseyaient derrière dans « l’église » -les mosquées ont gardé ce modèle. Entre elles, il leur arrivait de parler de sujets qui n’avaient rien à voir avec les réunions : prix des denrées alimentaires au marché, santé des enfants … Certains ont vécu les mêmes choses à notre époque dans des assemblées de "la Terre Sainte". On peut aussi dire que les enfants (qui bavardent beaucoup) se taisent dans l’église ! Paul dans 1 Timothée 2 : 11-12 dit : « Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme. Mais elle doit demeurer dans  le silence ».

 

La femme n’avait pas droit à la Parole dams les Synagogue. L’enfant pouvait y parler, le serviteur pouvait y parler, mais pas le femme. « que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi (1Cor 14 :34). Quelle loi ? Certains croient que Paul parle ici du Talmud (Compilation de commentaires sur la Loi Mosaïque fixant l’enseignement des grandes écoles rabbiniques). Le Talmud est constitué de la Mishna (Codification de la loi orale) et de la Gemara (commentaires de la Mishna). Ils ne croient pas qu’il s’agit de la Loi de Moïse proprement dite ? Paul ironiserait alors. Rappelons que nous ne reconnaissons que l’Autorité de la Loi Ecrite (la Torah écrite). Et non l’Autorité de la Loi dite orale.

 

La Loi Romaineinterdisait à la femme de faire ce qui était réservé à l’homme. Paul envoie probablement cette épître à Timothée de Corinthe où le précepte de 1 Cor. 14 : 35 était en vigueur. Rappelons que les femmes à cause de leur situation d’insécurité pouvaient profiter de toute liberté d’expression pour se révolter  et usurper l’autorité, tyranniser les autres, devenir  autocrate. Mais les réunions de l’église ne sont destinées à cela. Les réunions de l’église ne sont pas les lieux appropriés pour revendiquer nos droits sociaux et politiques dans le désordre et l’amertume. Selon ses 4 fonctions essentielles de l’église est destinée à adorer Dieu, à instruire les fidèles,  à la communion fraternelle et à l’Evangélisation  de la société. Mais l’Eglise doit dénoncer dans l’ordre, respect et courage, l’injustice sociale et  la décadence morale. Le mot silence du texte biblique signifiera quiétude. Le mot enseigner dans le contexte précité signifiera donc contredire, parler et poser des questions avec arrogance, insoumission et un esprit d’indépendance.

Ce texte n’empêche pas la femme  sous l’influence du saint-Esprit d’enseigner, au contraire. La femme doit enseigner ses enfants à la maison. Timothée a reçu l’enseignement biblique de sa mère (Ac. 16 : 1-2 ; 2 Tim. 1 : 5). Les femmes  âgées doivent enseigner les femmes plus jeunes. L’ordre interdisant la femme de parler dans l’église n’est pas absolue : elle prie, elle prophétise (1 Cor. 11 : 5). N’est-ce pas parler ? Les dons miraculeux du Saint-Esprit accordés aux femmes justifient leur intervention publique. « Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, … Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-là, je répandais de mon Esprit ; et ils prophétiseront » (Ac. 2 :16-18). La femme cependant doit être soumise  à son mari comme au Seigneur. Car le mari est le chef de la femme, comme, Christ est le chef de l’Eglise (Eph. 5 : 22-23). Christ et le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme, Dieu est le chef de Christ (1 Cor. 11 : 3). Ceci ne veut pas dire que l’homme est supérieur à la femme. Ils sont de même nature et égaux. C’est leur rôle qui est différent. C’est comme le Christ qui dans son rôle de Fils de Dieu est soumis au Père. Bien qu’Il  soit de même nature et égal au Père. Même nature, égalité et soumission sont réunis. La femme est soumise mais égal à l’homme. Christ est soumis mais égal au Père. Jésus était aussi soumis à Joseph et à Marie pendant son enfance (Luc 2 : 51). Joseph et Marie étaient-ils supérieurs à Christ ? Le code de la famille dit que l’homme est le chef de la famille. La femme, même si elle peut être pasteur doit être soumise à son mari. Empêcher la femme de parler de manière absolue dans l’église ne correspond par à l’Esprit de toute la Bible : une femme a été juge en Israël, la Prophétesse Déborah (Juges 4 : 4, 5). La prophétesse Anne parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance d’Israël (Luc 2 : 36-38). La femme Samaritaine s’est mise à parler de Jésus après son entretien avec Lui (Jn 4 : 28-29). Voyez le ministère de Lydie qui semble être la première convertie européenne et première proclamatrice de l’Evangile en Europe (Ac. 16 : 13-15). Philippe, l’Evangéliste avait 4 filles vierges qui prophétisaient (Ac. 21 : 9) Voyons aussi l’exemple de Priscille < Prisca> (Ac. 18 : 2 ; Rom. 16 : 3 ; 1 Cor. 16 : 19 ; 2 Tim. 4 : 19). Jésus a apporté de nouvelles idées. Il a remis la femme à la place qui lui revient. Il l’a restaurée à la position qu’elle avait avant la chute. Jésus a libéré la femme. Rien que son entretien avec la femme samaritaine est très édifiant (Jn. 4 : 1-29). Donc, comment oser dire à une femme : "assieds-toi là, tais-toi, tu ne peux pas faire ceci…" les 2/3 du Corps de Christ sont des femmes. La plupart des missionnaires sont des femmes. Elles sont souvent plus sensibles à l’Esprit que les hommes. Elles sont souvent plus disponibles et plus obéissantes que les hommes. Que serait l’Eglise sans les femmes ?

La femme peut-elle prêcher ? Doit-elle rester dans le silence ? Ce "débat" est vraiment dépassé. Il y a des choses plus importantes : transmettre la Vérité. Femmes, trouvez votre place dans le Ministère. Si on vous dit : "vous ne pouvez pas faire ceci", Dites : "Jésus dit que je peux". Si on vous dit : "Femme, reste ici", Dites "Jésus m’a dit d’aller" ; Jésus a apporté un nouveau message et il a changé la condition de la femme. Il l’a vraiment libérée. La femme peut prier, prophétiser. Prophétiser veut dire : parler pour Dieu, prédire l’avenir, prêcher. On accepte volontiers que la femme enseigne les enfants, témoigne, soit missionnaire. Où passe donc la ligne de démarcation entre témoigner, prêcher, enseigner ? Paul lui-même dit : "il n’y a plus ni homme ni femme" (Gal. 3 : 28).

Tout ce que Dieu veut que Son peuple dise et fasse, la femme peut le dire et le faire autant que l’homme !!!

 

LA FEMME DOIT-ELLE SE VOILER DANS L’EGLISE ?

Toute femme … qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée déshonore son chef (son mari) : c’est comme si elle était rasée… C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend… (1 Cor. 11 : 5-11). Tout d’abord, signalons encore une fois que la femme prie et  prophétise dans l’église. Donc elle peut parler dans  l’église.

Mais pour revenir au sujet de cette section, disons encore une fois que  nous abordons un problème culturel. En Orient, le voile représentait le signe de soumission de la femme vis à vis de  l’homme. Le voile était aussi le symbole de la modestie d’une jeune fille (Gen. 24 : 65) et le symbole de la chasteté conjugale (Gen. 20 : 16). Le prêtre enlevait le voile de la femme suspectée d’infidélité (Nom. 5 : 18). Se dévoiler équivalait à se dégager de l’autorité de son mari. La coutume parmi les grecs et les romains et une loi parmi les juifs était qu’aucune femme ne soit vue à l’étranger sans voile. C’était la coutume de tout l’orient. Seules les prostituées se promenaient en public sans être voilées. Si une femme se montrait en public sans voile, elle déshonorait sa tête - son mari comme celles qui étaient punies pour prostitution ou adultère. Donc il était nécessaire à la femme de se voiler dans ce contexte bien déterminé.

 

Une étude et un examen plus profonds du texte original grec de 1Corinthiens 11 :5-15 nous permet de remarquer certaines choses intéressantes (V 5)  Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête (Képhalé) non voilée, déshonore son chef (sa tête, Képhalèn autès). C’est la tête qui est dévoilée (pas les cheveux). C’est comme si elle était rasée. La femme ne doit pas se raser la tête.

(V10)  C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête (une marque) de l’autorité (dont elle dépend). Remarquons que « une marque » et « dont elle dépend » ne se trouvent pas dans le texte original. Il faut donc lire littéralement « … la femme…doit avoir sur la tête  autorité » ; elle aura donc autorité sur ses cheveux.

(V15)  mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter (de longs cheveux), parce que la chevelure lui a été donnée comme voile? En guise de voile.

L’église de Corinthe était composée de grecs. Les grecques ne se voilaient pas.

 

Dans notre contexte moderne le voile est-il une marque de l’autorité dont la femme dépend ? Le voile est-il une marque du mari ?

Celles qui veulent se voiler peuvent le faire pour le Seigneur. Nul ne doit le juger. Les femmes pourraient aussi se voiler si cela peut faire avancer  l’Evangile, par exemple dans des pays orientaux, arabo-musulmans … (voir 1 Cor. 9 : 19-23 ; comparer Ac. 16 : 1-3 et Gal. 2 : 3-5).  Mais il n’est pas  question d’imposer cette coutume de nos jours. On tomberait dans le légalisme, condamnant celles qui ne se voilent pas, et on ajouterait des obstacles à l’Evangile - la croix étant déjà une occasion de chute. Ne jugeons donc pas non plus celle qui ne se voilent pas. Ne laissez personne vous arracher votre tolérance et votre liberté chrétienne. Christ n’a jamais prescrit aux femmes de se voiler.

 

LES FEMMES CHRETIENNES PEUVENT-ELLES FAIRE DES TRESSES ?

PEUVENT-ELLES PORTER DES BIJOUX ? COMMENT DOIVENT-ELLES S’HABILLER ?

Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habit somptueux (1Tim. 2 : 9). Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt (1 Pi. 3 : 3).

Encore une fois, nous rencontrons un problème culturel. Les femmes devaient se couvrir la tête. Celles qui ne le faisaient pas étaient des rebelles. Ces tresses étaient entrelacées  de perles et d’or. Elles étaient "monumentales", ostentatoires, exhibitionnistes … pour  frapper les regards, attirer l’attention  et elles manifestaient l’orgueil de la vie. Seules les femmes païennes et mondaines se paraient ainsi. Elles étaient des femmes sensuelles, provocatrices, elles manifestaient un penchant excessif pour les plaisirs charnels et la luxure. Les cheveux tressés étaient aussi un apparat de prostituées. Cette parure est caractéristique de la prostituée spirituelle de l’Apocalypse  (17 : 4). Les tresses décentes de nos sœurs africaines, par exemple, n’ont rien à voir avec cela.

La chrétienne ne doit pas s’habiller comme la prostituée. La Bible interdit l’extravagance. Ce qui est important c’est la décence, la pudeur et la modestie.

"Que les femmes se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu" (1 Tim. 12 : 9). "Elles doivent avoir la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu…" (1 Pi. 3 : 3-5).

Les hommes, comme les femmes doivent s’habiller décemment en public et dans l’assemblée. Mais il ne faut pas tomber dans le légalisme en donnant des règles vestimentaires. Créant ainsi des obstacles à l’Evangile. Que chacun se laissent convaincre par le Saint-Esprit.

Certains disent que Paul était misogyne, mais ils ne comprennent ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu (Mt 22 : 29). L’Esprit nous conduisant dans toute la vérité, le Christianisme bien appliqué affranchit les femmes, les esclaves, les opprimés et les autres victimes de l’injustice humaine.

 

Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 15:16
Pretres.jpg
Calendrier «  liturgique »  HEBREU BIBLIQUE
 
1er  mois : Nissân (ancien nom Abib) (Mars-Avril) : Le 14, La Pâque suivi des Pains sans levain, le 21, Premiers fruits.
2ième  mois : Lyyar (ancien nom Ziv) (Avril-Mai).
3ième  mois : Sivan (Mai-Juin) : Semaines/Pentecôte.
4ième  mois : Tammuz (Juin-Juillet).
5ième  mois : Ab (juillet- Août).
6ième  mois : Elul (Aout-Septembre).
7ième mois : Tishri (ancien nom Ethanim) (Sept. -Oct.) Le 1er Nouvel an/trompettes, le 10 Le Jour du grand pardon, 15-21 Tabernacles/tentes.
8ième  mois : Marchevân (ancien nom Bul) (Oct-Nov).
9ième  mois : Kislev (Nov.-Déc.) le 25 Dédicace/Lumière Hanoukka (Jn. 10 :22).
10ième  mois : Tébet (Déc - Jan.).
11ième  mois : Shébat (Jan.-Fév.).
12ième  mois Adar (Fév.-Mars).
 
Le Shabbat bien qu’hebdomadaire est en terme de popularité la plus grande des fêtes à part Yom Kippour. Mais la fête la Plus solennelle reste Pâque.
 
Les fêtes de l’Eternel et l’Evangile :
 
La Pâque signifie que nous sommes sauvés par le Sang.
La fête de pains sans levain symbolise notre purification par le Sang.
La fête des Prémices représente le fait que nous sommes mis à part pour Dieu.
La Fête des Semaines ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit.
La fête des trompettes nous appelle à devenir un témoin de l’Evangile.
La fête des expiations annonce l’espérance de l’adoption finale.
La fête des Tabernacles symbolise la marche dans la présence de Dieu.
 
Leçons spirituelles et symbolisme des 7 fêtes de l’Eternel :
  • La Pâque (Pessah): C’est un rappel de l’Exode.
 
 De la Délivrance de l’esclavage. C’est une Image de Rachat. L’ange de la mort passait au dessus des maisons des israélites qui avaient le sang de l’agneau pascal sur le linteau (montants de la porte).  Cette fête nous parle de l’Expérience du Salut et de la Sainte Cène. La Pâque est un Symbole de Rédemption.
 
 
  • Pain sans levain (Matzot): Cette fête symbolise la Purification.
 
Devant un triste état moral de nos assemblées et la tolérance du péché, on s’enfle d’orgueil au lieu de s’affliger et de se repentir (1Cor. 5 :1-2) Comme l’église apostate de Laodicée, on ne voit pas sa misère spirituelle. On se croit riche alors qu’on est malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu (Ap. 3 :17). Un peu de levain (symbole d’impureté) fait lever toute la pâte (1Cor. 5 :6).  Mais voilà la leçon à retenir et le sens profond de la chasse au ‘Hametz (le levain): « Enlevez le vieux ‘Hametz du péché pour devenir purs. Alors, vous serez comme une pâte nouvelle et sans levain, ce que vous êtes déjà. En effet, Mashiah a été offert en Sacrifice, comme notre Agneau de Pâque. Célébrons donc le Séder avec de la Matsa, avec un cœur pur et sincère. Ne mangeons pas le pain fait avec du vieux ‘Hametz, le l’Hametz des mauvaises actions et du mal (1Corinthiens 5 :7-8) ».
 
  • 1er fruits : Prémices : Cette fête symbolise Consécration, la mise à part (1Corinthiens 15 :20, 22
 
-En latin, primitiae (« premiers fruits »).
-Premiers fruits, premiers produits de la terre ou du bétail.
-Début, commencement. Ce nom n’est utilisé qu’au pluriel.
 « MAIS MAINTENANT, MASHIAH (LE MESSIE) EST RESSUSCITE DES MORTS, IL EST LES PREMICES (PREMIERS FRUITS) DE CEUX QUI SONT MORTS ».
 
 
  • Pentecôte (Shavouot) : fêtes des semaines.
 
 Il faut compter 49 jours (7 semaines après Prémices) pour célébrer la Pentecôte. Ces jours sont comptés dans la synagogue et font partie de la Liturgie juive. C’est ce qu’on appelle compter les « Omer ».La Pentecôte a lieu 50 jours après la Pâque. La Pentecôte commémore la promulgation de la Loi (la Torah)  sur le mont Sinaï. Pour le Chrétien/Messianique, Shavouot/la Pentecôte symbolise le Don permanent du Saint-Esprit à l’Eglise. L’Effusion de l’Esprit (Actes 2). La Pentecôte enseigne « d’attendre à Jérusalem pour être revêtu de la puissance d’en haut et pour pouvoir aller loin ». Nous sommes dans l’Action de Grâces.
 
La Fête des semaines -Shavouot ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit
 
-La Fête des Semaine ou Pentecôte symbolise la réception de l’Esprit. D’où l’ordre d’être continuellement remplis du Saint-Esprit (Eph. 5 :18 ; Ac. 2 :4 ; 2 :38…)
 
 
La Torah de L’Esprit de Vie m’a affranchi de la loi du péché et de la mort (Rom. 8 :1)
 
La fête de la Pentecôte (Shavouot/Semaines) a lieu  50 jours après la Pâque de L’Eternel (5O jours après Pâques dans la chrétienté).
Pour le Judaïsme, Shavouot est par tradition la commémoration du Don de la Torah à Moïse (et aux Israélites).
Pour les Messianique, il s’agit du Don Permanent du Saint-Esprit à la Kehila (l’Eglise) – Ac.2 ; Joël 2 :28… 
Rappelons que Torah signifie Instruction, Enseignement, Volonté Révélée de Dieu ; loi, principe… le Pentateuque (les 5 Livres de Moïse), parchemin…
Le Saint-Esprit est l’Esprit de Dieu, l’Esprit du Messie, l’Esprit de la Grâce…
 
 
  • Trompettes : Rosh Ha shana (« tête de l’année »).
 
C’est la Nouvelle année (mais au début,  elle n’était pas la nouvelle année). Elle célèbre la création du monde. Normalement, Pâque commençait la  nouvelle année.  Tishri était donc la « nouvelle année » des nations alentour. Le 1er Tishri. Comme notre premier janvier (par calcul des Rabbins). Rosh Ha shana est célébré en soufflant le Schofar (corne de Bélier) pour Préparer Yom Kippour – [10 Tishri] (Sept/Oct). La fête des Trompettes symbolise l’inspiration. Ce qui nous pousse à parler pour Dieu. C’est un Rappel du Retour du Messie (1Thess. 4 :16-19 ; 1Cor. 15). Quand le dernier Schofar (la dernière trompette) sonnera .
 
 
  • Jour de l’expiation (Yom Kippour) :
 
Le 10 Tishri. C’est le Jour le plus saint. Ce jour symbolise l’Adoption. Le Grand Pardon (Lev. 16).
 
  • Tabernacles /Huttes (Soukkot) :
 
Jean 7 :2. Cette fête signifie marcher dans la Présence de Dieu. Présence de Dieu dont nous sommes conscients. C’est la dernière fête de l’année religieuse le 15ème jour du 7ème mois (Tishri) ; (15-21 Tishri) (Sept./Oct). 5 jours après Yom Kippour. Lévitique 23 :3. C’est la fête des tentes, des tabernacles, des huttes, des cabanes. Juste après le Yom Kippour (Jour du Grand Pardon). Jetons un regard particulier sur cette fête pour les leçons spirituelles et le symbolisme. Tous les hommes devaient se rendre à Jérusalem pour cette fête de 8 jours. Ils habitaient dans des tentes pour se rappeler l’errance d’Israël dans le désert.  Israël avait alors peu de possessions. Israël était sans domicile fixe (SDF). Il y avait peu de provision d’aliments. Mais Dieu a pourvu surnaturellement aux repas, aux habits et aux abris. Quand ils n’avaient rien, quand ils étaient complètement démunis, Dieu a pourvu. Habiter sous des tentes, est un rappel de la Grâce de Dieu. Il faut apprendre à dépendre de Dieu. Pas des sécurités des possessions matérielles. Soukkot est la célébration de la demeure plus grande que Dieu donne. C’est une célébration de la  moisson. Un Festival d’Actions de Grâces. Il y a Récitation de l’Hallel (Ps. 113-118). On Agiter des fruits, des branches de palmier, des rameaux d’arbre. C’est une fête agricole et historique.Dieu est Adona Yirah (YHWH Jireh)- L’Eternel qui pourvoit.  Cela nous rappelle la manne. L’hospitalité. Le1er zèle. Une véritable assemblée d’adoration Jean. Chap. 7-9  nous édifie bien à ce sujet: Jésus est la Lumière du monde (Jn. 8 :12).  « Si quelqu’un a soif… »  (Jean 7 :37-39).  Le dernier jour de la fête, il y avait une grande fête de l’eau.  C’était la « Joie de l’eau ». Le  2ème jour, de l’eau était versée sur la foule.  « Vous puiserez de l’eau… » (Es. 12 :4). La  Promesse est  pour vous et pour vos enfants (Ac. 2 :39, Ac. 1 :4-8). De grands feux étaient aussi allumés. On se réjouissait avec des danses. Le  Temple était bien éclairé : « Je suis la Lumière du monde » (Jn. 8 :12). C’est aussi un rappel du Tabernacle de Moise et  du Sacrifice de Jésus.  « Sukkah rappelle aussi  manger, « summah ».  On jette un regard prophétique sur le Royaume Messianique. Dieu sera reconnu comme le Pourvoyeur de toute la terre. Cette fête sera observée universellement par toutes les nations selon Za. 14 :16. Que Dieu accélère la venue du Royaume. Soukkot symbolise aussi l’Accomplissement Prophétique, la Restauration et le Renouvellement de toutes choses.
 
Doit-on célébrer les fêtes des Ecritures Hébraïques («  L’Ancien Testament ») ? - Voir Lévitique 23. 
 
OUI, MAIS, Paul s’élève contre la soumission légaliste aux rites mosaïques et aux inventions rabbiniques. Il se fonde sur la révélation qu’il a eue du Messie.  …comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! (Galates 4 :8-11). Nous célèbrerons les fêtes hébraïques bibliques des Ecritures Hébraïque (« l’Ancien Testament »), mais seulement en rapport avec leur accomplissement  par Jésus dans l’Alliance Renouvelée. Jésus dit : « Faites ceci en mémoire de Moi ». Dans le contexte pascal. Mais par extension, cela s’applique à toutes les 7 fêtes de l’Eternel. Par ailleurs, Colossiens 2 :16-17 dit «   Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ ».
 
Paul di : « vous observez »… Célébrer les 7 fêtes pas de manière légaliste ou purement rituel ou par œuvre de mérite, mais en reconnaissant la validité de ces fêtes, en les «mentionnant », en lisant les textes bibliques qui les concernent en privé et en assemblée, en méditant sur leur sens profond, en cherchant le sens des types des symbolismes et leur signification en Messie, en tirant les leçons spirituelles
 
Tel fait une distinction entre les jours; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu (Rom. 14 :5-6). Célébrons les 7 Fêtes de l’Eternel, mais seulement en rapport avec leur accomplissement  par Yéshoua dans l’Alliance Nouvelle (Alliance Renouvelée). Seulement dans la réalité Chrétienne (Messianique) et en relation avec la Croix du Messie, la Nouvelle Alliance et la Grâce de Dieu. On ne doit célébrer ces fêtes que sous la perspective «d’ après la croix » et non celle «d’avant la croix ».  « Après (la Mort) de Jésus-Christ et non avant (la Mort) de Jésus-Christ ». Par ailleurs, Colossiens 2 :16-17 dit «  Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ ».
 
Repost 0
Published by restauration.judeoapostolique.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : RESTAURATION JUDEOAPOSTOLIQUE
  • RESTAURATION JUDEOAPOSTOLIQUE
  • : Nous sommes enracinés et fondés en Lui (Colossiens 2 :7). « …Edifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Yéshoua HaMashiah Lui-même étant la pierre angulaire » (Ephésiens 2 :20 ; cf. 1Corinthiens 3 :10
  • Contact

Profil

  • restauration.judeoapostolique.over-blog.com
  • Michel SILVA ANDRADE est  pasteur -pionnier/serviteur apostolique et vous proposedes séminaires/conférences... Messianiques, Apostoliques et Prophétiques (MAP) ...
•	Des séminaires/conférences sur la vraie Adoration, Notre Rôle d'Adorateurs.
  • Michel SILVA ANDRADE est pasteur -pionnier/serviteur apostolique et vous proposedes séminaires/conférences... Messianiques, Apostoliques et Prophétiques (MAP) ... • Des séminaires/conférences sur la vraie Adoration, Notre Rôle d'Adorateurs.

Recherche

Enseignement/ Action Apostoliq